Mes 2 erreurs quand j’ai cherché ma voie…

// Chaque dimanche matin, j’envoie un texte sorti tout droit de mes pensées à mes abonnés… comme celui-ci ! Pour recevoir mes textes directement par mail le dimanche + les meilleurs contenus de Pose ta Dem’ le mardi, l’inscription est ici //


— Dans cet article : mon partage d’expérience, les 5 étapes de ma reconversion et mes 2 erreurs quand j’ai cherché ma voie. —

La fin du confinement approche doucement, et elle approche « dangereusement » pour certains. Je ne compte plus les personnes qui me disent qu’elles redoutent de retourner au travail en mai !

Certains se sont tellement bien habitués au télétravail qu’ils n’imaginent plus remettre les pieds dans une salle de réunion. D’autres, qui ne travaillent pas pendant le confinement et ont enfin du temps pour eux, réalisent qu’ils ne sont pas à leur place dans leur job. L’absurdité de la réalité habituelle est encore plus frappante !
(Est-ce que tu le ressens aussi ? Tu peux me donner ton avis par retour de mail !)

Ces discussions m’ont rappelé mon « ancienne vie », avant que je pose ma dem’. J’étais consultante. Nos bureaux étaient situés dans une rue parallèle aux Champs-Elysées, mais le quotidien d’un consultant est de travailler chez le client pour lequel il est en mission. J’ai donc eu le loisir de tester un large panel de lignes de métro, de trains et de RER, mais aussi de brasseries express pour le midi où faire chauffer ma carte Moneo Resto.

Je me levais tôt, très souvent fatiguée, pour avoir un peu de temps pour moi avant le marathon.
Je prenais les transports collée aux autres voyageurs, me bouchant le nez et priant pour que la rame ne s’arrête pas en plein tunnel. J’arrivais stressée, fatiguée et transpirante au bureau.
J’ouvrais mon ordinateur et découvrais avec angoisse ce qui m’attendait pour la journée : réunions interminables, présentations PowerPoint à retravailler parce qu’un pictogramme n’était pas à sa place, chaînes d’emails dont la seule vocation est de se faire mousser auprès du N+10 en veillant à le mettre en copie de ses exploits.

Vue magnifique

En somme : je manquais cruellement de sens et d’épanouissement dans ce métier, mais aussi d’équilibre, de respect de mes besoins et de mon rythme. 

L'unique newsletter à lire pour enfin poser ta dem' !

Rejoins la communauté de 10000 futurs démissionnaires qui lisent mes conseils concrets et inspirants pour inventer leur vie professionnelle !

C’est pour que j’ai décidé de créer mon métier sur-mesure : mes activités au quotidien, mon environnement de travail, mon équipe, mon emploi du temps…

Mais ce changement ne s’est pas fait en un claquement de doigt ! Je suis passée par plusieurs phases :

  1. 2015-2016 : Prendre conscience du problème de fond, et décider d’agir pour changer les choses, même si ça me faisait peur
  2. 2016 : Déterminer vers quoi me tourner : poser ma dem’ ok, mais pour aller où ?! Pour cela, j’ai réalisé un profond travail d’introspection et j’ai découvert de nombreux domaines grâce à la lecture, aux rencontres, à ma participation à des événements, conférences et formations
  3. Automne 2016 : Poser ma dem’, décrocher un nouvel emploi de business developer + formatrice et tester des projets en parallèle
  4. Printemps 2017 : Signer une rupture conventionnelle sans projet clair derrière etme lancer en freelance dans la formation et l’enseignement
  5. Janvier 2018 : Lancer Pose ta Dem’ !

Aujourd’hui, j’aimerais te parler des 2 erreurs que j’ai faites dans la phase 2 : définir mon projet professionnel, trouver « ma voie », ma nouvelle orientation.

#1 – J’étais trop pressée

Je voulais tout, tout de suite. Des réponses, maintenant ! Des résultats, immédiatement !
Je croyais qu’il existait une réponse unique et simple à la question « Que faire de ma vie ? ». C’est peut-être mon côté bonne élève : si je ne réussis pas tout de suite l’exercice, si je ne trouve pas la bonne réponse, je suis nulle.Mais la vie n’est pas un exercice de maths ! Il faut du temps pour mûrir la réflexion. Et même mieux : ce temps est bénéfique.Mais quand on en a vraiment ras la casquette, ce n’est pas forcément ce que l’on a envie d’entendre. On a envie que ça aille vite, que tout soit résolu par magie !

Or, j’ai appris (et je continue d’apprendre chaque jour) qu’il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. Avancer, agir, oui. Mais s’empresser de faire aboutir sa démarche sans prendre le temps de s’écouter ne fonctionne pas. Au mieux, on patauge ; on pire, on se noie.

Néanmoins, si je n’avais pas fait cette « erreur » de me dépêcher…

  • Je n’aurais pas profité de ce formidable élan de changement. Je suis heureuse d’avoir surfé sur la vague même si j’ai bu la tasse plusieurs fois !
  • Je n’aurais pas découvert ma capacité à avoir une double vie à côté de mon travail 😉
  • J’aurais sans doute sombré dans mon job sans cette bouffée d’air à côté.

#2 – Je me suis emballée de nombreuses fois pour rien

A chaque nouveau TedX galvanisant, à chaque nouvelle rencontre enrichissante, à chaque lecture inspirante : j’avais trouvé THE projet, LA voie à suivre.
« Une vidéo sur le quotidien d’une baby-sitter d’autruches en Afrique du Sud ? Mais c’est exactement ce que je dois faire !! » (Ceci est un exemple fictif. J’ai « un peu » peur des autruches)

Mais mon enthousiasme retombait comme un soufflé dès que je réécoutais ma petite voix intérieure. C’était frustrant mais…

Était-ce de l’emballement « pour rien », vraiment ? Pas du tout ! De nombreuses idées finalement abandonnées m’ont énormément apporté : des contacts, des connaissances, de nouveaux horizons.

Par exemple, avoir voulu chercher un job dans le Digital Learning m’a permis de découvrir cet univers, de rencontrer notamment 2 entrepreneurs passionnés et passionnants dans ce secteur, de développer mes compétences et de m’en servir plus tard !

Si je n’avais pas fait cette « erreur » de m’emballer rapidement…

  • Je n’aurais pas vécu tant d’émotions, de moments « eureka ». Certes, les montagnes russes émotionnelles ne sont pas toujours agréables… Mais elles nous font nous sentir vivants !
  • Je n’aurais pas élargi ma culture générale des métiers, des activités, des projets possibles.
  • Je n’aurais pas abouti à ce que je fais aujourd’hui, qui est la somme de mes expériences et apprentissages sur moi-même : je sais pourquoi je fais ce que je fais, et je sais pourquoi je ne fais pas ce que je ne fais pas.
Café devant ordinateur

A force d’idées et d’expériences, j’ai créé mon activité selon mes propres termes, la mobilité géographique en faisant partie. Ici, souvenir d’un cappuccino-boulot à Amsterdam… car pour l’instant, la mobilité se fait entre ma chambre et mon bureau #DigitalHomeNomad

Conclusion ?

En réalité, il n’y a PAS d’erreur possible !

Une reconversion est une expérience. Alors, savoure-la, même si ce n’est pas tous les jours facile. Ne cherche pas à tout faire parfaitement. C’est l’occasion d’apprendre à te connaître, à la fois tes forces et tes zones d’ombre. Tu vas en sortir grandi, même si le tunnel te semble long.


Pour finir, j’ai une information pour toi qui pourrait bien égayer l’une de tes journées de confinement… et tes prochains mois ! ☺️

Avec ma super équipe de coachs Pose ta Dem’ constituée de Marion et Alice (ci-dessous)

Portrait des coach pour l'article j'ai cherché ma voie

Nous avons échangé sur la reconversion pendant le confinement. Pour la majorité des membres de Pose ta Dem’, cette période est propice à la création de « l’après » professionnel.

Comme nous savons que beaucoup d’entre vous avez plus de temps que d’habitude, et qu’il ne reste « que » 2 semaines avant la fin du confinement, nous avons décidé d’ouvrir des créneaux supplémentaires d’appels découverte pour le programme Nouveau Départ

? Marion et Alice ont ouvert 14 créneaux en journée au cours des 2 prochaines semaines.

Cela te concerne si :

  • Tu ne t’épanouis plus dans ton job mais tu ne sais pas vers quel autre métier ou projet te tourner.
  • Tu redoutes le retour au travail à la fin du confinement (ou tu subis le télétravail en ce moment) mais tu n’as pas de plan d’évasion.
  • Tu ressens le besoin de faire le bilan sur ta vie professionnelle mais tu ne sais pas par où commencer.
  • Tu as un projet au fond d’un tiroir mais tu n’oses pas passer à l’action.
  • Tu manques de confiance en toi et en l’avenir et par conséquent, tu ne t’autorises pas à changer de voie professionnelle.

Si tu coches au moins l’un de ces critères, tu es le/la bienvenu(e) pour cet appel découverte !

Voici les objectifs de cet appel :
1- Faire le point sur ton objectif et ta situation actuelle.
2- Identifier ensemble les obstacles qui te barrent la route sur le chemin de la reconversion.
3- Définir ton plan d’action pour atteindre ton objectif ces prochains mois.
4- Si ton profil et ton besoin sont alignés avec le programme d’accompagnement Nouveau Départ, ta coach t’expliquera comment se déroule le programme et répondra à toutes tes questions !

Pour réaliser un appel avec Marion ou Alice, voici comment ça se passe :
1- Remplis le questionnaire ci-dessous. Prends le temps de répondre sérieusement aux questions, c’est important pour qu’on donne suite à ta demande et que ta coach prépare au mieux votre échange 🙂
2- Ta coach te transmet les créneaux disponibles pour l’appel.
3- Prépare-toi pour l’appel dans un endroit au calme (si possible ;-)) et prends ce temps pour toi, juste pour toi, pour enfin clarifier ton projet de reconversion !

Postuler pour l’appel Découverte

Commentaires