Les chroniques de Charlotte

Plus de peur que de mal

// Chaque dimanche matin, j’envoie un texte sorti tout droit de mes pensées à mes abonnés… comme celui-ci ! Pour recevoir mes textes directement par mail le dimanche + les meilleurs contenus de Pose ta Dem’ le mardi, l’inscription est ici //


Je suis à Barcelone pour le weekend, en plein milieu des manifestations et des affrontements.

De nombreux proches, après avoir vu les infos, m’ont dit “Fais attention à toi ! Tu devrais peut-être annuler ?

Annuler allait me coûter très cher. Et je me suis dit que si c’était comme à Paris lorsque les médias témoignent de scènes de guérilla urbaine dans un Paris en feu…  Alors je ne risquais pas tant ma vie que cela.

En tant que parisienne, je suis parfois surprise de l’écart entre ce que les médias montrent et la réalité. Durant ce type d’événements, les lieux dangereux sont en général limités à un secteur spécifique qu’il convient d’éviter. Pour le reste, la vie continue comme d’habitude – ou presque.

(Digression : C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai supprimé les informations.

Je n’ai plus les actualités sur mon téléphone, je ne lis aucun journal ni en papier ni en ligne, je n’ai pas de télé, et je regarde très rarement mon fil d’actualité Facebook. C’est comme cela que je suis passée à côté du décès de Jacques Chirac et des incendies aux Canaries avant mon arrivée.

J’ai tout de même vu (avec un peu de retard) le retournement de situation de l’affaire Dupont de Ligonnès, et cela m’a encore plus rappelé pourquoi j’avais arrêté de suivre les grands médias.

Les actualités étaient une source d’anxiété pour moi. Lorsque j’avais quelques secondes, par réflexe, je regardais : accidents, grèves, incendies, meurtres, affrontements politiques et autres réjouissances étaient à la une chaque jour.  On pourrait me reprocher de ne pas me “tenir au courant”, mais je ne crois pas qu’écouter les mauvaises nouvelles contribue à rendre le monde meilleur. Je préfère garder mon énergie et ma foi en l’humanité pour me consacrer aux causes qui ont du sens pour moi.

Conclusion : si tu sens que les informations sont une source d’anxiété pour toi : SUPPRIME !)

Bref, reprenons 🙂

Nous sommes samedi matin lorsque j’écris ce texte. Je suis arrivée à bon port. Barcelone n’est pas en feu, la vie y continue et les touristes s’y promènent toujours par milliers. Il faut faire attention à éviter certains quartiers violents à certaines heures, et fermer les fenêtres car les sirènes de police ont hurlé toute la nuit.

Je ne minimise pas l’importance des affrontements qui sont en cours. Ce que j’exprime ici, c’est l’écart entre le scénario catastrophe d’anticipation (ne pas du tout aller à Barcelone qui est trop dangereuse) et ce qu’il se produit vraiment (éviter quelques quartiers).

C’est souvent la même chose dans notre vie.
Tu connais le fameux adage :  “Plus de peur de que de mal”.

On passe trop de temps à s’inquiéter de ce qu’il pourrait se passer. On anticipe une souffrance bien supérieure à la souffrance réelle dans la majeure partie des cas. (Je ne parle pas des drames personnels. Et encore… Parfois, nous nous surprenons nous-mêmes face à une situation de crise. Nous aurions imaginé réagir très différemment. Mais sur le coup, par réflexe de survie, on trouve des solutions).

C’est pareil pour ta vie professionnelle.

Par le passé, qu’as-tu imaginé comme scénario catastrophe… qui ne s’est finalement jamais produit ? On a tendance à oublier nos anciennes craintes une fois que tout s’est bien passé.

Quelques exemples typiques de scénarios jamais réalisés :

  • Avoir peur de ne pas décrocher son diplôme et de ne jamais trouver de travail -> au final, diplôme obtenu (de peu ou haut la main), et job trouvé (tout de suite ou un peu plus tard)
  • Avoir peur de rater sa présentation en réunion le lundi et stresser tout le weekend qui précède -> au final, réunion annulée car le chef est absent
  • Avoir peur de ce que le chef va dire pour notre entretien annuel car on a atteint seulement 70% de notre objectif -> au final, feedback très positif avec quelques pistes d’amélioration
  • Avoir peur de ne trouver aucun client et de devoir reprendre son ancien job -> au final, premier contrat inattendu obtenu par bouche-à-oreille
Qu’est-ce qui t’angoisse aujourd’hui ? Quel est ton scénario catastrophe ? 

Note-le. Et il y a de fortes chances que dans quelques mois, tu te dises : “Finalement… Plus de peur que de mal” !

Edit : Ce qui est rigolo, c’est que j’ai écrit la première partie de ce texte samedi matin. Mais entre temps, un nouvel événement s’est produit : les grèves en France ! Oh yeah !
Une occasion supplémentaire de faire le parallèle avec nos vies 😉

Je devais rentrer en France en train ce dimanche après-midi.
Hier en fin de journée, je consultais tranquillement les expériences Airbnb pour tester un cours de yoga + brunch à côté de la gare, quand j’ai découvert sur l’appli SNCF que mon train était supprimé. Aucun mail, aucun texto reçu pour m’en informer, c’est moi qui l’ai vu en me rendant sur l’appli pour vérifier la distance entre la gare de Barcelone et le cours de yoga.
(Si tu te dis : « Tu vois Charlotte ! Si tu avais eu les infos, tu aurais été au courant !« -> Je réponds : « C’est pas faux, mais je l’ai tout de même su à temps, et sans me coltiner le lot d’autres mauvaises nouvelles… donc je continue de boycotter les news !« )

Le souci ? Aucun autre train disponible de la journée.
Prix exorbitants des trains le lundi.
+ Ajouter une nuit à Barcelone. Et rater des rendez-vous.

Addition salée !

J’ai donc regardé les vols et j’en ai trouvé un très tôt le dimanche matin à prix acceptable. A l’heure à laquelle tu reçois ce mail, je suis dans l’avion. Sauf si tu as fait une grasse mat’.

Résultat ?
Je prends l’avion au lieu du train.
Je ne vais pas pouvoir travailler 4h dans le train comme prévu, ni sortir tard samedi soir.
Mais je vais arriver plus tôt à Aix. Et le déroulé de la journée sera inattendu. Ce dimanche ne ressemblera pas à ce qui était prévu. Peut-être une rencontre enrichissante ? Un livre passionnant acheté à l’aéroport ? Des fous rires partagés avec mon co-voyageur ?  Je n’en sais rien. Tout ce que je sais, c’est que durant mes dernières semaines de voyage, la plupart de mes meilleures expériences ont été dues au hasard et aux imprévus.

Quelles sont les leçons à retenir de ce weekend agité ?

1/ Ce pour quoi on se fait du souci à l’avance (Barcelone en proie aux affrontements) s’avère généralement… pas si terrible que cela.
On imagine un scénario catastrophe qui soit ne se réalise pas du tout, soit se réalise à une moindre ampleur. Et s’il se réalise, on trouve des solutions, par réflexe de survie.
Alors, à quoi bon s’épuiser à angoisser à l’avance ?

Conclusion pour ta vie pro : arrête de dépenser de l’énergie à imaginer le pire, et concentre-toi sur ce que tu peux faire maintenant pour atteindre ton objectif.
Exemple : Tu as passé 2 heures à regarder les offres d’emploi accessibles si jamais ton projet entrepreneurial ne fonctionne pas d’ici 12 mois… Était-ce vraiment la meilleure manière d’exploiter ton temps ? Certainement pas ! Autant utiliser ce temps pour faire avancer ton projet. Comme ça, tu as plus de chances de ne pas avoir besoin de retrouver un job… Et si cela se produit quand même, tu auras des compétences supplémentaires à faire valoir.

2/ Les obstacles surgissent là où on s’y attend pas (la grève surprise de la SNCF). Planifier oui, mais rester flexible si les événements prennent une tournure inattendue.
De plus, trouver des solutions de dernière minute crée des situations qui ne seraient pas arrivées sans cela… Et donc, de nouvelles expériences !
Alors, à quoi bon paniquer si le plan tombe à l’eau ?

Conclusion pour ta vie pro : reste ouvert aux retournements de situation et aux obstacles inattendus, vois-les comme des expériences ou des opportunités.
Exemple : La formation que tu devais suivre la semaine prochaine est annulée ? Tu vas peut-être en trouver une autre qui sera encore mieux. Ou tu vas n’en suivre aucune, garder ton argent, et te rendre compte que tu n’en avais pas besoin et qu’elle servait surtout à te rassurer…

Je te laisse réfléchir aux situations de ta vie auxquelles tu peux appliquer cela, et te laisser porter en ce dimanche vers des expériences imprévues !


PS : Je prépare un gros projet pour janvier 2020… Le plus grand événement depuis la création de Pose ta Dem’ il y a 2 ans : un séminaire intensif pour les aspirants-entrepreneurs de ma communauté Pose ta Dem’. 

Pour le coup, je planifie tout ! 😄 Mais je sais que sur un weekend entier, il y aura FORCEMENT des imprévus ! 

Tu es concerné si :

  • Tu aimerais quitter ton emploi pour entreprendre

  • Tu as déjà quitté ton emploi et tu prépares le lancement de ton projet
  • Tu es déjà entrepreneur et tu veux développer ton activité car ton chiffre d’affaires est insuffisant

J’ai lancé une enquête pour que tu me dises en 5 minutes où tu en es de ton projet + ton objectif + tes difficultés + tes disponibilités pour y participer. Je pourrais parler pendant 15 jours non-stop donc j’ai besoin de toi pour bien choisir ce dont je vais parler et garder mes cordes vocales 😌🎤


👉 Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

👉 Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez mes programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.


Commentaires

Vous allez aussi aimer