Charlotte : Elle est passée du secteur pétrolier au développement durable

Dans cette interview, je te partage mon cheminement personnel pour arriver à retrouver du sens dans ma vie professionnelle à travers l’entrepreneuriat. J’aborde en toute honnêteté mes difficultés et mes réussites qui m’ont amenée à créer mon projet Charlotte S’Energize ! via lequel j’aide les entrepreneur.se.s à avoir un business écoresponsable qui cartonne ! Et cela en continuant d’être salariée. Voici comment je suis passée du secteur pétrolier au développement durable.


Bonjour Charlotte, raconte-nous ton parcours en toute transparence !

Le début de ma carrière professionnelle

Je suis Charlotte, j’habite en Île de France depuis bientôt 10 ans déjà ! J’y suis montée en 2012 après avoir fini mes études en géologie. J’avais grandi et vécu quasi toute ma vie à Montpellier. J’étais très fière d’avoir une opportunité en région parisienne et de pouvoir commencer ma carrière au cœur du quartier d’affaire français !

Tout mon début de carrière s’est bien passé. Puis mon domaine le marché est vite devenu tendu à cause de la crise pétrolière de 2014. Beaucoup de mes camarades de classe n’ont pas pu trouver de poste en tant qu’ingénieur géologue. Je me trouvais extrêmement chanceuse et reconnaissante de pouvoir faire mon métier. Pendant longtemps je n’ai pas remis en question ni ma vie professionnelle ni personnelle.

Ma dépression…

Et puis en 2016 un évènement personnel me plonge dans une dépression. A l’époque je suis géologue de synthèse dans l’exploration pétrolière et je n’avais jamais vraiment pensé à remettre en question ma vie pro…

C’est grâce à cette dépression que j’ai pu me rendre compte des multiples dissonances dans ma vie. Aujourd’hui, plusieurs années après, je peux voir ce que m’a apporté cette période douloureuse.

J’ai remis en question mon travail et surtout le sens que je voulais donner à ma carrière professionnelle. Le sens ne vient pas forcément des compétences en elles-mêmes. En l’occurrence, pour mon cas, cela venait surtout du but de mon travail. Je ne mettais pas mes compétences aux services d’un secteur que je voyais dans mon avenir, ni dans l’avenir du monde en général. Même si c’est un secteur qui est essentiel aujourd’hui au bon fonctionnement de notre société. Ce n’est pas dans celui-là que j’y voyais mon épanouissement.

Retour sur les bancs de l’école !

C’est suite à cette prise de conscience que je me suis retrouvée à retourner sur les bancs d’école en septembre 2018. J’ai rejoint le master “Organisation et Gouvernance du Développement Durable” au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) de Paris dans l’intention de comprendre comment le développement durable s’intègre dans notre société et surtout quel rôle je pourrais y jouer !

J’obtiens mon diplôme en juillet 2020 entre les deux premiers confinements. Redevenir étudiante n’a pas été facile tous les jours. J’ai cumulé pendant deux ans mon job de salarié ainsi que les cours du soir avec sa dose de travail personnel à fournir. Ce diplôme représente beaucoup pour moi. Il me permet de me rappeler que j’ai la force et la volonté de pouvoir faire ce que je pensais impossible !

L'unique newsletter à lire pour enfin poser ta dem' !

Rejoins la communauté de 10000 futurs démissionnaires qui lisent mes conseils concrets et inspirants pour inventer leur vie professionnelle !

L’entrepreneuriat, la solution qui correspond à mon projet.

Ce nouveau diplôme en poche, j’écume alors les offres d’emploi. Je déchante rapidement en me rendant compte qu’aucune ne correspond à ce que je veux. Je cherchais à apporter du sens dans mon travail, il était donc hors de question de postuler pour une entreprise qui ne partage pas mes valeurs ni pour un poste qui ne correspond qu’à moitié à mes attentes. C’est alors que l’idée de réellement “Créer mon propre job” (phrase que j’ai entendu moult fois !) commence à faire sa place dans mon esprit.

Après avoir cassé beaucoup de mes croyances sur ce sujet, en me formant et en discutant avec d’autres entrepreneur.se.s, je me retrouve aujourd’hui à l’aube de la création de ma micro-entreprise tout en étant salariée en parallèle. Avec mon projet Charlotte S’Energize ! j’accompagne les entrepreneur.se.s à intégrer le développement durable dans leur stratégie pour avoir un business qui concilie performance économique, environnementale et sociale ! Après avoir lancée ma bêta-formation pour valider mon offre, je suis actuellement en train d’organiser sa sortie officielle ce qui me rend très heureuse !

Pourquoi te réorienter vers le développement durable ? Comment as-tu choisi ?

Avant le choix du développement durable

Avant même de savoir vers quoi se réorienter, il faut arriver à accepter l’envie/le besoin de se réorienter. La réorientation n’est pas un choix facile. Je trouve que cela demande beaucoup de courage. Et si tu lis ces lignes c’est que tu es en train de chercher des retours d’expérience pour toi-même te réorienter ! Donc déjà bravo ! Se réorienter demande de faire face à plusieurs problématiques qu’il faut résoudre. Certaines doivent se résoudre en étant seul.e mais pour la plupart, on peut se faire aider.

En parler autour de soi est l’une des étapes clés. Même si cela peut faire peur au départ, lorsqu’on ouvre le dialogue des choses merveilleuses peuvent se produire. Comme se rendre compte que son propre chef à fait la même démarche des années plus tôt (véridique !).

Si tu le peux, je te conseille fortement de contacter l’APEC. Leurs conseiller.ière.s sont là pour toi, même si tu es encore en poste ! J’ai pu avoir plusieurs RDV avec une conseillère pour vérifier que la formation que j’avais choisie était adaptée, étudier rapidement le marché vers lequel je voulais aller (en l’occurrence le développement durable), m’aider à faire mon dossier d’inscription (CV et lettre de motivation). Puis une fois la formation finie, j’ai pu reprendre RDV avec la même conseillère, avec qui je m’étais très bien entendu, pour m’aider dans mes démarches de recherche d’emploi.

Ensuite il faut se sentir légitime à vouloir changer de job… et tu as le droit de vouloir un job qui te met en joie. Dans notre société je trouve que l’accent est mis sur le fait que le travail est là pour nous permettre de gagner de l’argent. Un travail ce n’est pas qu’un salaire. La société nous envoie beaucoup de messages pour être heureux. Mais cette même société ne nous envoie aucun message pour choisir un travail qui nous prend aux tripes. Être heureux c’est un rassemblement de pleins de paramètres. Le travail en fait entièrement partie !

Le développement durable et moi !

Pour en revenir à la question de départ, personnellement j’ai toujours voulu faire partie des solutions pour l’environnement.

J’ai réalisé une licence Science de la Terre et de l’Environnement pour l’aspect environnemental. Déjà après le BAC je voulais contribuer à la résolution des problèmes climatiques. Hausse des températures, réfugiés climatiques etc. J’avais en tête cette envie de lutter contre le système sociétale en place qui ne marchait plus.

Mais les matières liées à l’environnement dans cette licence, qui étaient essentiellement liées à l’hydrogéologie ne m’ont pas du tout plu ! Calcul de débit, prélèvement dans les nappes phréatiques… Cela m’ennuyait fortement. Contre toute attente, j’ai aimé la géologie (j’avais horreur de cette matière au lycée). Et lorsque j’ai réalisé mon master, j’avais dans l’idée d’intégrer une entreprise faisant du stockage de CO2. Malheureusement ce secteur était bouché car encore trop peu développé.

J’avais alors accepté de ne pas pouvoir “aider”, trop heureuse de commencer ma vie active comme géologue, métier qui techniquement me passionne. Et pendant longtemps j’avais même oublié ces idées de travailler pour le monde de demain qui avaient finalement dirigé mes études.

Le choix du développement durable pour ma réorientation a donc finalement été assez facile. Le plus difficile a été de me remémorer tout ça et de prendre conscience qu’à un moment donné je m’étais désalignée avec mes envies profondes. Ce qui est OK aussi car cela m’a apporté énormément. Mais il était temps pour moi de changer pour avoir une vie qui me correspond et surtout une vie dirigée par des choix faits en conscience !

Comment as-tu su quelle formation réaliser pour te réorienter ?

Mon ami internet

J’ai passé énormément de temps sur internet. J’avais deux grosses contraintes : garder mon job ce qui impliquait de trouver une formation le soir ou le weekend et un budget restreint.

J’ai écumé de nombreux sites, des recherches sur les sites des facultés ou encore les formations en ligne. Je voulais une formation certifiante et reconnue par l’État pour que mon CV soit légitime dans ma réorientation.

Le CNAM a été le choix le plus logique. Même si j’ai failli abandonner car leur site répertoriant leurs cours et leurs formations est… un vrai labyrinthe ! C’est le seul organisme que j’ai trouvé me permettant de réaliser une formation rassemblant les critères cités précédemment et abordant les sujets qui m’intéressaient.

A ce moment là, j’étais l’écolo pénible du bureau, la pote écolo, la fervente consomm’actrice ! J’étais vraiment dans l’idée “si chacun fait ça part c’est bon”. Et j’y ai mis beaucoup d’énergie avec pas mal de contraintes !

Être écolo dans sa vie quotidienne dans un monde qui ne le permet pas est contraignant. Acheter local, en vrac, de préférence bio, faire ces produits ménagers, cuisiner au maximum maison pour limiter les achats de produits transformés, mettre en place un composteur dans sa copro, acheter ce dont on a besoin d’occasion, acheter ces vêtements en friperies ou sur les sites de seconde main, faire ses cadeaux maisons, etc. demande une énergie et une motivation importante. C’est ce que je faisais et malheureusement je ne voyais rien changer…

Les questions auxquelles la formation répond

J’ai donc choisi ma formation pour comprendre les leviers et les freins qui font qu’on a du mal à voir le développement durable arriver dans notre vie de tous les jours. Pourquoi l’État n’impose pas des mesures plus restrictives ? Pourquoi les entreprises continuent de proposer des produits et services si peu respectueux ? Les raisons sont-elles seulement économiques ? Ou politiques ?

Beaucoup de questions auxquelles je ne trouvais pas de réponses convenables. J’ai donc choisi spécifiquement ce master car il abordait la question de gouvernance et de gestion du développement durable dans son ensemble.

Le choix de la formation est hyper importante. Et il ne faut pas hésiter à prendre son temps sur cette partie. Personnellement j’ai mis environ 6 mois pour me décider. Avec mes contraintes d’horaires et de budget j’avais tout misé sur le CNAM. Donc j’ai écumé toutes leurs formations et j’ai au départ sorti toutes les offres sur le développement durable. J’ai ensuite étudié chaque formation et enfin j’ai trié pour arriver à mon choix final.

A mon sens une réorientation doit concerner un sujet qui te passionne. Si tu décides de suivre une formation pour acquérir des compétences spécifiques sur un sujet je te conseille de vérifier que tous les cours ont un intérêt pour toi, que la formation réponde aux questionnements que tu te poses.

As-tu des astuces/conseils pour casser ses croyances au sujet de l’entrepreneuriat ?

En parler

Je n’aurai jamais cru un jour envisager de créer ma propre entreprise. Si aujourd’hui c’est le cas c’est car j’ai su m’entourer et discuter de ce sujet avec des personnes qui rencontraient les mêmes problématiques.

J’ai eu la chance de créer mon blog et de vouloir tendre vers l’entrepreneuriat au même moment qu’une amie proche. Nous en discutons souvent ensemble. C’est d’ailleurs elle qui m’a parlé du groupe privé Pose ta Dem’ sur facebook. Je m’y suis présentée et j’ai pu discuter par téléphone avec deux autres personnes qui se lançaient également. Nous avions des projets différents qui néanmoins se reliaient par le côté environnemental.

Se former encore et toujours

Ensuite pour acquérir les compétences plus liées à l’entrepreneuriat j’ai réalisé la formation Side Project qui m’a permis d’avoir une vision claire sur comment monter mon projet et également de rencontrer des personnes dans le même état d’esprit que moi : L’envie de changer son job mais qui étaient complétement paumées sur le comment ! J’ai créé des liens forts avec certain.e.s participant.e.s. Je suis en contact régulièrement avec eux/elles ce qui est hyper motivant et aussi permet d’avoir du soutien dans les moments de doutes et de démotivation.

Et finalement… se lancer !

Tout ça m’a permis de casser beaucoup de croyances sur l’entrepreneuriat et aussi l’entrepreneur en règle général. Aujourd’hui j’ai confiance en mon projet et surtout en mes capacités à le mettre en place. Même si mon syndrome de l’imposteur refait surface de temps en temps j’arrive à le calmer. Ces deux mantras m’ont changé la vie : petits pas par petits pas et mieux vaut fait que parfait !

C’est comme cela que j’ai créé mon site puis créé mon compte Instagram @charlotte.senergize, que je me suis montrée en story ou que j’ai fait des lives et… que j’ai lancé ma bêta-formation ! Ce sont ces petits pas qui m’ont permis d’avancer tous les jours un petit peu plus.

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui souhaite se lancer mais n’a pas encore osé franchir le pas ? 

Bien s’entourer à toutes les étapes

Quitter son job, se réorienter, créer une entreprise sont des étapes de vie qui font bouger beaucoup de chose en nous. Pour faire des choix judicieux et en conscience, je ne peux que te conseiller de te faire accompagner dès que tu en ressens le besoin et cela pour chaque étape. En discuter avec tes proches est aussi une étape clé et va dans le même sens. Attention néanmoins à bien distinguer : discuter avec ses proches et se faire accompagner. Les proches n’ont pas forcément les compétences pour t’aider selon tes problématiques ni une vision objective de la situation car l’affect rentre vite en compte.

Je te conseille aussi de te créer un réseau d’entrepreneur.se.s qui va te permettre de te sentir soutenu concernant les problématiques très spécifiques de l’entrepreneuriat. Les proches n’ont pas forcément conscience de toutes tes problématiques car ils n’y ont probablement jamais fait face.

Pour moi c’est le trio gagnant pour bien être entouré : l’accompagnement, les proches et le réseau.

Être dans l’action pour croire en soi-même quand on est au plus mal

Je vais te partager ma phrase du moment que j’adore: “La transformation se fait dans la répétition”. Si aujourd’hui tu es imprégné de peurs et de doutes qui t’empêchent d’avancer, n’oublie pas que tout est mouvement dans la vie et que cet état va évoluer.

Ce que je te conseille c’est de commencer à faire des toutes petites actions un peu tous les jours, même si c’est seulement 5-10 minutes. Des actions qui te permettront d’avancer même un tout petit peu. Et quand je parle d’avancement ce n’est pas forcément produire quelque chose. Cela peut être : discuter de ton envie de projet à un proche en qui tu as confiance, lire un ou deux autres témoignages sur le site de Pose te Dem’ pour t’inspirer, écouter un podcast sur un sujet en lien avec ton projet, etc.

C’est dans l’action et la répétition que tu vas pouvoir faire évoluer ton état d’esprit et ton projet (les deux sont liés). Alors… Let’s Go ? 😃


Que retenir de l’expérience de Charlotte ?

  • Soyez dans l’acceptation : vous savez que vous souhaitez changer de job mais n’avez aucune idée du chemin à prendre ? Pas de panique, prenez le temps d’explorer vos sentiments et vos envies.
  • Parlez de votre envie de changement autour de vous, les questions que l’on vous posera vous serviront de base pour avancer.
  • Vous avez le droit de vouloir changer de job pour être plus heureux et épanoui ! Comme le dit si bien Charlotte : Souvenez-vous que votre travail n’est pas qu’un salaire !
  • Prenez le temps d’échanger avec d’autres personnes qui ont les mêmes problématiques que vous sur certains sujets, cela ne pourra que vous aider !
  • Rappelez-vous des deux mantras les plus importants : petit pas par petit pas et mieux vaut fait que parfait !

Vous pouvez retrouver Charlotte, qui est passée du secteur pétrolier au développement durable, sur son site Internet et sur son compte Instagram.


Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez mes programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

 

Commentaires