Les chroniques de Charlotte

Si tu as honte…

Un homme devant l'horizon assis sur une montagne

// Chaque dimanche matin, j’envoie un texte sorti tout droit de mes pensées à mes abonnés… comme celui-ci ! Pour recevoir mes textes directement par mail le dimanche + les meilleurs contenus de Pose ta Dem’ le mardi, l’inscription est ici //


Vendredi, j’avais une séance avec une cliente qui a répété plusieurs fois qu’elle avait honte. Elle s’est excusée maintes fois auprès  de moi : de ne pas y arriver, de ne pas avoir assez avancé, de ne pas en faire assez.
Pourtant, elle avance, mais elle ne le voit pas. Sa perception est voilée. Quand elle dit « désolée », c’est à elle-même qu’elle présente des excuses, car je n’attends rien d’elle.

Alors, c’est de cela que je voudrais te parler aujourd’hui :

La honte.

La honte de ne pas être ce que l’on attend de toi.
La honte d’être ce que l’on attend de toi mais sans être heureux pour autant.
La honte de n’avoir aucune situation stable ou valorisante à présenter lorsque l’on te demande ce que tu fais dans la vie.
La honte de ne pas être capable de montrer des résultats à tes proches.
La honte d’obtenir des résultats que tu estimes ne pas avoir mérités.
La honte de ne pas gagner assez d’argent.
La honte de gagner trop d’argent.
La honte d’être seul.
La honte d’être accompagné par quelqu’un qui ne répond pas aux attentes des autres.
La honte de ne pas avoir atteint l’objectif que tu t’étais fixé.
La honte d’avoir atteint cet objectif au détriment de tes relations ou de ta santé.
La honte d’avoir dit ou fait quelque chose à l’encontre de tes valeurs.
La honte de ne pas avoir dit ou fait quelque chose honorant tes valeurs.
La honte de ne pas être assez présent.
La honte d’être présent.
La honte d’être trop.
La honte de n’être pas assez.

Avoir honte, c’est estimer que l’on n’est pas assez, que l’on n’a pas assez de valeur, que l’on ne mérite pas.

La honte repose sur la vulnérabilité. Ce sentiment d’avoir quelque chose à cacher, car si cette chose était découverte, alors on serait rejeté.

Etre soi avec ses zones d’ombre et ses failles, et les laisser accessibles, visibles, à ceux qui y poseraient leur regard.

Cela implique d’enlever le masque que nous avons créé. Qu’il est douloureux ce moment où nous avouons notre vulnérabilité ! Nous faisons tomber ce masque, nos émotions refoulées jaillissent. Et lorsque nous réussissons à exprimer cette vulnérabilité, nous le regrettons presque immédiatement. « Pardon. Excuse-moi de m’être montré tel que je suis. D’avoir dit ce que je ressentais. D’avoir montré mes émotions« .

Voici quelques exemples d’aveux de vulnérabilité entendus rien que cette semaine :
A, en coaching : J’ai honte d’avoir dépensé 8000€ en développement personnel cette année et de ne pas avoir de changements concrets à montrer aux autres.
M, lors d’une discussion entre amies : J’ai honte d’écrire des articles qui inspirent d’autres personnes, alors que moi-même, je n’ai pas réglé tous mes problèmes.
C, en coaching : J’ai honte de venir à notre séance alors que je n’ai pas fait tout ce que tu m’avais recommandé depuis la séance avant l’été.
S, durant un Call Découverte : J’ai honte d’avoir pris 3 semaines de vacances et de ne rien avoir fait, alors que je m’étais promis d’avancer sur mon projet.
C, durant un atelier de spiritualité : J’ai honte d’avoir pleuré devant toi, je suis désolée.

Et toi, de quoi as-tu honte ? Où se situe ta zone de vulnérabilité ?
Qu’est-ce que tu n’oses pas exprimer de peur de ne plus mériter la reconnaissance des autres ?

Ecris-le, dis-le à voix haute ; exprime-le d’une manière ou d’une autre.

Ta vulnérabilité, c’est ton humanité.
Ne cherche pas à la faire disparaître ; au contraire, adopte-la, fais-en une force, une alliée.
Tu es parfait comme tu es. Tu n’as pas besoin de changer quoique ce soit pour mériter davantage de reconnaissance. N’aie pas honte de ne pas avoir 10/10 partout sur l’échelle standardisée de la réussite.

Ma vulnérabilité à moi ? Ne pas toujours reconnaître ma propre vulnérabilité ! Mais comme pour tout, j’applique la stratégie des petits pas. Accepter petit à petit cette part d’ombre, l’assumer. D’abord uniquement auprès de personnes de confiance, puis plus ouvertement. Mais le plus dur ? L’avouer à moi-même !

Pourtant, en exprimant ma vulnérabilité, je me respecte, je m’accorde l’amour que je mérite.
En exprimant ma vulnérabilité, j’ouvre la voie pour les autres, pour qu’à leur tour ils reconnaissent la leur.
En exprimant ma vulnérabilité, je suis moi. Et c’est la raison pour laquelle je suis là, non ?


👉 Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

👉 Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez mes programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires

Vous allez aussi aimer