Je me lance

Concilier vie privée et vie professionnelle quand on est indépendant

vie privée et vie professionnelle

Obnubilé par son activité, il n’est pas rare de voir un travailleur indépendant se jeter corps et âme dans le travail, en oubliant le reste. Pourtant, trop travailler n’a jamais eu de bonnes répercussions sur la santé et l’entourage. Dans un monde où la connectivité est permanente, la frontière entre vie privée et vie professionnelle s’amincit bien vite. Alors comment retrouver le bon équilibre ?


Article invité rédigé par Joévin.


Trouver cet équilibre entre vie privée et vie professionnelle est une tâche ambitieuse, complexe. Ça ne devrait pas. Nombreux sont celles et ceux qui délaissent l’une ou l’autre sans même savoir que les deux sont interdépendantes. Tout d’abord, il est essentiel de rappeler que l’épanouissement personnel prend une part prépondérante dans le succès professionnel. Un souci familial influe inévitablement sur la productivité, et inversement. C’est pour cela que la conciliation vie personnelle et vie professionnelle est primordiale.

La santé et le bien-être au travail d’un indépendant sont d’une importance cruciale pour le bon fonctionnement de leur activité. Pourtant, jusqu’ici la question de la Qualité de Vie au Travail (QVT) est plutôt associée au monde de l’entreprise.

L’État a choisi de légiférer afin d’éviter le « blurring » ; terme anglo-saxon évoquant une frontière de plus en plus floue entre vie privé et vie professionnelle du salarié (cf droit à la déconnexion, loi Travail 2017).

Mais les indépendants ne sont-ils pas soumis également à des risques professionnels ? Le travail ne doit-il pas être un lieu d’épanouissement pour tous, salarié comme non salarié ?

Voici quelques clés pour trouver ce juste équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Aucune n’est véritablement inédite, mais le plus dur est rarement dans la connaissance sinon dans l’application.

1. Définir ses heures de travail

Liberté et flexibilité

La liberté et la flexibilité du travailleur indépendant attirent de plus en plus de professionnels.

L'unique newsletter à lire pour enfin poser ta dem' !

Rejoins la communauté de 10000 futurs démissionnaires qui lisent mes conseils concrets et inspirants pour inventer leur vie professionnelle !

Malheureusement, cette flexibilité n’est pas toujours bénéfique. Que l’on soit indépendant ou créateur d’entreprise, il est courant de ne pas compter ses heures.

Or, être son propre patron nécessite de s’imposer des règles. Il est ainsi important d’utiliser l’avantage qu’offre ce statut pour définir ses propres horaires de travail. Les journées trop chargées peuvent rapidement devenir contre-productives. A l’inverse, les journées trop « légères » peuvent potentiellement réduire vos chances de réussite. Tout est question d’organisation du travail et de bonnes habitudes.

Hyper connectivité

On le mentionnait en introduction, l’hyper connectivité nous relie en permanence à notre travail, c’est un vrai risque. Et face à cette « disponibilité » de tous les instants, on en oublie facilement les horaires. Il est souvent difficile de ne pas jeter un coup d’œil à ses mails, durant la soirée. Voire de traiter ces mails pour « gagner du temps » sur la journée du lendemain. Il faut savoir déconnecter, à l’instar de ce que l’on demande à nos enfants…

NB : évidemment, en cas de force majeure ou si vous êtes d’astreinte, restez connecté.

C’est le même principe pour les réunions tardives, aussi importantes soient-elles : demandez tout simplement à ce qu’elles soient reportées à un horaire plus convenable pour tous.

Fatigue mentale

Cette connectivité permanente nous met en état d’alerte constante, c’est un véritable facteur de stress. Elle génère d’ailleurs une plus faible concentration et de la fatigue mentale. A moyen terme, elle peut aussi conduire à un épuisement professionnel, ou agir plus gravement encore sur la santé : crise cardiaque, AVC … Ne vaut-il mieux pas prévenir que guérir ?

Pour imager, ne considérez pas votre vie professionnelle comme un sprint mais plutôt comme un ultra trail. Dans une course longue distance, il est important de se préserver, de respirer et de prendre des pauses. Pourquoi ne pas prendre de vacances entre deux missions par exemple ?  

2. Déterminer ses priorités

Tâches urgentes, moins urgentes… Il peut être utile d’établir un planning sur plusieurs jours, ou plusieurs semaines.

Les « to-do list » peuvent paraître superflues pour beaucoup, mais faire une liste des différentes tâches à venir et se fixer des objectifs à atteindre est souvent une étape capitale. Même si nous ne doutons pas de vos capacités de mémorisation…

Cela doit vous donner une dynamique de travail efficace et vous permettre de vous concentrer sur l’essentiel.

D’ailleurs, et puisque notre cerveau n’est pas un robot, il est bon de rappeler que selon de nombreux scientifiques, il faudrait réaliser les tâches les plus complexes en matinée. C’est à ce moment de la journée que votre concentration serait à son maximum. C’est peut-être le moment d’avancer l’heure du petit dej’ ? 🙂

3. Savoir déléguer

Déléguer ou être accompagné

On le sait, beaucoup de poids pèse sur les épaules d’un indép’. Et vouloir tout assumer ne permet aucunement d’être créatif, ni même productif. Indépendant ne doit pas rimer avec solitude ; pensez à vous faire accompagner et/ou à déléguer pour ainsi mieux répartir votre charge de travail.

« Le prix de la liberté ne doit pas être l’isolement »

L’accumulation des obligations légales peut apparaître comme chronophage lorsque l’on démarre son activité.

Les indépendants utilisent ainsi souvent les heures de fermeture et les week-ends pour se mettre à jour de leurs obligations. Autant de tâche qui pourraient être déléguées. Certains statuts indépendants permettent sans surcoût de se soulager d’une partie de ces obligations. C’est notamment le cas des salariés portés qui n’ont pas cette densité de travail puisque l’entreprise de portage s’occupe de l’ensemble des démarches administratives et comptables. Ce qui représente un gain de temps précieux pour l’activité pro’ comme pour la vie perso’.

Avoir le choix

S’il est important de savoir déléguer, il est idéal de pouvoir choisir. Certaines prestations et certains statuts vous donnent la possibilité de prospecter vos clients. Cela vous permet de refuser les missions pour lesquelles vous sentez que le contexte n’est pas en adéquation avec vos attentes. En d’autres termes, il faut savoir dire « non ».

4. Trouver son espace de travail

Le télétravail

De nombreux employés ont découvert le télétravail récemment. Une manière de travailler déjà bien connue des indépendants. Un bon nombre d’indépendant travaille à domicile et connait déjà la difficulté d’établir une limite entre vie privée et vie professionnelle.

Que vous préfériez travailler de chez vous pour des raisons budgétaires ou tout simplement parce que cela correspond mieux à votre façon d’être, pensez à vous aménager un espace de travail dédié. Dans l’idéal, votre « bureau » doit être isolé du reste, et surtout isolé de votre espace « détente ».

Oui, travailler à domicile est avantageux en de nombreux points, mais cela peut très vite vous faire décrocher de vos responsabilités professionnelles. Avoir une pièce de type bureau est donc vivement conseillé. À vous de l’agencer et de la décorer ensuite selon vos envies, on ne vous jugera pas… Pensez simplement à éloigner les tableaux tendancieux de votre webcam. Le plus important est que vous vous sentiez à l’aise.

 Il est aussi essentiel que vous fixiez des règles vis-à-vis de votre entourage, informez-les de vos horaires, car votre présence ne signifie pas que vous êtes disponible.

Les autres alternatives

Si vous n’avez malheureusement pas la possibilité de déconnecter physiquement de votre lieu de vie, ou si vous avez simplement du mal avec la « solitude », d’autres possibilités s’offrent à vous : espaces de coworking, locaux du client, café, etc.

Choisissez le mode et le lieu de travail qui vous correspond le mieux et qui vous permettra de concilier aspirations professionnelles et vie privée. Le bon système sera peut-être d’alterner les lieux de travail.

5. Prendre soin de soi

« Mangez au moins 5 fruits et légumes par jour », « ne mangez pas trop gras, trop sucré, trop salé ».

On vous a mis la pub’ en tête, et on en est ravis…

Qu’il soit mental ou physique, le bien-être joue un rôle essentiel sur votre performance au travail. De nombreux éléments influent sur le bien-être : pensez donc à dormir suffisamment, à vous hydrater régulièrement, à manger sainement, à pratiquer une activité sportive ou encore à vous relaxer.  

Encore une fois, rien de nouveau ici, mais le plus dur est de l’appliquer.

Car finalement, pour avoir une vie professionnelle épanouie, il faut savoir s’accorder du temps, accorder du temps à ses proches, pratiquer les activités que l’on aime… En prime, et au-delà de rester en bonne santé, ce temps vous permettra aussi de prendre un peu de recul sur vos missions.

6. Choisir le bon statut

De nombreux statuts

Il existe de nombreux statuts juridiques et il n’est pas toujours évident de savoir pour lequel opter… Pour choisir celui qui correspond le mieux à votre activité, à vos ambitions et à votre personnalité, il est essentiel de bien comprendre les avantages et les inconvénients de chacune des solutions.

Les indépendants partagent des valeurs communes, telle que l’autonomie ou la liberté. Mais ils partagent également de nombreuses inquiétudes : incertitude économique, amplitude horaire élevée, difficulté à concilier travail et famille, sentiment de solitude, etc.

L’exemple du portage salarial

Certains statuts vous permettront plus facilement de limiter ces inquiétudes. Car la liberté de l’indépendance ne doit pas être synonyme de précarité. Vous pouvez bénéficier de cadres tout à fait sécurisants qui vous aideront dans votre parcours. Nous pouvons par exemple revenir sur le portage salarial, statut déjà mentionné plus haut. Car si ce statut avait déjà le vent en poupe, les événements récents auront apporté encore plus de lumière sur ce statut hybride de salarié indépendant, qui offre de nombreux avantages.   

Un auto-entrepreneur ou un commerçant indépendant pourrait vite se sentir démunis en cas de baisse du chiffre d’affaires ou de problèmes liés à l’activité. Un sentiment d’instabilité fortement diminué en portage salarial puisque ce statut permet au consultant indépendant d’avoir les mêmes avantages qu’un salarié classique : assurance chômage, congés payés, régime général d’assurance maladie etc.


Vous pouvez retrouver Joévin sur ce site Internet.


 👉 Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

👉 Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez les programmes d’accompagnement individuelet les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires

Vous allez aussi aimer