Je me lance

Comment lancer un podcast quand on n’y connaît rien, mode d’emploi

Lancer un podcast alors qu’on est ni journaliste ni ingénieur du son ? Je l’ai fait. J’ai lancé mon podcast en partant de zéro en septembre 2018, je me suis posé 1000 questions mais j’ai appris en faisant et – spoiler – ce n’est pas si compliqué que ça. Le podcast est un moyen de communication idéal, il apporte une vraie proximité avec l’auditeur.rice et bien plus encore. Je vous raconte mon expérience.


Article invité rédigé par Anastasia De Santis


C’est quoi un podcast ?

Depuis quelque temps, vous avez sûrement entendu le terme podcast et peut-être même en écoutez-vous déjà (dans ce cas, félicitations !) mais pour mettre tout le monde d’accord, je vais me permettre de commencer cet article avec une petite définition.

Eh oui, quand on me demande ce que je fais maintenant et que je réponds que j’ai lancé un podcast… je vois bien aux regards perdus de mes interlocuteurs que le terme n’est pas toujours bien intégré : « Mais… c’est quoi un podcast ? » .

La définition du Larousse est la suivante : « Émission de radio ou de télévision qu’un internaute peut télécharger et transférer sur un baladeur numérique. » Hum, alors oui et non. Pour faire simple, disons qu’il s’agit d’une pastille sonore qui s’écoute sur internet. Ça peut effectivement être une émission de radio qui est rediffusée sur internet, on parle alors de replay, ou bien une série documentaire, un récit, ou un échange entre une ou plusieurs personnes, spécialement créé pour être diffusé sur internet, on parle là de podcast natif. Les principaux avantages du podcast c’est que c’est gratuit et à la demande ! Il existe des podcasts sur tout type de sujet et sous tout type de format, pour apprendre, rire, pleurer, se divertir, etc.

La recette du succès des podcasts

Un podcast c’est un peu comme quelqu’un qui te parle à toi, dans ton oreille, c’est intime, moins conventionnel, c’est à la demande : tu peux y trouver tous les styles et surtout, tu n’as pas besoin de toute ton attention ! Tu peux être dans les transports, faire la vaisselle ou courir pour les plus foufous d’entre nous.

Aux États-Unis, le marché du podcast est déjà florissant. À titre d’exemple, le podcast américain Serial – contre-enquête journalistique sur une affaire criminelle – a été téléchargé plus de 175 millions de fois ! Le podcast The Daily  compte 4,5 millions d’auditeurs chaque mois. En France, le marché grandi très vite, avec 4 millions d’individus qui en écoutent chaque mois au dernier comptage Médiamétrie (avril 2018).

Alors, on y va ?

Femme avec casque sur les oreilles

Pourquoi j’ai lancé un podcast et ce que ça m’a apporté

J’ai lancé mon podcast en septembre 2018, suite à ma démission.

Je travaillais en tant que consultante digitale. Sur la papier, ça me plaisait. C’était tout ce qu’on pouvait attendre de quelqu’un qui a réussi sa vie : de belles études, un CDI à Paris dans une boite de consulting, je travaillais pour des marques nationales et internationales, j’allais régulièrement en réunion au dernier étage des plus gros buildings de La Défense… Oui, la vie de « business woman », comme on peut se l’imaginer. Travailler dur la semaine, gagner un bon salaire, le dépenser en allant boire des coups pour oublier, payer un loyer de 900€ pour 25m2… Je ne trouvais aucun sens à tout ça. Mais en même temps, je ne savais pas quoi faire. Comment je quitte ce monde ? Quelles conséquences ça va avoir sur mon niveau de vie ? J’étais perdue.

J’ai décidé de partir à l’aventure : 4 mois en Asie, à parcourir les routes, à me perdre, à PRENDRE LE TEMPS… Mais il a fallu revenir.

Je suis revenue après des mois de liberté en ne sachant toujours pas quoi faire de ma vie. Mais en ayant une certitude : je ne voulais plus rester à Paris. J’ai alors décidé de quitter la capitale pour aller travailler au Luxembourg.

Je me suis donné un an, j’ai tenu 10 mois.

Je tenais avec les voyages dès que je pouvais : ces quelques jours loin de mon quotidien me faisaient un bien fou. Ce goût de l’aventure et de la liberté était toujours là. Je n’acceptais pas que ces quatre petits mois d’aventure en Asie ne soit qu’une parenthèse, que je devais refermer vite, pour me remettre dans le rythme de la vie « normale ».

Ma seule motivation à faire mon trajet domicile-travail, tous les matins et travail-domicile, tous les soirs, c’était les podcasts (avec 3h de trajet par jour, j’avais de quoi faire). J’en écoutais dès que je pouvais (au point d’éviter de croiser des collègues ou attendre un peu pour ne pas prendre le même transport et être tranquille). Des podcasts de motivation principalement, mon préféré étant le feu Nouvelle École d’Antonin Archer, qui m’a clairement motivé à me lancer (#fangirl), mais aussi Génération XX de Siham Jibril ou encore Le Gratin de Pauline Laigneau. Mais aussi des podcasts pour sortir de mon quotidien, comme Transfert de Louie Media / Slate.

Bien que j’adore ces podcasts, une chose manquait. Dans un cas, le manque de mise en avant de femmes, dans l’autre, le manque de mise en avant d’autres vies que celles liées à l’entrepreneuriat. J’avais un peu l’impression que c’était soit le salariat, soit l’entrepreneuriat (au sens créer une startup et générer des millions). Pour moi ça a été une évidence : j’allais créer mon podcast pour rencontrer ces femmes inspirantes et ainsi, essayer de trouver une solution pour allier voyage et rentrée d’argent ! Je vais donc créer De vraies vies, un podcast pour mettre en valeur des femmes qui ont osé agir, des femmes qui ont d’autres vies, qui sont aujourd’hui épanouies, et tout ça, grâce au voyage.

Au début, je n’avais pas d’attentes particulières que celles de rencontrer ces femmes merveilleuses pour m’aider à trouver ma route.

Mais aujourd’hui, le podcast m’apporte plus que ça :

  • Des rencontres incroyables.

Je rencontre effectivement des gens inspirants et qui partagent mon idée de la vie : mes invitées mais aussi mes auditrices qui me contactent via les réseaux sociaux.

  • J’ai développé ma confiance en moi.

Je détestais ma voix et je ne suis pas une grande oratrice, j’ai toujours du mal à raconter une histoire et je perds vite le fil de mes pensées… le podcast n’est donc pas d’une logique implacable. Mais pour moi, faire un truc qui me faisait peur (utiliser ma voix pour communiquer), ça m’a apporté une confiance en moi énorme. J’ai encore des doutes bien sûr, mais je me dis que si je suis capable de lancer un projet comme celui-ci en y connaissant rien à la base et en ayant du mal à entendre ma voix sur mon répondeur… Pas mal de choses sont possibles 🙂

  • Ça m’a aidé à y voir plus clair.

Le podcast est lancé depuis 7 mois et les rencontres que j’y ai faites m’ont déjà guidée dans ce vers quoi je pourrais potentiellement aller et ce vers quoi je ne veux vraiment pas aller… Aujourd’hui De vraies vies c’est un podcast, demain ça sera plus que ça ! En échangeant, je me suis rendu compte qu’on était vraiment nombreuses dans ce cas (VRAIMENT) et que le voyage peut aider dans cette transition.

Ordinateur ouvert qui permet de lancer un podcast

Les questions à se poser avant de se lancer

Ça y est, vous êtes convaincus, vous avez envie de lancer un podcast, votre décision est prise, mais êtes-vous prêt.e.s ? Créer un podcast ça parait simple… il faut une voix, quelque chose à dire, des micros, un enregistreur et c’est parti !

Mais avant de se lancer dans la grande aventure du podcast, il y a deux trois petites questions à se poser.

1) Pourquoi est-ce que je veux lancer ce podcast ?

Est-ce que vous vous êtes posé la question de ce qui vous anime ? Des raisons pour lesquelles vous voulez créer ce podcast ?

Il y a autant de raisons de créer un podcast qu’il y a de podcast. Mais il faut vraiment se poser cette question, c’est primordial car ça va influer sur votre motivation à continuer votre podcast. C’est un peu comme une entreprise un podcast, et en tant qu’entrepreneur.e, c’est important de se poser la question du pourquoi. Certaines personnes vont vouloir parler de sujets qui les touchent, comme d’écologie (Basilic) ou de ruptures amoureuses (Il faut qu’on parle) par exemple.

C’était aussi mon cas, avec De vraies vies, ma motivation c’est de m’inspirer de ces femmes que je rencontre et avec qui j’ai un échange privilégié, pour m’aider dans ma quête de soi.

Mais un podcast ça peut aussi juste se retrouver entre amis pour parler d’un film, d’une musique, d’un jeu ! Tant qu’on est touché voire passionné par son sujet.

2) Suis-je prêt(e) à consacrer temps et énergie à ce projet ?

Il faut savoir que beaucoup de podcasts sont abandonnés au 6ème épisode. Pourquoi ? Parce que ça prend du temps ! Si vous voulez tout faire vous-même, il faut savoir qu’en tant que novice, vous risquez d’y passer un peu de temps…

Vous allez devoir apprendre en lisant des articles, regardant des vidéos et en écoutant des podcasts puis développer votre idée, enregistrer vos épisodes, les monter et les diffuser ! Personnellement, même en ayant quelques épisodes derrière moi, je passe toujours entre 15h à 20h par épisode (tout compris). Le temps consacré à la création du podcast et de ses épisodes diffère aussi en fonction du type de podcast que vous voulez faire bien évidemment. Ce n’est pas la même chose d’enregistrer seul chez soi un épisode de 2 minutes que de prévoir une réunion en groupe de plusieurs personnes pour débattre d’un film d’une heure trente.

3) Pourquoi est-ce que les auditeurs devraient m’écouter moi ?

Si vous avez envie de lancer un podcast mais que le concept existe déjà, essayez de comprendre ce que vous pouvez apporter de plus : qu’est-ce qui vous différencie des autres podcasts ? Avez-vous une histoire particulière à raconter ? Êtes-vous experts dans un domaine ? Pourquoi est-ce que vos auditeurs devraient vous écouter vous plutôt que quelqu’un d’autre ?

En lançant mon podcast, je ne voulais pas partager une expertise (j’étais moi-même perdue) mais je voulais donner du courage. Au travers de mon histoire, mon parcours de « perdue », je voulais créer le contenu que j’aurai voulu entendre. Je me sers donc de mon point de vue de « celle qui comprend » pour identifier et échanger avec ces femmes inspirantes !

Mur avec marqué en lettres lumineuses "you are what you listen to"

Par quoi je commence ?

Si vous vous dites qu’il faut investir dans tout un tas de gadgets pour commencer, permettez-moi de vous arrêter tout de suite… Le podcast demande de l’investissement en temps mais pas en argent ! Du moins, pas au début !

Si vous n’avez pas un ami d’un ami qui peut vous aider en vous prêtant un micro, un enregistreur ou qui peut vous montrer comment monter… C’est quand même faisable ! 🙂

1) Le matériel

Avant d’investir, vous devriez déjà avoir défini votre type de podcast : solo (vous racontez des trucs seuls), en interview (vous posez des questions et on vous entend + on entend l’invité.e ou on entend uniquement l’invité.e), en groupe, ou un mixe tout ça !

Il vous faut donc deux choses principalement : un outil pour enregistrer et un endroit pour sauvegarder. Ça paraît logique mais quand on sait que des enregistreurs font aussi micros, il faut comprendre ces deux aspects.

J’ai commencé mon podcast en investissant 50€ dans deux micros cravates et un adaptateur double entrée. Faisant des interviews, j’ai donc besoin qu’on entende ET ma voix ET celle de mon invité.e. J’ai commencé avec ces micros basiques (mais de bonne qualité), mon casque habituel et j’enregistrais sur mon smartphone (j’ai utilisé l’application « Dictaphone » de mon iPhone, mais je ne vous la recommande pas ayant déjà eu un problème d’enregistrement qui m’a fait perdre toute l’interview).

Je sais que beaucoup de podcasteurs qui débutent investissent dans un Blue Yeti, vous pouvez aussi en trouver en deuxième main sur leboncoin 😉

Aujourd’hui j’enregistre sur un Zoom H1n, car j’ai besoin d’un enregistreur qui fasse micro, facile à transporter et pas très cher non plus. Il faut ajouter à l’achat de l’appareil les accessoires indispensables :  un trépied, une bonnette contre le vent, un adaptateur sur pied de micro, un étui de protection, etc. Le tout coûte aux alentours de 120€.

Pour notre podcast Les Coulisses du Podcast, nous utilisons le matériel de mon amie Mélanie, qui a un Zoom H5 ainsi que deux micros Shure SM 58. La qualité de son est bien meilleure, mais encore une fois, ça dépend de l’usage et de l’investissement financier.

Côté enregistrement, vous pouvez donc le faire directement sur votre smartphone, sur votre ordinateur avec un micro USB dans l’application Audacity ou Garageband (voir plus bas) ou avec un enregistreur de type Zoom ou Tascam.

2) Le montage

Non, rien de rien, non, je n’y connaissais rien (et c’est pas tellement mieux maintenant). Concrètement, pour lancer un podcast, il faut connaître quelques fonctionnalités de base et, en fonction de ce que vous voulez en faire, s’instruire avec des tutoriels YouTube.

En gros, il va falloir couper des morceaux de son, les coller ailleurs ou les supprimer, ajouter de la musique, ajuster le son (pour les enchaînements entre musique et paroles par exemple).

J’utilise Audacity parce que c’est gratuit, ça comporte plein de fonctionnalités (auxquelles je ne touche pas) et c’est utilisé par beaucoup de monde, donc la documentation et les tutos vont à foison. Si vous faites partie des possesseurs de Mac, Garageband y est déjà installé et est bien pour débuter aussi.

Attention à ne pas passer des heures sur votre montage et devenir trop perfectionniste (je parle de moi là), parce que vous pourriez vite vous en dégouter et arrêter… ça serait dommage !

Mon astuce : l’effet « réduction de bruit » d’Audacity. Il s’agit d’un effet magique qui supprime les bruits de fond (bon, il ne faut pas en abuser non plus) et c’est bien pratique quand on a un frigo qui fait un peu de bruit.

Une fois votre montage terminé, exportez votre fichier audio au format mp3 (une vitesse de bit de 128 kb/s et  fréquence d’échantillonnage de 44,1 MHz est conseillée).

3) L’hébergement

Il s’agit ici d’héberger votre épisode fraîchement monté et générer un flux RSS pour qu’il soit disponible sur plusieurs plateformes d’écoute (Apple Podcasts, Spotify, Deezer, Google Podcasts, Podcast Addict, etc.)

Je vous conseille fortement d’héberger votre podcast sur une plateforme à part, même s’il est également faisable de l’héberger sur votre site web (si tant est que vous en ayez un), tout simplement car c’est beaucoup plus simple.

Avant de choisir votre plateforme, tenez compte de certains critères : vous devez savoir combien d’épisodes vous aller publier par mois et de la longueur de chaque épisode. À titre d’exemple, un épisode d’une heure au format mp3 équivaut à environ 50 Mb. Certains hébergeurs fonctionnent à la durée, d’autres à la taille d’un fichier… Parmi les plus connus, vous retrouverez Libsyn, Pippa, Blubrry ou encore Soundcloud!

Pour ma part, que ce soit pour mon podcast De vraies vies ou Les Coulisses du Podcast, j’ai choisi l’hébergeur Ausha. Ils proposent un prix de 11€ par mois avec stockage illimité ! Pas besoin de vous soucier du poids de chaque épisode et la prise en main est très simple. En utilisant le code BOARDING19, vous aurez un mois offert.

Quand vous aurez choisi votre plateforme et publié au moins un épisode, vous aurez à disposition un flux RSS. Ce truc bizarre, c’est simplement l’adresse qui comprend toutes les informations concernant votre podcast : titre du podcast et description, les épisodes, l’illustration etc.

Après ça, ce n’est pas terminé ! Il vaut faudra soumettre votre flux RSS aux plateformes d’écoute sur lesquelles vous souhaitez apparaître : Apple Podcasts (aussi dit iTunes), Spotify, etc. Chaque plateforme a un système propre, ça parait compliqué mais ça ne l’est pas tellement.

4) La promotion de votre podcast

Pour promouvoir votre podcast, le mieux est de créer une communauté en amont. Si vous avez déjà une communauté personnelle, invitez-là à vous rejoindre sur les réseaux dédiés en créant du contenu avant même le lancement de votre premier épisode. Vos futurs auditeurs seront déjà informés et intéressés par votre podcast et n’auront plus qu’à consulter le premier épisode lors de sa sortie.

N’ayant pas de communauté professionnelle, j’ai démarré mon compte Instagram en me basant sur ma communauté personnelle (mes amis et ma famille) et en parlant beaucoup. De bouche-à-oreille, le podcast est découvert… N’hésitez pas à interagir avec d’autres podcasts, à les suivre, à les noter sur iTunes (c’est ça aussi l’entraide) pour augmenter votre visibilité ! C’est comme une mini-entreprise, sauf que le produit est gratuit !

Pour vous aider dans ce démarrage, Mélanie Hong du podcast Melting Pot et moi-même avons lancé le 11 mars le premier épisode de notre nouveau podcast : Les Coulisses du Podcast. Un podcast pour apprendre à podcaster aux débutants. On y parle de la phase d’idéation, des formats possibles, de matériel, de montage, de techniques d’interviews, etc. Tout ceci en relatant nos expériences de jeunes podcasteuses mais aussi celles de podcasteurs plus expérimentés, qui nous donnent des retours d’expérience et de précieux conseils !

Et voilà, il ne vous reste plus qu’à vous lancer ! Si vous avez encore des doutes : faites un épisode test. Même si vous n’avez pas encore trouvé exactement votre thème ou que vous ne savez pas exactement comment le faire, lancez-vous et créez un épisode de A à Z, vous aurez une idée du temps et de l’énergie à consacrer à votre projet et vous verrez vite si c’est fait pour vous ou non 🙂


👉 Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

👉 Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez les programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires

Vous allez aussi aimer