Je me lance

4 secrets pour vivre de son activité dès la première année

Vous voulez créer votre entreprise ou devenir freelance mais vous avez peur de ne pas vous en sortir financièrement ? On vous a dit qu’il était impossible de vivre de son activité avant plusieurs années ? Voici mes 4 conseils pour vivre de son activité dès la première année !

Je constate chaque jour que le risque financier est le principal obstacle à l’entrepreneuriat. Trop de personnes ne se lancent pas alors qu’elles ont un projet qui les passionne… parce qu’elles craignent de ne pas gagner leur vie avec cette activité. Pourtant, elles le pourraient ! Je ne dis pas que c’est facile, je dis que c’est possible. Je suis lancée depuis plus d’un an, et oui, je vis de mon activité ! J’ai encaissé un chiffre d’affaires dès mon premier mois d’activité. C’est pourquoi j’ai décidé de vous partager les 4 tactiques les plus efficaces pour vivre de son activité dès la première année.

Secret #1 : Choisir un business model simple et avantageux

C’est la base ! Lorsque vous démarrez, pourquoi vous compliquer avec un modèle qui rapporte peu et lentement ? Si vous avez un enjeu financier très fort, comme vivre de votre activité sous moins d’un an, allez à l’essentiel : pour quelles missions pouvez-vous être rémunéré au plus vite ?

Dans le cas d’un service :

  • Faites le point sur vos compétences mobilisables immédiatement, et formez-vous à ce qui peut vous manquer. Votre offre sera ainsi prête rapidement, plutôt que de plancher dessus inutilement pendant des mois. Profitez d’être encore salarié pour bâtir cette offre. (Et si vous ne parvenez pas à créer votre offre, je peux vous aider via mon programme)
  • Créez un service simple : pas de long process de commande, pas de complexité, pas de délais.
  • Si c’est possible (tout dépend de votre projet), privilégiez le B2C au B2B (B2C = particuliers, B2B = entreprises). C’est mon avis. Le panier moyen est bien sûr moindre, mais vous pouvez faire plus de volume, et SURTOUT vous n’attendez pas des mois que l’on vous règle la facture ! Dans mon cas, mes clients particuliers doivent me régler la totalité ou un acompte de 50% avant la première séance de coaching. (Je réalise aussi des missions freelance pour des entreprises, et là je rigole moins en attendant d’être payée)

Dans le cas d’un produit :

Si le produit est long à développer, ou que les coûts sont élevés et que vous n’êtes pas prêt d’atteindre un volume de ventes suffisant pour dégager une marge qui vous fasse vivre, alors allouez 20% de votre temps à des services ou produits rentables immédiatement. Exemples :

  • Vous lancez un concept de box bien-être ? Pour cela, vous allez communiquer largement et constituer une base de fans. Proposez au plus vite un service à votre communauté grandissante, comme du coaching bien-être. Ou bien un produit en ligne, comme… un programme en ligne de coaching bien-être (j’espère que vous appréciez ma créativité). Sur un programme en ligne, les coûts sont proches de 0, et comme votre cible est la même que pour vos box, vous faites coup double !
  • Votre truc c’est le yoga, et vous créez une entreprise de tapis de yoga ? Dégagez 20% de votre temps pour donner des cours de yoga !
  • Si vous ne voyez aucune solution, ultime recours : réalisez des missions en freelance sur votre métier d’avant, même si vous ne l’aimez plus trop.

Attention, ce n’est pas avec 20% de temps que vous gagnerez autant que dans votre poste salarié… SAUF SI vous optimisez ces 20% : soit en valorisant tellement bien votre expertise que les tarifs de vos services seront élevés / soit en vendant un produit en ligne « scalable » à moindres coûts.

Secret #2 : Créer votre marque personnelle

Le personal branding, ça vous dit quelque chose ? C’est votre marque personnelle. Ce qui fait que les gens vont vous reconnaître et venir spontanément vers vous. Je vous donne mon cas, à savoir comment j’ai créé l’univers de Pose ta Dem’ :

  • J’ai créé une marque avec un nom fort et un univers, que j’ai décliné rigoureusement dans plusieurs formats, avec en priorité un site et une newsletter hebdomadaire riche en contenu. Et je m’y tiens ! Le référencement naturel porte déjà ses fruits, j’ai un bon traffic (7000 personnes le mois dernier à titre d’exemple), et ma newsletter a d’excellents taux d’ouverture et de clics.
  • Je communique sur les réseaux sociaux avec en priorité Facebook et Instagram
  • J’ai créé des événements pour rassembler ma communauté

Au départ, j’ai fait l’erreur de me planquer derrière Pose ta Dem’. Charlotte Appietto ? Qui ça ? Problème. Si vous me suivez depuis quelques temps, vous avez peut-être remarqué que je me mettais de plus en plus en avant. Sinon, comment mes lecteurs pourraient deviner qui je suis, et savoir que je peux les accompagner dans leur reconversion ? Depuis que je communique sur moi, mon activité progresse. Je ne remplace pas Pose ta Dem’ par Charlotte Appietto : les deux vont de pair. Et ma recette fonctionne bien !

Voici mes conseils si vous hésitez à vous lancer :

  • Pas besoin d’être le meilleur de votre domaine (surtout au début). Ce qui compte, c’est de faire ressortir votre personnalité et votre univers. Qui sont les personnes que vous suivez ? Les entreprises dont vous lisez l’actualité ou les contenus ? Voyez pourquoi, et vous verrez qu’il y a une raison pour laquelle vous les choisissez eux plutôt qu’un concurrent… et c’est plus souvent le coeur qui fait cliquer, que la raison.
  • Produisez du contenu. Contenu, contenu, contenu. Ecrit, audio, vidéo… Pas besoin d’être un Youtubeur ou un blogueur aux 100K abonnés pour en vivre. Mais en vous exprimant, même auprès d’une petite communauté, vous bâtissez de solides bases pour attirer des clients à vous naturellement.

Secret #3 : Passer au moins 50% de votre temps à vendre

Attention, par « vendre » je n’entends pas « passer des coups de fil à la pelle à de pauvres gens qui n’ont rien demandé ». Vous vous épuiseriez pour bien peu de résultats. A l’inverse, je vois beaucoup trop d’entrepreneurs / freelances qui estiment que « le commercial c’est pas leur truc« . WHAT ? Mais c’est bien embêtant ça ! Car personne ne va le faire à votre place !

Ne pensez pas que votre produit ou service va se vendre tout seul une fois créé. Votre personal branding va vous ramener de la visibilité et des demandes entrantes, donc c’est une manière de vendre indirectement. Lorsque je passe 3 heures à écrire un article, et que j’inclus un ou deux liens vers mon accompagnement (coucou, comme ici), c’est un mix de personal branding (c’est moi qui parle et qui prouve mon expertise), et d’action commerciale (je redirige vers mes offres).Mais cela prend du temps et je vous rappelle qu’aujourd’hui, on est pressés.

Si vous débutez dans votre activité, voici les actions commerciales de base que vous pouvez lancer :

  • Ecrire des mails personnalisés aux membres qualifiés de votre réseau : anciens collègues, personnes rencontrées à des événements… C’est là que le réseau prend tout son sens. Mais surtout, pas de spam, et pas de mail standard pour promouvoir vos services. Créez une relation de confiance avec vos interlocuteurs. Ce ne sont pas des billets sur pattes, ce sont des gens, qui aiment discuter avec d’autres gens quand ils se comportent en humains et pas en robots.
  • Contacter des prospects de manière personnalisée en identifiant une faille à combler chez eux. Vous êtes copywriter freelance ? Proposez des améliorations (sans condescendance) à des sites dont les articles sont franchement moyens (attentionsi je reçois un mail de votre part, je vais être vexée !). Vous êtes freelance en marketing digital ? Envoyez 3 recommandations ciblées à un site et les résultats possibles s’ils les mettent en oeuvre, en proposant vos services pour les réaliser.
  • Organiser un événement gratuit, comme un apéro, atelier, conférence… et diriger les participants intéressés vers vos services.

A ne pas faire :

  • Spammer des groupes Facebook avec vos offres commerciales. Si vous tenez à utiliser le levier des groupes pour développer votre activité (et je vous le recommande à 100%) créez votre propre groupe ! (Pardon mais c’est mon coup de gueule du moment – trop de groupes d’échange sont pollués par de la publicité de certains membres – et en plus, je doute que ça convertisse vraiment car les membres ne sont pas là pour ça, et très souvent les posts sont ouvertement publicitaires, ce qui est clairement un tue-l’amour)
  • Booster vos posts Facebook en mettant 5 euros par ci par là sans stratégie. J’ai fait ça au départ et franchement ? Ca ne sert à rien. Mieux vaut bâtir une vraie stratégie Facebook et optimiser les dépenses.
  • Chercher à vendre tout et n’importe quoi, sous prétexte que vous identifiez un besoin. Spécialisez-vous, n’allez pas manger à tous les râteliers car ça ne fonctionne pas. La clé de la réussite en tant que freelance / entrepreneur réside dans la spécialisation. Un freelance qui fait tout pour tout le monde… finit par ne rien faire du tout. Au départ, il est rassurant de se dire que l’on est couteau-suisse et d’accepter n’importe quelle mission proposée. Mais le risque est de s’éparpiller, et de renvoyer une image peu claire. Si vous avez envie de manger une bonne pizza ce soir, allez-vous dîner dans un restaurant classique qui propose des pizzas mais aussi des burgers, des salades et des pâtes ? Ou allez-vous chercher la meilleure pizzeria du quartier ? Bien entendu, vous choisirez la pizzeria ! Il en sera de même pour vos futurs prospects.

Secret #4 : Créer à moindres frais

Eh oui, faire du chiffre d’affaires c’est bien… mais s’il en reste un peu dans votre poche, c’est mieux. N’oubliez jamais que votre objectif est d’atteindre votre seuil de rentabilité. Donc au plus vous limitez les dépenses, au plus vous avez de chances de vous payer rapidement. Pour cela :

  • Oubliez toutes les dépenses inutiles du début : design de cartes de visite, décoration du bureau, logo…
  • Pour votre premier site internet, allez à l’essentiel et trouvez un moyen de vous faire aider à moindres frais : un freelance qui démarre dans la conception de sites web et vous fait un tarif avantageux. Bon en revanche selon votre activité, évitez les sites clé-en-main mais mal référencés comme Wix (si votre activité repose sur le site, fuyez)
  • Si vous ne supportez pas de rester travailler seul chez vous, ne prenez pas directement un abonnement à 400€ dans un coworking ! Commencez par du mi-temps et faites-vous des amis entrepreneurs avec qui vous pouvez coworker à domicile.
  • Avant de prendre un stagiaire de 6 mois voire un salarié, faites une tentative avec un stagiaire de 2 mois (que vous n’êtes pas obligé de rémunérer – pour ma part j’ai choisi de rémunérer mais cela revient moins cher que le montant légal des stages de longue durée). Si ça se passe bien et que vous voyez la différence, vous songerez ensuite à payer quelqu’un.
  • Avant de faire des dépenses en marketing, focalisez-vous sur les 20% d’actions gratuites qui vous rapporteront 80% des résultats. Par exemple, un post sur LinkedIn me rapporte suffisamment de traffic pour l’instant pour éviter de payer des posts Facebook pour mes articles.

Alors, vivre de son activité la première année vous semble jouable ? Vous vous sentez prêt à attaquer ? Si vous voulez travailler avec moi sur votre projet, c’est ici

Commentaires

Vous allez aussi aimer