Je me prépare

Quitter son entreprise : comment négocier sa rupture conventionnelle

La rupture conventionnelle est la meilleure solution pour quitter son entreprise tout en ouvrant les droits au chômage. Nous vous expliquons clairement ce qu’est une rupture conventionnelle, et comment préparer votre demande à votre employeur.

Vous êtes salarié dans votre entreprise depuis quelques temps et vous songez à partir. Mais voilà, problème : vous ne savez pas comment. Vous vous retrouvez à farfouiller le web pour trouver la solution à vos problèmes et vous ne parvenez qu’à trouver des sites au jargon juridique quasi-incompréhensible (si si, ça nous est tous arrivé). Laissez-nous vous parler de la solution la plus demandée : la rupture conventionnelle.

Mais tout d’abord, une rupture conventionnelle c’est quoi ?

Il s’agit d’un accord permettant à l’employeur et au salarié en CDI de mettre fin au contrat qui les lie. Il s’agit d’une décision d’un commun accord, permettant au salarié de partir avec les indemnités obligatoires liées à son ancienneté ainsi que les droits au chômage. Forcément, cela fait plutôt rêver.

Attention cependant, la rupture conventionnelle n’est pas ouverte pour les salariés en CDD, en contrat temporaire ou aux agents de la fonction publique. Mettre fin à sa carrière de fonctionnaire est plus difficile, il existe cependant d’autres possibilités explorées ici et que nous ne manquerons pas d’explorer ultérieurement sur Pose ta Dem’.

La convention de rupture conventionnelle fixe les conditions de la rupture du contrat de travail : concrètement, elle fixe la date de rupture (qui peut se faire dés le lendemain de la validation de la convention) et le montant de l’indemnité spécifique. Il est également possible d’établir un préavis avec l’employeur, ce qui est toujours recommandable si vous voulez garder de bonnes relations avec lui et que ce serait plus confortable pour aider vos collègues à faire la transition. L’employeur doit ensuite remettre un exemplaire de la convention au salarié, qui doivent tous deux la signer. A noter que l’employeur et le salarié disposent d’un droit de rétractation de 15 jours à partir du lendemain de la signature : en d’autres termes, si vous regrettez, vous avez deux semaines pour rattraper le coup !

En résumé et concrètement, il s’agit d’une véritable discussion avec votre employeur. L’erreur encore trop fréquemment faite est d’imaginer que votre entreprise DOIT accepter cette rupture. Si l’une des deux parties refuse cet accord, la rupture conventionnelle ne pourra avoir lieu, à moins bien sûr que vous réussissiez à convaincre votre employeur à long terme. Pour cela, il est important de vous donner les meilleures chances et bien vous préparer. Ca tombe bien, nous sommes là pour vous aider.

 

Comment préparer son entretien pour demander une rupture conventionnelle ?

La première impression que vous donnerez sera très importante, il est essentiel de se préparer comme pour une réunion d’évaluation ou un entretien d’embauche. Et oui, les choses sérieuses commencent, il y a de grandes chances que ce soit votre première discussion ouverte avec votre employeur où vous exprimez votre envie de partir de l’entreprise. Voyons comment se préparer au mieux :

Tout d’abord, renseignez-vous au maximum.

Posez-vous les bonnes questions : tout d’abord, est-ce que mon entreprise souhaite me voir partir ou non ? Est-ce que ma boite a déjà conclu ce type de rupture ? Quel est le montant des indemnités minimum obligatoires qu’elle devra me verser ? Les réponses à ces questions orienteront votre discours et vous permettront de connaître le ton de l’échange. Si votre boite vous a déjà fait sentir qu’elle souhaiterait vous voir partir, elle sera sans doute plus arrangeante pour faire cette rupture. Au contraire, si votre employeur n’a pas connaissance de votre intention de partir, et souhaiterait vous faire évoluer, il sera plus difficile de le convaincre de vous laisser vous en aller.

Préparez vous à essuyez un refus.

Sauf si vous êtes chanceux ou déjà dans un stade avancé de départ, il y a de fortes chances pour que votre employeur prenne du temps pour y réfléchir ou refuse tout de suite le principe. Notre conseil fondamental : soyez patients. Il aura besoin de temps pour accuser le coup, pour réaliser l’envie de partir de son collaborateur et pour comprendre l’intérêt pour lui et pour l’entreprise. Après plusieurs jours et semaines de réflexion, il se peut qu’il réalise que cela ne sert à rien de garder un employé démotivé qui sera moins productif et qui risque de dégrader l’ambiance de l’entreprise. Si malgré tout votre employeur refuse fermement de faire une rupture conventionnelle, n’hésitez pas à explorer les alternatives. Pouvez-vous vous permettre de démissionner ? Un congé sans solde / sabbatique ou un congés pour création d’entreprise pourrait-il faire l’affaire en attendant de partir, afin de vous permettre de vous concentrer sur vos nouveaux projets ? Notre prochain article sur les alternatives à la rupture conventionnelle pourra sans doute vous aiguiller.

Soyez positifs.

L’erreur à éviter à tout prix est d’arriver à l’entretien en “conquérant”. N’oubliez pas qu’il s’agit d’une discussion sur la possibilité de négocier un départ, et non une exigence auprès de votre employeur. Ne le menacez pas de faire appel à un avocat ou de poser des arrêts maladie, vous rentreriez dans une longue période de conflit qui peut avoir des répercussions assez dures psychologiquement pour vous, vos collègues et l’entreprise.

Pour garder cette attitude positive, abordez le sujet de votre départ en expliquant votre projet. Voici un exemple :

“Depuis quelques temps, je ressens le besoin de me lancer dans une nouvelle aventure professionnelle. J’ai passé un moment formidable ici dans cette entreprise, j’ai énormément appris, et c’est cette confiance qui m’a été accordée à chaque instant qui m’a donné envie d’explorer une autre facette de ma personnalité. Mon projet est de lancer ma boite / changer de domaine / découvrir l’univers des startups, et j’aurais pour cela besoin du soutien du programme Pôle Emploi pour assurer la réussite de ma démarche. C’est pourquoi je souhaiterais discuter de la possibilité d’établir une rupture conventionnelle.”

Vous voilà enfin prêt à vous lancer. La décision de partir d’une entreprise est toujours un grand moment, vous pouvez être fier(e) de vous ! Le fait d’évoquer votre besoin de partir est une première grande étape, quelle que soit la décision prise avec votre employeur au final. Armez-vous de patience car quoi qu’il arrive, vous réussirez à mener à bien votre projet.

Pour en savoir plus, inscrivez-vous ici pour recevoir notre guide complet « Comment quitter son job ? » à paraître prochainement !


Le récap’ pour les plus pressés

  • La rupture conventionnelle permet de partir de son entreprise avec les aides au chômage et une indemnité spécifique versée par votre employeur
  • Calculez les indemnités minimum que devraient vous verser votre employeur s’il acceptait à cette adresse.
  • Il s’agit d’une discussion et non d’une exigence. Si l’un des deux partis refusent, il ne peut pas y avoir de rupture conventionnelle.
  • Il est essentiel de bien préparer son entretien : prenez le plus de renseignements possibles, préparez-vous aux alternatives et gardez toujours une approche positive.

Commentaires

Vous allez aussi aimer