Je m'inspire

Lauriane : Elle a créé un média en parallèle de son job en marketing

En parallèle de ses expériences professionnelles, Lauriane Eugène a créé un média. Véritable Side Project, la création de son média a nécessité organisation et persévérance. Dans cette interview, elle nous raconte son parcours, comment est née l’idée de TALENTY et nous explique son organisation. Bonne lecture !


Bonjour Lauriane, raconte-nous ton parcours en toute transparence !

Après avoir fait 5 années d’études d’art, j’ai accompagné des structures artistiques sur leur communication digitale en me formant de façon autodidacte. De par mon statut d’entrepreneur, je multiplie alors les activités : Agent d’artistes plasticiens, création d’une box culturelle, missions commerciales… avant de devenir salariée. Trois ans après avoir été diplômée, je fais alors mes armes auprès d’un grand annonceur dans le domaine de la communication digitale RSE.

Maintenant, depuis trois ans, j’accompagne les entreprises dans leur stratégie marketing au sein de la société ATIXNET.

En parallèle de ces expériences professionnelles, j’ai créé un blog pour partager mes conseils, mes belles rencontres et mes bons plans aux entrepreneurs et porteurs de projet, ainsi que le groupe Facebook Le Club des Slasheuses. Aujourd’hui, cette passion devient une part entière de mon activité professionnelle puisque le blog prend son essor en devenant un webmagazine.

Comment as-tu eu l’idée de ton media, TALENTY, et de quoi parle-t-il ?

Tout a débuté autour d’un défi que je m’étais donnée après trois années de salariat : rencontrer une nouvelle personne que j’admire par semaine pour discuter de son parcours. De quoi raviver la flamme de l’entrepreneuriat et reprendre un boost de « tout est possible ».

J’ai donc mis en ligne les entretiens de ces rencontres tellement enrichissantes. Il y avait aussi des articles sur tous mes coups de cœur artistiques ou marketing car c’était un peu mon support de veille pour mon travail. Très vite j’y ai ajouté toutes les choses que j’avais apprises au cours de mon parcours, car j’aurais adoré les trouver lorsque je suis devenue indépendante à 22 ans. C’est comme ça que j’ai créé un média !

Aujourd’hui sur Talenty nous parlons de tout ce qui aide à révéler et à sublimer votre talent dans le domaine professionnel comme personnel. 

Tu as un emploi en parallèle, comment t’organises-tu au quotidien ?

Pendant plusieurs années, j’ai slashé entre emploi salarié rémunéré et passion dévorante mais bénévole à travers le blogging. J’ai du très vite apprendre à m’organiser : répondre aux commentaires de mes abonnés et lecteurs au lever, travailler en entreprise toute la journée et rédiger de nouveaux articles le soir. En réalité, je vivais deux journées en une et ce n’était pas tous les jours facile. Mais ce rythme un peu fou m’épanouissait aussi. Je suis un peu hyperactive, une véritable slasheuse dans l’âme et je carbure aux nouveaux défis.

Mais ce qui m’a permis de faire certains sacrifices c’est le fait d’avoir de l’ambition et une vision : transformer un jour le blog en webmagazine reconnu…

ordinateur qui montre comment Lauriane a créé un média en parallèle de son job

 Ton media te permet-il de vivre ?

Jusqu’à cette rentrée ce n’était pas le cas. Pour en faire une activité professionnelle et rentable je savais qu’il faudrait que je travaille en équipe.

Ma persévérance, ma détermination et la fidélité des lecteurs ont su convaincre le président de l’entreprise dans laquelle je suis salariée. J’ai donc eu une incroyable opportunité : faire de ma passion un projet intrapreneurial fiable. Aujourd’hui avec mon équipe, Mallory et Florence, nous travaillons à temps plein sur le media et l’accompagnement des talentys.

Quelles difficultés as-tu rencontrées ?

Ma plus grande difficulté pendant des années à été de me sentir légitime dans un milieu professionnel où beaucoup de personnes étaient diplômés de grandes école et avaient donc les même codes. Je me suis parfois épuisée à vouloir prouver que j’avais ma place tout en n’y croyant pas une seconde. Merci le syndrome de l’imposteur

Avec le temps j’ai pris conscience que mon expérience et mon travail pouvaient suffire à convaincre. Mais surtout j’ai compris que le fait d’avoir évolué de façon autodidacte dans ce domaine, ainsi que mon parcours universitaire, me permettaient d’apporter un nouveau regard et une créativité unique aux clients.

Ma singularité est ma plus belle force.

As-tu des enfants ? Si oui comment gères-tu cela en parallèle de tes activités ?

Non et je tire mon chapeau au parents qui sont tous des slasheurs !

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui souhaite se lancer dans un Side Project mais n’a pas encore osé franchir le pas ?

Se lancer dans un Side Project est toujours une bonne idée car vous démarrez dans un contexte financier favorable. C’est la meilleure période pour tester son produit ou service auprès de votre cible et identifier les limites. Vous serez toujours plus fort avec un business modèle validé en poche lorsque vous vous lancerez dans l’entrepreneuriat.


Que retenir de l’expérience de Lauriane ?

  • Allier passion et boulot : c’est possible ! Lauriane en est la preuve vivante 🙂
  • Vous ne pensez pas pouvoir vous épanouir dans le salariat et l’entrepreneuriat ne vous attire pas ? Pensez à l’intrapreneuriat !
  • N’écoutez pas cette petite voix qui vous dit que vous n’êtes pas assez compétent.e pour telle ou telle activité : elle a tort ! Le syndrome de l’imposteur n’est pas une fatalité : vous pouvez apprendre à y faire face ! 
  •  Mener un Side Project est idéal pour tester son idée et en identifier les limites éventuelles.

Vous pouvez retrouver Lauriane, qui a créé un média en parallèle de son job, sur son site Internet ou sur ses réseaux sociaux


👉 Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

👉 Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez mes programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires

Vous allez aussi aimer