Comment appliquer les 4 Accords Toltèques dans sa vie professionnelle

De temps en temps, une coach de l’équipe Pose ta Dem’ vous propose sa « pépite » dans le groupe privé Pose ta Dem’ : ce petit moment de réflexion, précieux et magique, pour vous aider à dépasser vos doutes, vous encourager et vous inspirer sur le chemin de la reconversion. Curieux ? C’est parti !


Hello à tous ! 

Je suis Manon, mentor de la formation en ligne Side Project et coach de l’accompagnement individuel Monte ta Boîte.

Ma spécialité ? Te booster avec le max de bienveillance et de bonne humeur dans ton projet entrepreneurial et te donner des trucs et astuces pour pimper ta communication (ça, c’est mon côté journaliste).

Pour commencer cette nouvelle semaine du bon pied, je t’invite à explorer les 4 Accords Toltèques et surtout, à les appliquer dans ta vie professionnelle.

C’est peut-être le moment où tu te dis « les 4 accords quoi ? ».

Il s’agit d’un livre publié pour la première fois en 1997 par Don Riguel Ruiz, auteur et chaman mexicain.

Dans cet ouvrage, que j’ai pris le temps de lire durant le premier confinement de 2020, il nous invite à conclure des contrats avec nous-mêmes, plutôt qu’avec les autres (Dieu, la société…), pour alléger nos souffrances.Des contrats qu’il définit comme les accords toltèques, et qui sont donc, ô surprise, au nombre de 4.

L'unique newsletter à lire pour enfin poser ta dem' !

Rejoins la communauté de 10000 futurs démissionnaires qui lisent mes conseils concrets et inspirants pour inventer leur vie professionnelle !

Que votre parole soit impeccable

Don Miguel Ruiz nous invite à parler avec intégrité, à dire uniquement ce que nous pensons vraiment et surtout, à ne pas faire de la parole une arme. Dans votre vie professionnelle, peut-être avez-vous été malmené(e), brutalisé(e) par des moments : « Tu es incompétent(e) », « Tu as fait n’importe quoi », « Tu n’as vraiment pas agi de manière professionnelle ! ». Que ce soit vrai ou non, les mots peuvent blesser. 

Mon conseil : essayez, dans la mesure du possible, de ne pas tomber dans la critique à la machine à café avec vos collègues. Et ne dites pas « oui » à votre chef ou à un client si dans votre cœur et dans votre tête, c’est « non ». Cultivez la bienveillance, l’empathie et l’honnêteté dans vos paroles. Pour cet aspect-là…

Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle

On le sait pertinemment, mais parfois, on ne peut pas s’empêcher de penser le contraire : nous ne sommes pas la cause des actes d’autrui. Et la personne en face de nous n’est pas responsable des nôtres. Dans une relation, chacun est responsable à 50%. Nos proches, nos collègues, les personnes que nous croisons projettent leurs peurs, leurs rêves, leurs problèmes sur nous. Ce ne sont pas les nôtres…

Comme à l’inverse, nos craintes et nos fantasmes ne sont pas les leurs ! 

Mon conseil : pour prendre du recul face à une personne remettant en cause votre projet professionnel (« Tu vas quitter ton CDI en pleine crise ?! », « Mais comment vas-tu payer tes factures ? », « C’est bien ton projet, mais le secteur n’est pas bouché ? »), répétez-vous : « Je ne le prends pas personnellement ». Vraiment. En conscience.

Ne faites pas de suppositions

Cet accord-ci n’est pas simple non plus ! Don Riguel Ruiz nous invite à ne pas échafauder des plans sur la comète (la plupart du temps, pas très positifs !) car notre cerveau finit par les intégrer comme des certitudes. L’auteur nous suggère de remettre les choses en cause et surtout, de poser des questions pour lever les possibles malentendus…

Mon conseil : s’entraîner, d’abord sur des petites choses sans trop d’enjeu, à exprimer vraiment le fond de sa pensée. Si vous ne comprenez pas quelque chose, que vous avez un doute, c’est complètement OK ! Restez dans la communication au maximum, posez des questions. Et rappelez-vous : si votre interlocuteur vous fait vous sentir bête… c’est qu’il est certainement entrain de se juger ou de prendre conscience de quelque chose.

 Faites toujours de votre mieux

Dans votre vie professionnelle, comme dans votre vie en général, vous connaîtrez de magnifiques moments de réussites, de succès personnels ou partagés avec une équipe, un collaborateur, un client… Et dans d’autres moments, vous serez aussi dans le creux de la vague, traverserez des déserts (bref j’arrête là sur la métaphore « paysages désolés » lol). Et c’est OK. Vous n’avez pas d’obligation de réussir, vous dit Miguel Ruiz.

Seulement l’engagement, fait à vous-même, de faire de votre mieux. 

Mon conseil : soyez indulgent avec vous-même si votre dernier produit ne s’est pas vendu comme vous le souhaitiez, si votre dernière présentation à votre client n’était pas parfaite, si vous avez envoyé un mail à la mauvaise personne (#oups).

Cela arrive à tout le monde. Posez-vous alors cette question : « M’en rappelerai-je dans 10 ans ? » Si non, passez votre chemin. Vous gagnerez du temps pour bâtir votre prochain plan d’actions !

A bientôt !

Manon 🌻.

PS : Et vous, utilisez-vous les Quatre Accords Toltèques dans votre vie professionnelle ou personnelle ?


Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez les programmes d’accompagnement individuelet les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires