Estelle : Ingénieure, elle décide de changer de métier à 25 ans

Ancienne ingénieure en hydraulique, Estelle a décidé de changer de métier à 25 ans seulement ! Elle est aujourd’hui accompagnatrice en reconversion professionnelle et tient un blog pour aider les personnes qui veulent trouver un métier qui leur correspond : Le Temps d’un Déclic. Dans cette interview, elle nous raconte son parcours, sa reconversion, et comment elle vit aujourd’hui son projet entrepreneurial. Bonne lecture !


Bonjour Estelle, raconte-nous ton parcours en toute transparence !

Je m’appelle Estelle, j’ai 27 ans et j’habite à Lyon.

Comme la plupart des gens, au moment de choisir mon orientation post bac, je ne savais absolument pas quoi faire… J’étais forte en science. On m’a dit que c’était la voie qui ouvrait le plus de portes. Moi je voyais surtout ça comme une bonne manière de repousser le choix à plus tard.

Je suis donc allée à Grenoble pour faire une prépa, puis une école d’ingénieurs. Tout naturellement, j’ai ensuite décroché mon premier emploi en tant qu’ingénieure d’affaires dans une grosse entreprise à Toulouse.

Comme pendant mes études, tout se passait très bien. J’avais un travail  intéressant, une équipe au top, un salaire confortable. Mais j’avais l’impression qu’il manquait quelque chose…

Et puis, petit à petit, j’ai commencé à être de plus en plus stressée, à rêver de boulot la nuit. Jusqu’au jour où j’ai lu un livre qui m’a fait l’effet d’un électrochoc ! Et là j’ai tout remis en question : mon job, mon métier, mon cadre de vie…

Ensuite, tout est allé très vite. En quelques semaines j’ai pris la décision de prendre un congé sans solde, pour faire une pause et réfléchir à ce que je voulait faire de ma vie (vaste question ^^).

J’ai fait deux mois de Wwoofing absolument géniaux où j’ai rencontré des personnes formidables ! Je me suis rendue compte que j’étais loin d’être la seule personne à me questionner sur mon travail, ce qui a été un grand soulagement pour moi !

L'unique newsletter à lire pour enfin poser ta dem' !

Rejoins la communauté de 10000 futurs démissionnaires qui lisent mes conseils concrets et inspirants pour inventer leur vie professionnelle !

Qu’as-tu fait ensuite ?

C’est comme ça que début 2019, alors que j’avais seulement 25 ans… j’ai décidé de poser ma dem (pour de vrai cette fois-ci) ! Je voulais prendre un temps pour moi, pour réfléchir à mes envies pour la suite.

Mais je me suis vite rendue compte que je n’avais absolument aucune idée du métier que je voulais faire…

J’ai donc passé un an à :

  • me poser (enfin) les bonnes questions,
  • apprendre à me connaitre,
  • me renseigner sur les métiers qui m’attiraient,
  • échanger avec des professionnels,
  • m’investir dans des associations,
  • faire des mini formations et stages d’immersion.

Pendant cette année, j’ai vécu plein de phases : des moments géniaux comme des périodes très difficiles. J’ai pensé à 50 métiers différents : d’animatrice à gérante d’un salon de thé, en passant par tourneuse sur bois.

Et petit à petit, déclic après déclic, j’ai fini par trouver un métier qui me faisait vraiment vibrer : celui de conseillère en accompagnement professionnel.

Et puis un jour, alors même que je me renseignais sur les différents emplois et formations qui existaient dans ce domaine… une opportunité s’est présentée à moi : celle de devenir conseillère Pôle Emploi.

Après beaucoup d’hésitations, j’ai décidé de tenter l’aventure ! Je me suis dit que ce serait l’occasion de faire un test grandeur nature, de voir si le métier me convenait vraiment.

J’ai donc travaillé un an comme conseillère Pôle Emploi à l’agence d’Alès dans le Gard (où je vivais à l’époque). Ça a été une expérience géniale qui a confirmé que ce métier me correspondait et avait beaucoup plus de sens pour moi que mon précédent travail !

Comment as-tu trouvé ta nouvelle voie ?

Mais il y avait toujours quelque chose qui clochait… Je ne me sentais pas vraiment à ma place dans cette grande institution. J’avais un réel besoin de liberté, et surtout je rêvais d’accompagner des personnes en reconversion (parce que c’est vraiment ça qui me fait kiffer).

Moult réflexions et deux confinements plus tard (merci la Covid), j’ai compris que je refoulais depuis longtemps l’envie d’entreprendre. Suite à cette révélation, j’ai passé plusieurs mois à me renseigner sur l’entrepreneuriat et j’ai finalement décidé de me lancer début 2021 !

J’ai commencé en créant le blog Le Temps d’un Déclic, pour aider ceux qui se sentent paumés dans leur job à se poser les bonnes questions sur leur vie pro.

Aujourd’hui, je suis en train de construire un accompagnement sur mesure pour aider ces personnes à trouver un métier qui leur correspond vraiment. Même si elles ne savent pas du tout par où commencer ?

Pourquoi avoir quitté le métier d’ingénieur ?

C’est toujours la première question qu’on me posait quand je parlais de mon projet de reconversion. Et moi je répondais toujours que si. Je trouvais mon travail très intéressant ! Mais pour moi, ce n’était pas suffisant…

Il y a plusieurs choses qui ne me me convenaient pas :

  • beaucoup d’heures,
  • une charge de travail fluctuante et souvent très intense,
  • le stress que ça me procurait…

Le soir et les week-ends je n’avais qu’une envie : éteindre mon cerveau et me reposer. J’avais l’impression de n’avoir le temps de rien faire en dehors du boulot.

On m’a dit plusieurs fois que tout ça était peut-être lié à mon entreprise et que j’aurais pu essayer un autre job dans une autre boite pour comparer. Mais quand j’en parlais à mes amis ingénieurs, j’avais l’impression que c’était plus ou moins la même chose partout…

Et puis il n’y avait pas que les conditions de travail qui ne me convenaient pas. Je ne trouvais pas de sens dans mes tâches au quotidien, ou en tout cas pas suffisamment. Je ne me sentais pas utile à la société…

J’avais aussi beaucoup de mal à me projeter dans le métier d’ingénieur. Quand je pensais au futur, en m’imaginant à la place de ma manager, ça ne me faisait absolument pas envie. Au contraire, je ressentais beaucoup d’angoisse et de peur à l’idée de faire ce métier toute ma vie.

Je voulais trouver un métier qui me corresponde, où je pourrais m’épanouir pleinement !

Malgré tout ça, j’avoue qu’il m’a fallut du temps avant d’oser sauter le pas… Et c’est aussi grâce à des facteurs extérieurs que j’ai finalement décidé de quitter mon job (situation amoureuse, ras-le-bol de la ville, envie de vivre à la campagne, déclic en lisant un livre…)

Pourquoi ne pas être restée dans ton job pendant ta reconversion ?

Comme je l’ai dit plus tôt, en travaillant à temps plein, je n’avais ni l’envie ni l’énergie de réfléchir à ma reconversion après ma journée de boulot. J’admire ceux qui arrivent à faire les deux en parallèle ! Mais de manière générale, je pense qu’il est quand même important de prendre un temps dédié à sa reconversion (congés, congé sans solde, chômage…).

Personnellement, j’ai très bien vécu le fait de ne pas travailler pendant un an ! Ça m’a permis d’apprendre énormément sur moi et de tester des choses que je n’aurais jamais pu faire en travaillant à côté.

Comment as-tu vécu le fait de changer de métier à 25 ans ?

Pour être honnête, ça n’a pas été évident… J’ai mis longtemps à prendre la décision de changer de voie. Je ne me sentais pas légitime de le faire à mon âge, parce qu’à l’époque je voyais la reconversion comme quelque chose de réservé aux personnes qui avaient au moins dix ans de boite derrière eux.

En plus, j’avais fait de longues études et je voyais ça un peu comme un échec de changer de métier seulement 2 ans après avoir commencé à travailler. Je me sentais également redevable envers mes parents, l’État…

J’ai ruminé tout ça pendant longtemps… Et puis un jour je me suis dit : « mais en fait, pourquoi attendre ? » Et comme je n’avais pas de réponse satisfaisante à cette question, j’ai décidé de foncer.

J’ai mis du temps à assumer le fait de me reconvertir aussi jeune, mais aujourd’hui je vois ça plutôt comme une force. Après tout, on n’a qu’une vie. Pourquoi devrait-on se forcer à passer ne serait-ce qu’un jour de plus dans un job qui ne nous convient pas ?

Aujourd’hui j’ai la conviction qu’il n’est jamais trop tôt pour changer de voie ?

Comment as-tu su que le métier de conseillère en accompagnement professionnel était fait pour toi ?

Un jour (alors que j’étais encore en pleine période de questionnement), pendant une soirée entre copains, un ami est venu me voir pour me parler de ses doutes sur son job et son envie de changer de voie. J’ai adoré discuter avec lui, l’aider à prendre du recul et y voir un peu plus clair.

Au fur et à mesure, d’autres amis sont venus me confier leur mal être au boulot. Ils trouvaient ça hyper courageux que j’aie quitté mon job pour me consacrer à ma reconversion. Ils venaient chercher des conseils (et je pense un peu d’inspiration).

Petit à petit, je me suis rendu compte que mes conversations tournaient beaucoup au tour de ces sujets là… Et que j’adorais ça ! Quand je discutais avec eux, j’étais à fond. Je ne voyais pas le temps passer et ça me donnait une énergie incroyable !

C’est là que je me suis dis qu’il y avait quelque chose à creuser de ce côté-là. Que je pouvais peut-être m’épanouir dans le domaine de l’accompagnement professionnel.

Mais si tu me demandes comment j’ai su que c’était fait pour moi, je dois dire très honnêtement… que je ne l’ai pas su ?

On ne peut jamais être sur à 100% si on va aimer un métier avant de l’essayer. J’ai suivi un feeling, une intuition, même si ça me faisait très peur. Pour la première fois, je me suis donnée le droit d’essayer, le droit à l’erreur. Et je ne l’ai jamais regretté !

Pourquoi t’être lancée dans l’entrepreneuriat ?

Premièrement, depuis toujours, je sais que j’ai un grand besoin de liberté dans mon travail. J’aime pouvoir m’organiser comme j’en ai envie, tant au niveau des tâches que des horaires.

Deuxièmement, je ne me sentais pas très à l’aise dans la posture de conseillère Pôle Emploi (caractère obligatoire de l’accompagnement, questions d’indemnisation…). Je n’appréciais pas non plus le fait de suivre autant de personnes à la fois. Je me sentais frustrée de ne pas avoir le temps de les accompagner comme je voulais.

Et enfin, je sentais que c’était le bon moment pour moi de me lancer : mon contrat arrivait à son terme, je n’avais pas d’enfants ni de crédit à rembourser…

Et puis si je n’avais pas essayé, je sais que je l’aurais regretté un jour !

Alors j’ai décidé de me mettre à mon compte pour pouvoir m’organiser comme j’en ai envie, et de faire ce qui me fait vraiment kiffer : accompagner des jeunes actifs, qui se sentent déboussolés dans leur vie pro et qui veulent s’épanouir dans un travail qui leur correspond.

Pourquoi passer par un blog ?

J’ai décidé de créer un blog pour 3 raisons principales :

  • Parce que j’aime écrire. J’ai déjà eu deux blogs perso par le passé et j’ai adoré ça !
  • Pour aider les reconversionneurs (comme je les appelle ?) avec des articles et une newsletter accessibles gratuitement.
  • Pour me faire connaître et attirer des personnes qui souhaitent que je les accompagne parce qu’elles aiment mon approche (et pas juste parce qu’elles ont trouvé mon nom dans un annuaire).

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui souhaite se reconvertir mais n’a pas encore osé franchir le pas ?

  • Tu n’as pas besoin de trouver TA voie. Ne te mets pas la pression pour ça. C’est ok de ne pas avoir de vocation, de faire plusieurs métiers dans ta vie. C’est même totalement génial !
  • Ne te mets pas de barrières parce que tu es jeune. Tu as le droit de changer de métier à 25 ans ? Et surtout, ne te force pas à rester dans un boulot qui te pourrit la vie. Aucun travail ne mérite ta souffrance.
  • Au moment de faire des choix, écoute ton intuition, tes envies, tes émotions… plus que ton mental. Demande-toi quels sont tes valeurs, tes moteurs. Ils t’emmèneront toujours au bon endroit.
  • Ne reste pas dans ta tête. Entoure-toi de personnes qui sont paumées comme toi, échange avec des professionnels, ose essayer de nouvelles choses… N’hésite pas à te faire accompagner dans cette période importante de ta vie. Ne reste pas seul, c’est super important ?

Que retenir de l’expérience d’Estelle ? 

  • Trouver sa voie est un processus long et parfois sinueux mais souvenez-vous que la destination est synonyme de joie et d’épanouissement professionnel ! 
  • Laissez-vous le temps de souffler, une reconversion est un chemin qui se prépare et pour cela vous devez prendre du temps pour vous, pour réfléchir à ce que vous souhaitez réellement dans votre vie.
  • Prenez le temps de réfléchir sur vos peurs et vos blocages, identifiez vos moments de flow pour révéler vos passions et ce qui vous anime.
  • Faites-vous confiance, vous pouvez le faire !

Vous pouvez retrouver Estelle, qui a décidé de changer de métier à 25 ans, sur son blog.


Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

? Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez les programmes d’accompagnement individuelet les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires