Je m'inspire

Nadège : Elle est devenue thérapeute psycho-corporelle après avoir été assistante dentaire

Nadège est thérapeute psycho-corporelle

Après avoir exercé comme assistante dentaire, Nadège Arnaud est aujourd’hui thérapeute psycho-corporelle. Le fil rouge de son parcours se résume en trois mots : faire grandir, s’élever et accompagner l’autre. Dans cette interview, elle nous raconte son cheminement, sa demande de rupture conventionnelle et donne d’excellents conseils à tous ceux qui aimeraient se reconvertir. 


Bonjour Nadège, raconte-nous ton parcours en toute transparence !

Je m’appelle Nadège. Je suis thérapeute psycho- corporelle, praticienne massage bien-être et spécialiste de l’amour de soi.

Mon parcours fut atypique et donc aussi très enrichissant. Après une maitrise de Lettres Modernes, j’avais pour but de préparer le concours de professeur des écoles. Mon chemin personnel a fait que je ne suis pas allée au bout de ce projet qui finalement n’aurait pas répondu à mes attentes. Comme il a fallu que je gagne en autonomie financière rapidement, j’ai suivi une formation en alternance pour devenir Assistante dentaire. Un métier que je n’avais donc pas choisi mais qui était le prix de mon indépendance. Je n’aurais jamais pensé que je resterai assistante dentaire pendant 10 ans ! Aussi varié soit-il, mon parcours trouve son fil rouge en rassemblant ces trois mots : faire grandir, s’élever et accompagner l’autre.

Pourquoi as-tu décidé de quitter l’entreprise dans laquelle tu travaillais depuis 7 ans ? 

J’ai connu une transition de vie personnelle importante qui m’a menée tout droit à la transition professionnelle. Ce départ est vraiment le fruit d’un cheminement personnel avec un désir de donner un vrai sens à ma vie. Il y a maintenant plusieurs années, j’ai dû entamer un gros travail thérapeutique psycho- corporel. Dans ce suivi, j’ai commencé à me connaitre, me rencontrer, ressentir la vie en moi de nouveau, et enfin m’aimer. J’ai réalisé que mes croyances et mon histoire ont développé une peur intérieure immense : celle de réaliser ma vie et d’y être libre ! J’ai enfin pu accepter ma part de lumière et ma part d’ombre, et me permettre d’avancer avec tout cela. Plus je cheminais, plus il me paraissait inconcevable de continuer à ne pas me choisir en réalisant « le rêve d’un autre ».  Les dernières années de salariat, j’ai donc suivi une formation de 4 ans pour devenir thérapeute psycho-corporelle. Puis la dernière année, lors d’un voyage, j’ai véritablement pris la décision de partir du centre dentaire dans lequel j’étais depuis 7 ans.  

Comment as-tu organisé ton départ du centre médical où tu travaillais ?

2 jours après mon retour de voyage, j’ai demandé une rupture conventionnelle à mon employeur. J’avais la peur au ventre (celle de recevoir un « non » mais aussi celle de recevoir un « oui », ce oui qui allait engendrer bien des changements). Je crois qu’à ce moment précis la vie m’a bien aidée puisque le matin même, en entrant dans le métro, je suis tombée sur cette phrase qui sera le dernier déclic :

« Si tu veux te créer ce qui te convient, il faut être prêt à quitter ce qui ne te convient plus. »

La rupture conventionnelle allait me permettre d’avoir un filet de sécurité en touchant des indemnités par Pôle Emploi pendant un temps… Et elle a été acceptée le jour même ! 

Comment as-tu trouvé ta nouvelle voie ?

Je suis depuis toujours attirée par la magie du vivant et la capacité de résilience de l’humain. J’aime ces moments charnières de la vie dans lesquels elle nous challenge et nous remet sur la bonne voie.  Comme je le dis plus haut, c’est mon parcours personnel qui m’a menée là où j’en suis. Il me paraissait évident de vouloir faire découvrir un accompagnement thérapeutique formidable dans laquelle le corps a aussi toute sa place. Il m’importe aujourd’hui d’accompagner à mon tour les personnes dans leur propre éclosion personnelle. 

En quoi consistent tes activités, projets et rêves d’aujourd’hui ? 

Aujourd’hui, j’accompagne les personnes à se choisir, oser et aimer être qui elles sont dans leur vie et dans leur corps, afin de ne plus dépendre de l’extérieur et de gagner en liberté et autonomie émotionnelle. J’accueille en thérapie toute sorte de problématiques de vie ou de corps, même si je spécialise de plus en plus mon activité autour de ce thème de l’amour de soi, et donc des conséquences d’un manque d’amour de soi (dépendance affective, oubli de soi, manque d’ estime…).

Je propose sur Lyon ou Ternand (Beaujolais) :

  • Des séances de thérapie psycho-corporelle et de massage 
  • Des accompagnements spécifiques centrés sur l’amour de soi et l’image de soi. 
  • Des stages/Ateliers/cercles de parole/formations (Sur Ternand, en projet sur 2020)

Je propose en ligne :

  • Une formation de 9 mois, selon une méthode que j’ai créé : « Mieux s’aimer pour moins dépendre »

Mes projets dans les 2-3 ans qui arrivent : 

  • Ecrire un livre
  • Développer mes activités dans mon espace à Ternand. 
  • Pouvoir organiser des stages de groupe inspirés de ma formation « Mieux s’aimer pour moins dépendre ». 

Comment as-tu vécu ce changement de vie ? 

Je dirais que le plus dur pour moi fut de passer le cap de demander ma rupture conventionnelle. J’étais bourrée de croyances et de peurs. Je ne pensais pas que cela allait être possible. Une fois cette étape passée, j’ai tout déployé en moi pour réaliser et fonder mes rêves.

Ce que je voulais, j’étais en train de l’obtenir : la liberté, l’autonomie et la possibilité de créer et d’oser ma vie.

Cabinet de Nadège, thérapeute psycho-corporelle

Ton activité te permet-elle de vivre ? 

Me concernant, j’ai encore la chance de pouvoir être complétée par Pôle Emploi si cela est nécessaire et de bénéficier de l’ACCRE (réduction des charges pendant les 3 premières années). Aujourd’hui, j’entame ma troisième année en tant que micro-entreprise. Durant la deuxième année j’ai été complétée du Pôle Emploi que rarement. Je ne touche en tout cas pas moins que lorsque j’étais salariée. C’est long oui, mais c’est vraiment très loin d’être impossible. Je suis une « jeune entreprise » et tout ce que j’ai entrepris durant ces 2 ans a porté ses fruits. J’en suis ravie. Je crois que l’ investissement, la confiance, la persévérance et la passion paient toujours. 

Qu’as-tu mis en place pour démarrer ton activité ? 

Pour ma part, j’ai par exemple créé un site internet et je suis présente sur les réseaux sociaux. De plus, j’ai rencontré plusieurs professionnels dans le domaine pour leur présenter ma pratique et créer du réseau. J’ai vite fait le choix de créer de l’espace pour que la vie le remplisse (prendre un cabinet sur 2 jours par exemple, même si au départ les patients n’étaient pas au rdv). J’ai aussi créé et participé à des évènements reliés à mon domaine (portes ouvertes, salons, ateliers..). 

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui veut franchir le cap de quitter son job pour exercer un métier dans lequel il se sent plus utile ?

Je conseillerai plusieurs choses : 

  • D’être suffisamment dans un projet porteur de SENS pour vous, afin de traverser les challenges et éventuelles difficultés sur le chemin. D’avoir un vrai « POURQUOI PROFOND » qui vous passionne. 
  • D’être accompagné personnellement (si vous traversez des questions de peurs, croyances, confiance en vous) ou professionnellement (coach..).
  • Oser prendre certains risques et oser investir pour se créer les conditions optimums. 
  • D’avancer « AVEC sa peur » sans qu’elle vous paralyse. Là où il y a de la peur, il y a aussi souvent un grand rêve et un grand dépassement de soi. 
  • D’être bienveillant et doux avec soi-même, et de se remercier pour tous les pas que vous allez faire, même petits. C’est en vous soutenant et en vous épaulant vous-même que cela peut être possible. 
  • Concernant les difficultés que vous pourrez rencontrer : Ne pas les penser comme des échecs mais comme des tremplins sur lesquels vous allez apprendre à faire autrement. Les déceptions ou remises en question font partie de la réussite. Les personnes ayant réussi le plus, sont aussi celles qui ont le plus vécu de déceptions, de doutes ou d’obstacles ! 
  • De vous entourer des personnes qui croient en vous, et qui vous encouragent. 
  • De vous assurer un filet de sécurité qui sera le vôtre et ensuite de vous jeter à l’eau ! Il ne s’agit pas de vous mettre en danger. 
  • De suivre votre intuition : Là où ca vibre, c’est fait pour vous !  Le reste ne sera « que » de la mise en place et de la réflexion « matérielle ». 

Que retenir de l’expérience de Nadège ?

  • Apprenez à vous connaître : c’est un des clés pour réussir sa reconversion !
  • N’hésitez pas à participer à des évènements pour vous faire connaître et vous créer un réseau : c’est une étape essentielle à ne pas négliger !
  • N’ayez pas peur de vous faire accompagner pendant cette période de changement de vie, c’est une façon de prendre du recul et d’être conseillé.
  • Lancez-vous ! Planifiez votre départ et n’y dérogez pas 🙂

Vous pouvez retrouver Nadège, thérapeute psycho-corporelle, sur son site Internet et sur Facebook

👉 Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

👉 Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez mes programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires

Vous allez aussi aimer