Je me prépare

Il n’y a pas d’âge pour se reconvertir professionnellement

Stéphanie a écrit un article : il n'y a pas d'âge pour se reconvertir

Quand on ne s’épanouit plus dans son domaine d’activité, la question d’une réorientation professionnelle se fait alors ressentir. Mais, de nombreux freins peuvent venir faire blocage et nous empêcher de nous lancer sur une nouvelle voie. La question du bon moment est une des plus fréquentes lorsque l’on s’interroge sur notre avenir professionnel. Alors, à quel âge se reconvertir professionnellement ? Et si, en réalité, il n’y avait pas d’âge ? 


Article invité rédigé par Stéphanie Allegret, rédactrice web SEO freelance


Choisir sa voie professionnelle à 18 ans : réalité ou utopie ?

Le dur choix de l’orientation

À la petite école, on rêvait de qui on deviendrait : astronaute, maîtresse d’école, pompier ou encore vétérinaire… On pouvait changer d’idée comme de chemise, ou même avoir plusieurs métiers en parallèle. Arrivait ensuite le passage au collège, puis au lycée. Le fameux choix de l’orientation devenait alors de plus en plus présent. C’est à ce moment-là qu’on nous demandait de choisir notre voie et de bien la choisir, car a priori, on s’engageait sur du long terme. Difficile alors d’envisager la possibilité de se reconvertir professionnellement en cours de route lorsque les exemples autour de nous exerçaient le même métier toute leur vie.

Pourtant, la majorité des adolescents n’ont pas la moindre idée de ce qu’ils veulent faire. Mais il faut quand même choisir et s’orienter… Je pense que la plupart des lecteurs de cet article se retrouveront dans l’idée qu’ils ont choisi une voie, mais sans grande conviction. C’est le cas pour moi. Je n’avais aucune idée du métier que je voulais faire. J’ai donc suivi une voie où il y avait des chiffres et de l’informatique, car c’était la suite logique à mon parcours. Et pourtant, maintenant, je m’épanouis dans l’écriture !

Le besoin de se réorienter

Si à 18 ans, certains savent exactement quel métier ils veulent exercer (peut-être leur rêve d’enfant), d’autres l’ignorent totalement. Sans avoir expérimenté plusieurs possibilités et sans se connaître vraiment, difficile d’être sûr de ce que l’on veut… C’est pourquoi, de plus en plus de travailleurs, de tout âge, choisissent de changer de profession. Après quelques années dans un travail où ils ne s’épanouissent pas, se reconvertir professionnellement semble être la solution la plus adaptée.

Certains signes peuvent indiquer un besoin de changement professionnel. Si lorsque vous allez travailler, vous y allez à reculons, vous n’êtes plus motivé, si vous vous sentez stressé, irritable, il est peut-être temps de vous demander si votre domaine d’activité vous convient toujours. Bien sûr, lorsqu’on est dans un wagon en cours de marche, il faut oser appuyer sur le bouton d’arrêt pour stopper le train et descendre…

Reconversion professionnelle : la difficulté de franchir le pas

Pourquoi changer de profession fait peur

Franchir le cap d’un changement de travail n’est pas une mince affaire. Beaucoup d’hésitations, de doutes, de questions traversent notre esprit. Ce qui peut nous faire hésiter à nous reconvertir est la peur de perdre ce que l’on a : la stabilité, l’assurance du salaire, le rythme de vie… Abandonner le connu pour l’inconnu ; passer du confort à l’inconfort !

De plus, selon la situation familiale dans laquelle on se trouve, d’autres contraintes peuvent venir semer le doute. Ainsi, la responsabilité du ménage, des enfants, des personnes à charge sont autant de raisons pour faire de la résistance. « Et si j’échouais ? Si ma nouvelle activité ne marchait pas ? Je ne peux pas me lancer maintenant, ce n’est pas le bon moment ». Mais le moment parfait n’existe pas. Il y aura toujours de « bonnes excuses » pour rester dans son emploi actuel. Pourtant, l’épanouissement d’un membre de la famille participe au bien-être général de celle-ci.

L'unique newsletter à lire pour enfin poser ta dem' !

Rejoins la communauté de 7000 futurs démissionnaires qui lisent la newsletter chaque mardi matin !

« Oui, mais il faut repartir de zéro… » : oui et non. Bien sûr, changer de profession implique d’apprendre de nouvelles choses, surtout si la nouvelle voie est à l’opposé de l’ancienne. Mais toute l’expérience que vous avez eu, que ce soit en terme d’organisation, de relation client, de travail d’équipe, et encore tant d’autres, vous servira sans aucun doute.

Comment oser se reconvertir professionnellement

1) Trouver sa voie

Dans quoi se reconvertir professionnellement ? Retour au lycée et au fameux choix de l’orientation… Vous souhaitez donner du sens à votre travail ? Quelle voie professionnelle vous y aidera ? Et par extension, laquelle participera à donner du sens à votre vie ? Là encore, certains sauront parfaitement la direction à prendre, d’autres pas.

Pour ceux qui savent déjà, parfait, direction étape numéro 2 – se lancer ! Pour ceux qui sont incertains ou perdus, plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • Écrivez votre vie rêvée, votre travail idéal, sans vous censurer. Jetez les mots sur papier comme ils vous viennent, même si cela ne ressemble en rien à un métier à proprement parler. En vous relisant, vous en ressortirez des informations importantes.
  • Faites un bilan de compétences. Ne vous arrêtez pas à ce que vous avez réalisé professionnellement jusqu’à maintenant. Prenez en compte toutes les sphères de votre vie : vos loisirs, vos centres d’intérêt, vos passions… Posez-vous les questions : qu’est-ce qui m’intéresse ? Qu’est-ce qui me motive ? Qu’est-ce qui me fait vibrer ? Le test MBTI peut se révéler d’une grande aide pour mieux se connaître et préparer sa reconversion professionnelle.
  • Restez ouvert à ce que votre entourage vous dit : vos qualités, vos atouts. Mais gardez un sens critique pour éviter de prendre leurs rêves et leurs peurs pour vous.
  • Renseignez-vous sur le parcours d’autres personnes. Cela vous inspirera sûrement. Vous trouverez de nombreux témoignages sur Pose ta Dem’.

2) Se lancer

Une fois votre vocation trouvée, il est temps de vous lancer.

  • Entourez-vous de personnes qui vous aideront sur le chemin de votre reconversion (conseils, astuces, choses à savoir…). Vous voulez vous lancer à votre compte ? Beaucoup de personnes sont déjà passées par là. Elles pourront vous conseiller sur les bonnes questions à vous poser, les démarches administratives à faire, les pièges à éviter…
  • Établissez un plan d’action pour avancer pas à pas, sereinement. Ne prenez pas peur face à la montagne à gravir. En avançant une étape à la fois, vous verrez que vous arriverez au sommet bien plus facilement que vous ne le croyiez.
  • Suivez des formations. Renseignez-vous sur les possibilités d’aide de financement. Si vous êtes salarié, vous pouvez utiliser votre CPF (compte personnel de formation).
  • Démarrez votre projet en parallèle de votre emploi actuel pour une transition douce. De nombreuses personnes se sont lancées ainsi avec un side project. C’est rassurant, cela permet de poser des bases solides pour démarrer sans perte de revenus. Une fois les fondements établis, peut-être même les premiers revenus touchés, vous serez plus confiant pour poser votre démission.
  • Renseignez-vous auprès de votre CCI, du conseil régional si vous voulez créer votre entreprise, il existe de nombreuses aides financières pour accompagner les porteurs de projet.

Pourquoi il n’y a pas d’âge pour se reconvertir professionnellement

Se reconvertir à 30 ans

Après s’être confronté au monde du travail et avoir testé les premières années dans une entreprise, lorsque les expériences vécues ont été décevantes, le désir de changer de métier peut se faire ressentir. Les plus jeunes réalisent parfois que la voie qu’ils avaient choisie n’était finalement pas la bonne, ou que le travail de salarié, avec un patron, n’est peut-être pas fait pour eux. Ils ne se voient tout simplement pas continuer ainsi pour le reste de leur vie.

Les trentenaires à se lancer dans une réorientation professionnelle sont peu nombreux, mais le nombre de reconversions précoces tend à augmenter ces dernières années.

C’est la tranche d’âge où le changement est souvent plus facile : moins de responsabilités, moins de pression.

Se reconvertir à 40 ans

Aux alentours de 40 ans, les responsabilités sont généralement plus importantes : vie de famille, jeunes enfants… On a du mal à trouver du temps pour nous. Pourtant, une certaine stabilité est en place et est plutôt confortable. Pourtant, c’est un âge où beaucoup ressentent le besoin de changement professionnel. Ma vie, est-elle comme je la rêvais ? Est-ce que je veux continuer de m’ennuyer à mon travail ?

Est-ce la crise de la quarantaine qui pointe le bout de son nez ou une simple envie d’enfin s’épanouir dans son travail (et dans sa vie) ? Les deux sont peut-être bien liés. À cet âge, faire le point pour savoir où l’on en est s’impose. On se sent un peu perdu, car une fois embarqué dans le train, on n’a jamais vraiment pris le temps de se demander : ai-je pris le bon ? C’est le moment idéal pour s’entourer de personnes bienveillantes qui sauront vous guider sur le chemin de la reconversion professionnelle.

Se reconvertir après 50 ans

Les enfants ont grandi, ils sont autonomes, on prend plus le temps pour s’interroger sur nos propres besoins, nos envies, nos aspirations. On trouve enfin des moments pour nous. Cela permet de mieux savoir ce que l’on veut et ce que l’on ne veut pas.

Les quinquagénaires sont de plus en plus nombreux à changer de travail, voire de domaine d’activité. Il n’est pas rare qu’ils reviennent à leurs premières aspirations, à une activité à laquelle ils avaient déjà pensé, mais qu’ils n’ont jamais osé mener à terme. De l’expérience, de la maturité, du recul sur eux-mêmes, tels sont les atouts des quinquas pour mener à bien leur reconversion.

Pour conclure

Il n’y a pas d’âge pour se reconvertir professionnellement, il y a juste des causes différentes, mais au final pour un but commun : s’épanouir dans son job et dans sa vie !

Se reconvertir à 30 ans, 40 ans ou après 50 ans ne générera pas les mêmes interrogations et hésitations, mais est tout à fait possible. Nous avons la chance de vivre une époque où l’on peut inventer et réinventer son métier, le créer sur-mesure, changer de voie et se faire accompagner pour y parvenir.

Alors, vous êtes prêt à sauter dans un nouveau train ?


Vous pouvez retrouver Stéphanie, qui nous explique qu’il n’y a pas d’âge pour se reconvertir, sur son blog et sur LinkedIn


👉 Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

👉 Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez les programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires

Vous allez aussi aimer

🍪 En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités. Plus d’infos

C'est quoi un cookie ?
En plus d'être un délicieux gâteau, un cookie est un fichier sur votre appareil qui contient des données. Vous pouvez à tout moment supprimer ou limiter le stockage de ces fichiers dans les paramètres de votre navigateur internet (voir plus bas).

À quoi ils servent ?
Les cookies de mesure d’audience nous permettent de connaître l’utilisation et les performances de notre site, d’établir des statistiques, des volumes de fréquentation et d’utilisation des divers éléments de notre site (contenus visités, parcours) nous permettant d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services. Les données recueillies sont uniquement consultées et analysées par Pose ta Dem'.
Les cookies liés aux opérations relatives à la publicité ciblée nous permettent de mesurer l’efficacité de nos campagnes publicitaires et de limiter le nombre de fois où une publicité pour Pose ta Dem' vous est proposée.

Comment désactiver les cookies ?
Pour empêcher ou limiter le stockage des cookies sur votre Terminal, vous pouvez modifier les paramètres du navigateur que vous utilisez :

Pour Chrome :
Cliquez sur le menu Chrome à droite dans la barre d'outils du navigateur.
Sélectionnez Paramètres.
Cliquez sur Afficher les paramètres avancés.
Dans la section "Confidentialité", cliquez sur le bouton Paramètres de contenu.
Dans la section "Cookies", vous pouvez modifier les paramètres suivants :
Supprimer les cookies
Bloquer les cookies par défaut
Autoriser les cookies par défaut
Conserver les cookies et les données de site par défaut jusqu'à la fermeture du navigateur
Définir des exceptions pour les cookies de certains sites Web ou domaines
Pour Safari :
Choisissez Safari > "Préférences", puis cliquez sur l'onglet "Sécurité" (ou " Confidentialité").
Dans la section "Accepter les cookies", choisissez l'une des options proposées.
Pour Mozilla Firefox
En haut de la fenêtre de Firefox, cliquez sur le menu Outils, puis sélectionnez Options
Sélectionnez le panneau Vie privée.
Paramétrez Règles de conservation : à utiliser les paramètres personnalisés pour l'historique.
Décochez Accepter les cookies.
Cliquez sur OK pour fermer la fenêtre « Options »
Si votre navigateur ne figure pas dans la liste vous pouvez vous rendre directement sur le site de son éditeur.

Pour disposer d’informations complémentaires sur les Cookies, nous vous invitons à consulter la rubrique « Vos traces » du site de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/.

Fermer