Je me lance

J’ai démissionné de l’Education Nationale pour me lancer à mon compte : témoignage

Elle a démissionné de l'Education Nationale

2 septembre 2019, je suis officiellement « radiée des cadres » de la fonction publique ! (c’est le jargon administratif pour dire que l’Éducation Nationale a accepté que je pose ma dem’!) Oui, oui : j’ai osé démissionner de l’Education Nationale (la sacro-sainte) ! Quelles ont été mes motivations, quels sont mes projets et comment j’ai lâché prise pour pouvoir changer de vie ? Je vous raconte dans cet article comment j’ai démissionné de l’Education Nationale pour me lancer à mon compte !


Article invité rédigé par Valentine Magnée


Mon expérience dans l’Éducation Nationale

L’enthousiasme : porteur et nécessaire

Si je devais résumer mes 9 ans d’enseignement, je dirais que j’ai commencé dans le métier avec beaucoup d’envie et de joie. Et j’avais raison parce que j’ai rencontré beaucoup de jeunes formidables. J’avais également raison d’aborder l’enseignement avec enthousiasme parce que c’est une des clés de la transmission et du partage. En classe, j’ai beaucoup ri, beaucoup débattu, beaucoup chambré et ai été souvent surprise.

J’ai aimé être en classe, sentir que je pouvais apporter un petit quelque chose d’humain et de bienveillant à mes élèves. J’ai aimé comprendre des années après que j’avais parfois eu les bons mots ou le bon regard pour tel ou tel adolescent.

Contrairement à ce que l’on peut croire, il arrive que le métier de prof puisse être gratifiant !

J’avais également raison d’être une prof enthousiaste parce que lorsqu’on commence, on en voit du paysage !! On en fait des heures de route entre son collège n°1, son collège n°2 et son lycée… On en découvre des coins de France qu’on ne connaissait pas quand on atterrit au fin fond de l’Académie, à la frontière suisse, là où les loyers sont plus élevés qu’à Paris pour vivre au milieu des montagnes.

Il en faut parfois un sacré paquet de joie de vivre pour supporter d’être baladée année après année d’un établissement à l’autre, d’un département à l’autre, et en être informée en général quelques semaines (voire quelques jours) avant la rentrée.

Si je devais résumer mes 9 ans d’enseignement, je dirais que j’ai commencé dans le métier avec beaucoup d’envie et de joie mais que j’ai terminé avec une enclume à la place du cœur.

La désillusion

Vous savez quoi, j’ai eu énormément de chance dans mon parcours. J’ai globalement toujours eu des élèves plutôt sympas, je me suis toujours bien entendue avec mes collègues, je me suis toujours autorisée à enseigner les contenus qui me plaisaient. Enseigner est un métier que j’aime, profondément !

Sauf qu’un jour, je n’ai plus pu aller travailler. Mon corps ma dit STOP ! Pourquoi ? Parce que je me suis lentement mais sûrement laissée broyer par l’Institution.

J’ai été contrainte d’accepter, année après année, des conditions de travail qui ne me convenaient pas. Vous voulez quelques exemples d’aberrations qu’il a fallu supporter ?

  • Enseigner à 3 niveaux différents au sein d’une même classe : regroupement de secondes, premières et terminales en super-package unique !!
  • Se voir attribuer 2 établissements distincts d’1h15 de route entre eux et ne pas être défrayé pour les déplacements parce qu’on a choisi de vivre à mi-distance entre les deux.
  • Organiser des voyages scolaires sans être rétribué un centime pour le faire (à présent, il existe un petite prime pour cette tâche) et se voir dire par l’agent comptable du lycée qu’on est son pire cauchemar parce qu’on lui rajoute du travail !!

Je vous passe le harcèlement, le chantage et autres techniques d’intimidation hiérarchique. Je vous passe également les trop nombreux choix politiques effectués pour l’argent plutôt que dans l’intérêt des élèves, réforme après réforme.

Un jour, je n’ai plus pu supporter ça !

Je voulais faire un travail qui me plaise et qui respecte mes valeurs et mes aspirations :

  • transmettre dans la bienveillance
  • accompagner chacun de manière individualisée
  • chercher à élever, faire grandir l’autre dans sa réflexion et sa construction

illustrer le parcours de Valentine qui a démissionné de l'Education Nationale

Construire un nouveau projet professionnel : 3 étapes clé

ÉTAPE 1 : La prise de conscience

La naissance de ma fille a été le détonateur d’une question qui m’a littéralement explosée au visage : quel sens a ma vie ? Et suis-je vraiment en accord avec ce que je veux transmettre ?

Clairement, la réponse était NON !

Alors, à la maison, il y a eu une révolution : changements alimentaires, changement dans notre conscience écologique, changements de priorités et pour moi… le besoin de quitter l’Éducation Nationale.

Ce qui était très dur c’est que c’était une envie pressante. Vraiment pressante !!!

Alors j’ai dû m’interroger vite et prendre des décisions.

ÉTAPE 2 : C’est reparti pour 2 ans d’études !

J’ai déjà un bac +6… mais j’ai décidé de rempiler 2 ans. Deux années à me former en parallèle de mon métier d’enseignante. Formation en naturopathie.

La formation se tient les weekends et j’ai la chance d’avoir le soutien inconditionnel de ma compagne.

Je finance cette formation avec mes économies, presque toutes mes économies.

ÉTAPE 3 : L’ajustement

Deux ans, c’est peu à l’échelle d’une vie. Mais c’est long quand il faut supporter chaque jour d’aller au boulot alors qu’on ne le supporte plus.

Je me suis mise a beaucoup moins m’investir dans mon travail car je n’avais plus le goût. Et cela me culpabilisait et me peinait parce que j’ai toujours voulu le meilleur pour mes élèves et je me rendais progressivement compte que je n’étais plus en mesure de le leur donner.

Déchirant.

Mais j’ai tenu bon et compensé en m’épanouissant dans ma nouvelle formation de naturopathe, en mettant en pratique ce que j’ai appris, en dispensant des conseils à des proches, à des amis. Et cela m’a permis d’affiner mon projet.

Mon nouveau projet professionnel

Aujourd’hui, je ne suis plus fonctionnaire mais auto-entrepreneure.

Fini la sécurité de l’emploi, le salaire fixe tous les mois et les vacances scolaires. Adieu également les réformes, les devoirs de bon petit soldat de l’état, la hiérarchie malveillante… Hourra !

Bonjour les semaines où les heures de boulot ne sont pas comptées et la peur de ne pas rentrer un salaire chaque mois. Mais bienvenue à la liberté de travailler comme je l’entends, la liberté de faire mes propres choix, la liberté de rêver et construire à la hauteur de mes aspirations.

Nature Nature 

J’ai ouvert mon cabinet de naturopathie et réflexologie dans le Beaujolais (69), à Saint Georges-de-Reneins.

La naturopathie : c’est conseiller les personnes sur leurs habitudes de vie (alimentation, sommeil, gestion des émotions et du stress, activité physique…) et les accompagner avec des techniques naturelles (huiles essentielles, plantes, compléments alimentaires, etc.) pour trouver leur équilibre de santé

La réflexologie :

  • plantaire : c’est un soin des pieds qui permet d’agir sur l’ensemble du corps. Relaxant, il permet de se détendre tout en incitant le corps à se réguler.
  • endonasale : c’est dans le nez !!! On y introduit un stylet souple très fin pour solliciter des points réflexes. Une technique qui peut sembler étrange mais qui est d’une puissance extrême, notamment sur la régulation du système nerveux.

Deux pratiques qui me permettent de continuer à transmettre et de la faire dans l’écoute et la bienveillance, en individualisant mes conseils à chacun.

Parents en Équilibre

LE blog pour les parents qui veulent prendre soin d’eux et être heureux en famille. L’idée est d’offrir des conseils pratiques (à travers des articles, des podcasts et des vidéos) pour aider les parents à être en bonne forme physique et psycho-émotionnelle, et ainsi être plus disponibles pour leur famille.

Beaucoup de liberté dans ce projet et une énorme envie de transmettre et partager mes expériences.

Cliquez ICI pour découvrir le Manifeste que j’ai rédigé pour tous les parents qui se sentent parfois happés par leur vie de famille intense.

Image pour illustrer qu'elle a démissionné de l'Education Nationale

5 choses que j’ai apprises pendant ma reconversion et qui pourraient vous servir

1- Faire un travail sur ses peurs et ses croyances limitantes

Le changement de vie professionnelle a engendré chez moi beaucoup d’anxiété. Il a fallu apprendre à faire le tri.

Les croyances limitantes : ce sont ces choses que l’on nous a toujours dites, toujours racontées et auxquelles on croit dur comme fer ! Par exemple : « il faut compter au moins 2 ans avant de pouvoir vivre de son entreprise ».

La peur : elle me colle aux trousses depuis le début de ma reconversion. Elle a pris beaucoup de formes différentes : peur de décevoir l’entourage, peur de ne pas avoir assez d’argent, peur de ne pas savoir comment faire, peur de ne pas y arriver…

Mes conseils :

  • faites vous accompagner par un.e professionnel.le si vous sentez que cela vous ronge avec violence ;
  • lisez, écoutez, visionnez beaucoup de livres, podcasts, vidéos de développement personnel pour apprendre à changer votre regard sur la situation et sur vous-même ;
  • ne refrénez pas vos émotions, même désagréables : exprimez-les, écrivez-les.

2- Remplir son temps

J’ai rencontré une coach spécialisée dans la reconversion professionnelle qui m’a donné cet excellent conseil : « puisque tu as peur de quitter l’Education Nationale, ne le fais pas tout de suite ! ».

« Pour le moment, continue à exercer ton métier de prof mais en parallèle remplis ton emploi du temps de naturopathie. Remplis-le jusqu’à ce que ça déborde ! Alors seulement, tu pourras lâcher du temps d’enseignement. ».

J’ai appliqué son conseil et cela a plutôt bien marché pour moi car je me suis créée une petite clientèle avant même d’avoir mon entreprise. Des amis, des voisins, des amis d’amis… Cela m’a permis de pratiquer, d’ajuster ma pratique, de m’améliorer, et de fidéliser une part de clientèle.

3- Bien communiquer dans son couple

Essentiel ! Et je ne remercierai jamais assez ma compagne !

A mon sens, à deux, il faut être capables :

  • D’exprimer ses émotions et écouter celles de l’autre. Car oui, vous ne serez pas le/la seul.e à avoir peur !
  • Ne pas juger l’autre pour ce qu’il ressent. Simplement accueillir et voir comment ajuster le tir.
  • Se mettre d’accord sur la mise en place pratique et financière de la reconversion.

4- Bien s’entourer et faire participer son entourage

Il y aura de nombreux rabats-joie qui vous diront : « tu es fou/folle ! », «  tu es inconscient.e », « tu es sûr.e que ce soit une bonne idée ? », « et les enfants ? », etc.

Ils auront l’art de vous faire culpabiliser et de nourrir vos peurs.

Mes conseils :

  • apprenez à mettre de la distance avec certaines personnes ;
  • apprenez également à faire la part des choses entre leur émotion à eux (elle leur appartient et vous n’avez pas à la porter) et votre émotion à vous (déjà bien assez lourde à porter comme ça).

5- Gratitude

Votre meilleure amie ! Elle vous permettra de voir que vous avancez, malgré les peurs, malgré les doutes, malgré la fatigue.

Faire preuve de gratitude, c’est prendre le temps de s’arrêter pour s’émerveiller et remercier la vie.

Juste quelques minutes pour vous dire chaque jour :

  • « Wow, j’ai de la chance de m’autoriser à vivre la vie de mes rêves » ;
  • « Je me sens vraiment chanceux.se d’être accompagné.e par mon compagnon/ma compagne dans cette nouvelle aventure »,
  • « Super, aujourd’hui j’ai acquis un client »,
  • « Je suis en bonne santé »,
  • « Je m’éclate dans ce que je fais »,
  • « Je suis fier.e de ce que j’ai réalisé ».

En conclusion, je voudrais vous dire qu’une reconversion n’est pas un long fleuve tranquille… mais ça vous le savez déjà !

Pourtant, même si le fleuve est tortueux, agité, il peut vous éclabousser de joie, de fierté et apporter tellement de sens à votre vie que vous en serez humainement métamorphosé.e.

Et c’est tout le mal que je vous souhaite ! 😉


Vous pouvez retrouver Valentine qui a démissionné de l’Education Nationale sur son site Internet


👉 Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

👉 Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez les programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires

Vous allez aussi aimer