Marlène : Elle a créé une agence de voyage surprise en parallèle de son job

Marlène avait un parcours tout tracé ; Bonne élève, et plutôt scientifique, après son bac elle suit la voie « royale » : classes préparatoires, école d’ingénieur, consultante … Mais à 29 ans, elle décide de changer de voie et de créer son agence de voyage Les Yeux Fermés, qui organise des week-ends surprises en France. Dans cette interview, elle nous raconte son parcours, et comment elle vit aujourd’hui son aventure entrepreneuriale. Voici le parcours d’une ingénieure reconvertie en organisatrice de week-ends surprises !


Bonjour Marlène, raconte-nous ton parcours en toute transparence !

Bonjour !

Je m’appelle Marlène, j’ai 29 ans, j’ai une formation d’ingénieure aéronautique et aujourd’hui j’ai monté mon agence de voyage !

Je vais essayer d’expliquer aussi clairement que possible ce qui m’a amenée à effectuer ce grand-écart de parcours.

Je commence par le commencement. J’étais plutôt bonne élève, avec un certain attrait pour les sciences : J’aime comprendre comment les choses fonctionnent. Alors classiquement, je suis orientée vers des filières scientifiques ! J’obtiens mon bac S avec mention, et je pars en classe préparatoire.

C’est un défi pour moi à l’époque : on me dit que c’est trop difficile, que je n’y arriverai pas. Alors j’y vais. Honnêtement, je ne le referais pas. Je n’ai pas du tout apprécié l’expérience. Mais je l’ai fait. J’ai souffert pendant 2 ans. J’ai obtenu une école, et je suis partie aussi vite que possible.

J’ai poursuivi les 3 ans d’école, sans talent, sans la flamme, mais c’était trop bête de s’arrêter là… Alors j’ai été diplômée ! Puis je suis partie en stage dans le cabinet de conseil qui m’a embauchée ensuite.

Je m’y suis épanouie pendant 6 belles années ! J’étais bien payée, les missions étaient intéressantes, et j’avais des collègues très sympas ! Il y avait des contraintes à ce métier, mais je les connaissais, elles me convenaient et je les avais acceptées : déplacements fréquents, charge de travail parfois très importante, … Et ce n’est pas pour ces raisons que j’ai décidé de partir.

L'unique newsletter à lire pour enfin poser ta dem' !

Rejoins la communauté de 10000 futurs démissionnaires qui lisent mes conseils concrets et inspirants pour inventer leur vie professionnelle !

D’ailleurs je n’ai pas décidé de quitter cette entreprise. J’ai décidé de créer une autre voie.

C’est une nuance que je trouve importante. J’étais bien dans ma vie, je n’avais pas de « bonne raison » de partir.

Alors pourquoi as-tu décidé de changer de voie ?

Parce que j’avais l’impression d’être dans la vie d’une autre personne. Cette vie était bien mais ce n’était pas « la mienne ».

Je me rappelle très bien, de ce matin en décembre 2019. J’étais dans la ligne 2 du tram, et je me suis dit, avec une boule au ventre : « Contacte Charlotte (Appietto), c’est maintenant ».

Je suis l’aventure de Pose ta Dem’ depuis le jour 1, mais pendant 3 ans je ne me suis pas sentie concernée. Et ce jour-là, j’ai mis le doigt dans un engrenage, et je suis reconnaissante aujourd’hui de l’avoir fait.

Quelles ont été les grandes étapes de ta reconversion ?

J’ai d’abord suivi le programme Nouveau Départ en coaching avec Alice Albessart. Je voulais changer mais je ne savais pas quoi faire. Je ne savais pas que j’avais une passion, et je ne m’autorisais pas à rêver à l’entrepreneuriat.

On a beaucoup travaillé sur mes peurs, et mes croyances limitantes. Et je n’aurais pas réussi à passer toutes ces étapes aussi rapidement sans le coaching.

Puis en août 2020 j’ai trouvé cette idée d’organiser des voyages surprises. Le nom de l’agence est arrivé peu de temps après : Les Yeux Fermés !

En octobre, je me suis inscrite au programme Side Project. Ce programme a été un élément clé dans ma reconversion : en 3 mois je savais que je voulais entreprendre, que mon idée avec du potentiel et j’avais les bases de l’entrepreneuriat et mon plan d’action pour l’année 2021 !

Puis tout s’est accéléré. J’avais prévu de commencer à négocier mon départ en avril, mais finalement j’ai commencé fin janvier. Je n’avais plus envie d’attendre, je n’avais plus envie de temporiser, il fallait que j’avance. Je ne pouvais plus continuer à ne consacrer que mes soirées et mes week-ends à ce projet, je voulais m’y consacrer à plein temps.

J’ai démarré ma nouvelle vie le 1er mai 2021 à temps plein. Et malgré toutes les difficultés de la vie d’entrepreneure, qui plus est dans le monde du tourisme, je suis plus épanouie que jamais.

Quelles ont été tes plus grandes difficultés et comment les as-tu surmontées ?

Ma première et plus grande difficulté, a été de légitimer ma passion pour le voyage. Tout le monde aime voyager. C’est le centre d’intérêt numéro 1 qu’on retrouve sur les CV. Mais souvent, les gens annoncent aussi d’autres centres d’intérêt : la planche à voile ou le cheval.

Je pensais du coup que je n’avais pas de vraie passion, vu que je n’avais que le voyage (« comme tout le monde… »).

Mais j’ai réalisé que non, pas comme tout le monde ! J’étais passionnée ! Je regarde des émissions de géographie, d’histoire des civilisations, et de tout ce qui peut faire voyager, j’ai lu des guides de pays que je n’ai encore jamais visités, et que je ne visiterai peut-être pas !

Ma deuxième difficulté a été de surmonter la peur d’entreprendre. J’avais peur de ne pas « savoir faire », de ne pas avoir le truc qui fait que ceux que j’admire réussissaient ! Je n’avais personne dans mon entourage proche qui était entrepreneur.

J’ai donc rencontré des entrepreneurs, pour savoir comment ils avaient fait. Certains sont devenus des « business friends », d’autres sont maintenant aussi des amis ! Et leur secret c’est… qu’il n’y a pas de secrets. La seule différence entre un entrepreneur est le reste du monde, c’est qu’il a franchi la première marche, qu’il a fait le premier pas, il a osé travailler pour un projet. Le plus difficile c’est ce premier pas. Ensuite, il faut juste continuer à faire des pas dans une direction.

Est-ce que c’est la « bonne » direction, personne ne le sait, mais on avance !

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui souhaite se lancer mais n’a pas encore osé franchir le pas ?

Oser Rêver Grand ! C’est la première phrase que j’ai noté sur mon carnet en démarrant ma reconversion. Autorisez-vous à définir vos rêves, et à ne pas vous limiter ! On peut réaliser tous nos rêves, ce n’est qu’une question de volonté.


Que retenir de l’expérience de Marlène ?

  • Vous n’avez pas besoin d’une “bonne raison” pour vous reconvertir ! Suivez vos envies et votre intuition, ils vous guideront vers la voie qui est la vôtre 🙂
  • Se faire accompagner est un gain de temps considérable qu’il ne faut pas négliger !
  • Faites des rencontres ! Demandez à ceux qui exercent le métier de vos rêves, ce qu’ils conseilleraient à quelqu’un qui se lance : vous verrez vous le regretterez pas !

Vous pouvez retrouver Marlène, qui organise des week-ends surprises, sur son site Internet.


Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez les programmes d’accompagnement individuelet les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires