Je me prépare

Comment choisir entre plusieurs idées de projets professionnels ?

Lorsque l’on a envie de quitter son job, il est courant d’avoir plusieurs idées de projets. La difficulté ? Savoir lequel choisir ! Voici les 7 étapes recommandées pour aboutir à une décision claire et réfléchie.

Lorsque l’on reste bloqué dans son job, il y a deux possibilités : soit on n’a aucune idée de quoi faire d’autre, soit on a des idées de nouveaux projets professionnels, mais on ne sait pas sur laquelle se fixer. “Entre les deux mon coeur balance”. Et cette indécision peut durer des mois voire des années si on n’agit pas ! Vous pouvez par exemple hésiter entre créer une entreprise (et avoir 2 ou 3 idées de création), trouver un job dans un nouveau domaine, ou encore exercer votre métier actuel en freelance… Comment faire un choix pour enfin avancer ?

1/ Comprendre ce qu’il se passe dans votre tête

Le non-choix. Cela cache souvent la peur de faire un choix définitif, de se tromper, d’échouer. Quitter son job pour monter une entreprise, et mettre la clé sous la porte ? Rejoindre une nouvelle entreprise, et regretter l’ancienne ? Le spectre de l’échec, de la déception et du jugement des autres n’est pas loin. Comme le disait Loto, “Tous les gagnants ont tenté leur chance”. Mais si vous ne prenez pas de ticket, vous n’avez aucune chance de gagner.

A la différence du loto, une nouvelle aventure professionnelle apporte un vrai gain d’expérience, de nouvelles rencontres et une meilleure connaissance de soi. Alors si vous avez peur de vous fixer définitivement sur une idée qui risque d’échouer, essayez de voir cela comme une étape dans votre parcours. La pression retombera à coup sûr !

Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends – Nelson Mandela

Là, vous devez penser : “ouais, facile à dire !”. Ce qui vous bloque encore pour avancer dans votre projet quel qu’il soit, c’est le sentiment que celui-ci est irréalisable : pas les compétences, pas l’expérience, pas le temps, pas l’argent, pas la bonne équipe… La montagne est trop haute. Dans ce cas, deux petits exercices peuvent vous aider à accepter la hauteur de cette montagne :

  1. Regarder dans le rétroviseur les montagnes que vous avez déjà traversées. Un concours, un nouveau job, une conférence en public… Mais surtout, rappelez-vous la difficulté que cela représentait pour vous à l’époque, et ne la minimisez pas. La peur d’échouer, de ne pas être bon dans votre job, de bégayer en public. Si vous avez déjà parcouru tout ce chemin, alors vous en êtes encore capable.
  2. Vous mettre à la place de personnes que vous admirez et qui ont accompli de grandes choses. Que ce soit Steve Jobs ou un ami d’ami, concentrez-vous sur l’écart entre l’état de leur projet avant de le démarrer, et à la fin. Au début, la montagne semble infranchissable pour tout le monde. Alors petit à petit, tâchez d’ôter ce frein de votre esprit.

La peur de l’échec est la première cause qui nous empêche d’avancer et de concrétiser nos idées. Il est donc important de la dépasser (en partie au moins – nous restons des humains) pour avancer.

2/ Accepter de vous intéresser à différents sujets

Arrêter de s’auto-critiquer

J’entends souvent des personnes se critiquer elles-mêmes de leur incapacité à choisir une idée et à s’y tenir sur la durée. Donc déjà, rassurez-vous, vous n’êtes pas seul(e) !

Mais même si c’est monnaie courante, c’est une très mauvaise chose : à force de se dénigrer, on perd confiance en soi et en sa valeur, ce qui rend encore plus difficile la réalisation de ses projets.

La première étape est donc d’arrêter l’auto-critique permanente. Dès que vous commencez à vous rabaisser parce que vous n’allez pas au bout de vos projets, que vous êtes indécis(e)… prenez du recul et mettez fin à cette pensée. Une pensée est un choix : on choisit de se trouver nul, on choisit de penser à son ex, on choisit de penser qu’on est capable de réussir.

La preuve, regardez autour de vous : vous verrez des gens que vous admirez se trouver des défauts que vous ne voyez pas; et vous verrez des gens comme Phoebe dans Friends, qui se considère comme une excellente musicienne alors que son entourage est plus partagé – pour rester diplomate. Mais elle est heureuse et ça se ressent !

Alors dès que vous pensez du mal de vous-même et de vos capacités, changez cette pensée en une pensée positive. Vous verrez les résultats petit à petit !

Reconnaître sa « multipotentialité »

Si vous vous intéressez à beaucoup de sujets, que vous avez des tas d’idées et d’envies (même éphémères), que vous êtes un(e) touche-à-tout, vous appartenez peut-être à ceux que l’on appelle les multipotentiels.

Depuis le TED d’Emilie Wapnick, ce terme prend de l’ampleur car de nombreuses personnes se reconnaissent dans sa définition :

Des personnes qui s’intéressent à beaucoup de choses, qui sont capables de consacrer beaucoup de temps et d’énergie dans un domaine, pour l’abandonner ensuite, une fois qu’ils ont fait le tour de la question”.

Ils ne savaient pas (et ne savent toujours pas) répondre à la fameuse question “Et toi, tu veux faire quoi quand tu seras grand ?”Le multipotentiel est curieux, a toujours de nouvelles idées de projets qui n’ont rien à avoir entre elles (écrire un blog, devenir pâtissier, faire le tour du monde, être prof de yoga …), et a le sentiment de ne pas réussir à trouver “sa voie”.

Alors, que faire si c’est votre cas ?

  1. Sortir du mythe “nous avons tous une voie unique” pour relâcher la pression
  2. Faire de vos envies et talents multiples une force, une richesse, pour vous et les autres. Au prochain apéro, si quelqu’un vous demande ce que vous faites, n’hésitez pas à parler avec passion DES sujets sur lesquels vous êtes actuellement 😉

Pose ta Dem’ publiera bientôt un article dédié aux multipotentiels, alors continuez à nous suivre !

3/ Faire la liste de vos envies

Vous avez plusieurs idées, mais des idées floues ? “L’entrepreneuriat” c’est vaste, le “développement durable”, “l’écriture”… c’est vaste aussi.

Alors prenez un carnet, et commencez par mettre au clair vos idées de projets… mais sans vous mettre de pression. Si vous avez envie d’écrire “Ministre de l’Education” dans votre liste, vous pouvez ! Oubliez toute contrainte (légitimité, finances, compétences, temps), sentez-vous libre, et essayez d’être le plus précis possible sur vos envies à court et à long terme.

Quand j’ai voulu quitter mon job de consultante, voici quelle était ma liste :

  • Travailler dans une start-up dans l’éducation ou la formation professionnelle
  • Créer mon entreprise dans l’orientation professionnelle
  • Ecrire un blog pour les salariés mal dans leur job pour les aider à se reconvertir
  • Suivre une formation certifiante pour devenir coach 
  • Travailler dans/ouvrir un espace de coworking atypique pour entrepreneurs et étudiants
  • Enseigner dans le supérieur
  • Ouvrir une école privée
  • (Devenir Ministre de l’Education… héhé)

Deux choses à savoir :

  1. Cette liste a pris quelques mois de réflexion. Je savais que j’étais attirée par l’univers start-up, l’entrepreneuriat, que j’étais passionnée par les sujets d’éducation, que j’adorais animer des formations… mais c’était très flou dans ma tête.
  2. J’assume cette liste aujourd’hui (pas encore les deux derniers, je l’avoue – laissez-moi quelques années pour ça) mais à l’époque j’avais l’impression d’écrire n’importe quoi. J’étais consultante, mon réseau en start-up était existant mais tout de même limité, j’avais peu d’expérience…

Alors à vous de jouer, faites votre liste d’envies claires, même si elles semblent folles au regard de votre situation actuelle !

4/ Trouver l’idée qui vous fait le plus vibrer

Maintenant que vous avez votre liste, reprenez-la point par point en vous posant ces trois questions :

  1. Laquelle me fait le plus vibrer à l’instant T ?
  2. Laquelle suis-je susceptible de tenir avec passion le plus longtemps ?
  3. Si j’étais déjà multimillionnaire, laquelle je choisirais pour occuper mes journées ?

Une idée qui vous fait “vibrer” est une idée pour laquelle votre coeur s’emballe, au-delà de toute raison logique. Vous ressentez de l’excitation quand vous en parlez, vous pouvez lire sur ce sujet sans plus vous arrêter, vous aimez échanger avec des personnes qui font la même chose… Il s’agit plus d’une intuition que d’un raisonnement alors comme dirait Pocahontas, écoutez votre coeur !

Dans mon cas, je ressentais une attirance particulière pour la création d’entreprise dans le domaine de la formation, et pour l’écriture d’un blog destiné à ceux qui souhaitent se reconvertir pour mieux s’épanouir.

5/ Evaluer objectivement chaque idée

Il est l’heure de confronter le rêve à la réalité. Votre objectif est d’évaluer de façon objective chacune de vos idées. Voici une liste non-exhaustive des éléments que vous devez prendre en compte :

  • Nombre et difficulté des étapes qui mènent au but
  • Implications sur votre vie professionnelle et personnelle
  • Potentiel de l’idée

Voici un tableau que vous pouvez utiliser. Il est rempli avec un exemple fictif : un responsable communication qui hésite entre exercer son métier en freelance, ou changer radicalement de vie et ouvrir une boutique de prêt-à-porter, car il est passionné de mode depuis longtemps.

Critères Communication en freelance

Boutique de prêt à porter

Avantages

Expertise métier, références solides

Réseau pro existant

Peu d’investissement au départ

Liberté d’organisation

Liberté géographique

Nouvelle aventure excitante

Univers de la mode au quotidien, mon rêve depuis toujours

Contact direct clientèle

Mon magasin à moi 🙂

Inconvénients et risques

Toujours le même métier, un peu lassant Beaucoup de contraintes horaires, aucune flexibilité, peu de congés

Investissement de départ plus important

Court terme / long terme

Plus simple à faire à court terme / risque de lassitude à long terme Beaucoup de nouvelles choses à comprendre à gérer à court terme / ouverture plusieurs boutiques à long terme

Etapes principales

Démarches administratives

Définition de l’offre

Prospection clients

Choix type de boutique / articles

Démarches administratives

Ouverture boutique

Difficultés probables

Manque de clients et de missions intéressantes

Manque de passion terme, trop semblable avec job actuel

Emplacement boutique

Démarches administratives complexes

Clientèle longue à fidéliser

Risque financier

Au début risque financier le temps d’avoir des clients puis OK (voire mieux qu’aujourd’hui) Risque assez élevé

Manque de visibilité réelle

Impact vie perso

Super car liberté d’organisation, dispo pour la sortie de l’école, je peux travailler d’où je veux Pas de flexibilité horaire et géographique, fortes contraintes

A vous de le remplir pour les 2-3 idées que vous avez retenues. Vous aurez ainsi un tableau objectif des difficultés, risques et avantages de chaque solution. Vous pouvez pondérer chaque critère en fonction de son importance pour vous. Par exemple, si l’équilibre avec votre vie personnelle est plus important pour vous que vos gains financiers, alors prenez-le en compte dans votre calcul final.

6/ Accepter la “dispersion” temporaire pour tester chaque idée

Lorsque vous hésitez entre deux idées, l’idéal est de tester les deux. Même si votre tableau penche clairement d’un côté, rien ne vous empêche de prendre le temps d’essayer “pour de vrai” – au contraire, c’est nécessaire pour faire les bons choix.

Afin de tester de façon équivalente vos idées, prenez un temps dédié à chacune. Faites un focus sur une idée pendant un mois ; puis une autre idée le mois suivant. Pendant ce mois dédié, vous accomplirez les actions que vous vous serez fixées dans votre roadmap d’explorateur.

Voici des exemples d’actions à intégrer à votre roadmap pour le mois…

  • Rencontrer 3 personnes travaillant dans ce domaine
  • Faire 15 minutes de veille quotidienne sur le sujet
  • Lire un livre référence sur le sujet
  • Se renseigner sur les démarches à effectuer
  • Etablir ses prévisions financières 
  • Clarifier son offre

Et des exemples précis pour quelques situations :

  • Envie de devenir rédacteur web freelance ? Ecrivez 1 article par semaine pendant un mois, contactez un rédacteur pour échanger sur son métier au quotidien…
  • Envie de trouver un job en start-up ? Participez à des événements start-up, rencontrez des startuppers, faites une veille sur l’actu start-up…
  • Envie d’exercer le même métier mais dans un autre secteur ? Renseignez-vous sur une entreprise par jour, faites une veille quotidienne sur le secteur, rejoignez des groupes LinkedIn sur ce secteur…

En structurant votre démarche et en procédant par petits pas, vous ne vous éparpillerez pas. Au contraire, vous poserez les bases d’un choix solide et réfléchi.

Même si l’on voit en grand, nous devons agir à petite échelle pour accomplir ce que l’on veut atteindre

Ryan Holiday

Attention quand même : veillez à limiter cette période d’exploration dans le temps (1 à 6 mois, selon vos contraintes professionnelles et personnelles), sinon vous risquez de ne jamais passer à l’action !

7/ Faire votre choix et avancer !

Maintenant que vous avez approfondi chaque idée pendant un temps donné, vous êtes en mesure de faire votre choix : vous savez ce qui vous passionne le plus, ce qui convient le mieux à votre équilibre de vie, ce qui est le plus difficile à mettre en oeuvre…

Avant de prendre la route, voici nos 3 derniers conseils – et pas des moindres :

  • Si la difficulté est trop grande, la montagne objectivement trop haute, alors définissez les étapes intermédiaires qui vous rapprocheront de votre but. Dans mon cas, je souhaitais créer mon entreprise, mais ça me semblait trop difficile à l’époque. J’ai donc choisi de travailler en start-up pour mieux connaître cet univers, faire mes armes, m’assurer que cela me convenait… J’ai volontairement choisi une petite start-up où tout était à faire, plutôt qu’une start-up déjà bien structurée.
  • Si vous avez peur de sauter directement dans le grand bain, alors commencez en parallèle de votre job actuel pendant quelques mois. C’est plus sécurisé, et ça vous laisse le temps de valider votre décision. Vous pouvez par exemple travailler sur un projet personnel, ou bénévolement. Vous voulez devenir designer freelance ? Faites un logo gratuitement pour un ami pour vous entraîner et démarrer en douceur.
  • Enfin, si vous doutez encore… Dites-vous qu’il n’est JAMAIS trop tard pour changer si votre premier choix ne vous convient pas !

Dans mon cas, je réalise avec du recul que toutes les idées de ma liste avaient du sens et des liens entre elles. Aujourd’hui, j’en ai réalisé une partie : j’ai travaillé en start-up, je continue à enseigner et à animer des formations, et j’ai créé Pose ta Dem’.

Pour cela, j’ai procédé par petits pas sur plusieurs mois. Il me reste encore beaucoup à faire mais j’évite de regarder le haut de la montagne et je me concentre sur le chemin, jour après jour.

 

Si vous souhaitez échanger sur vos projets et avancer dans votre réflexion, réservez un call de 30 minutes avec moi 


Le récap pour les plus pressés

  • Dédramatiser sur le risque d’échec de vos projets, car c’est souvent ce qui freine leur concrétisation
  • Arrêter de vous auto-critiquer car vous n’arrivez pas à vous fixer sur un projet à long terme, et renseignez-vous sur les multipotentiels : vous en faites peut-être partie, alors voyez vos intérêts multiples comme une force !
  • Lister vos envies à court et à long terme, sans penser aux contraintes (légitimité, finances, compétences, temps…)
  • Trouver l’idée qui vous fait le plus vibrer à l’instant T et qui vous intéressera le plus longtemps
  • Evaluer objectivement chacune de vos idées au regard de leur difficulté et des étapes nécessaires pour réussir, des implications sur votre vie personnelle et professionnelle, et du potentiel intrinsèque de l’idée
  • Prendre le temps de tester chacune des idées, avec une roadmap d’actions à réaliser : rencontrer des professionnels du domaine, faire une veille quotidienne sur le sujet, faire une mission bénévole…
  • Avancer pas à pas, et se rappeler qu’il n’est jamais trop tard pour changer 😉

 


 

Credit photos : Photo by Photo by Green Chameleon / Caleb Jones / Mike Tinnion / William Iven on Unsplash

Commentaires

Vous allez aussi aimer