Je m'inspire

François-Xavier : Ingénieur, il s’est reconverti dans l’entrepreneuriat et a lancé un blog

Après des études d’ingénieur et plus de 10 ans en entreprise, François-Xavier décide de quitter son poste pour exercer ses compétences de façon plus libre et plus alignée avec ses valeurs. Il s’est reconverti dans l’entrepreneuriat avec le lancement d’un blog puis d’un podcast.


Bonjour François-Xavier, raconte-nous ton parcours en toute transparence !

À la fin de mon école d’ingénieur, je pars sur l’île de La Réunion pour mon stage de fin d’études. Cela doit durer 6 mois et je reste finalement 2 ans car on me propose un CDI à la suite de mon stage. J’accepte avant tout car j’adore l’île (la nature incroyable, les plages, les habitants et la culture réunionnaise). Je suis donc salarié d’un grand groupe français au sein duquel je réalise des projets en lien avec les réseaux d’eau et d’assainissement de l’île. Le travail est intéressant, j’apprends la vie en entreprise, je découvre le fonctionnement des collectivités (qui sont nos clients). Mais je trouve vite que cela manque de « concret » (mon travail consiste principalement à faire des calculs et à rédiger des rapports). De plus, je me sens comme un tout petit maillon au sein de la grande chaîne de décision d’un projet, ce qui ne me satisfait pas vraiment.

Tu décides alors d’entamer une première reconversion ?

Oui, nous sommes alors en 2008 et c’est le début de ce qu’on appelle la « construction durable », qui vise à concevoir et construire des bâtiments plus vertueux, qui consomment peu d’énergie et qui préservent les ressources naturelles. J’ai depuis longtemps une fibre écologique et je suis attiré par l’architecture, le design. J’aime aussi le fait de voir se réaliser concrètement un projet sous mes yeux.

Je décide donc de quitter mon poste à La Réunion et de retourner en métropole pour chercher un emploi dans ce secteur (à Paris où les opportunités sont présentes).

Je trouve très vite un poste dans un bureau d’études en plein essor. C’est une petite structure (nous sommes une dizaine à mon arrivée), ce qui change beaucoup avec mon précédent poste où l’entreprise comptait près de 1000 salariés et le groupe dont elle faisait partie plusieurs dizaines de milliers.

Cette nouvelle échelle me plaît beaucoup. J’ai vite des responsabilités et beaucoup d’autonomie. C’est un peu perturbant au début mais ça me plaît bien. Moi qui voulait avoir plus de poids dans les décisions !

En revanche, je dois apprendre vite le métier car le bâtiment n’est pas vraiment ma formation initiale.

Je vois plein de projets intéressants, côtoie des architectes prestigieux et découvre aussi la vie trépidante à Paris. Après 5 ans dans cette entreprise, je sens que j’ai néanmoins besoin de changement, sans trop savoir où aller cependant.

L'unique newsletter à lire pour enfin poser ta dem' !

Rejoins la communauté de 7000 futurs démissionnaires qui lisent la newsletter chaque mardi matin !

Je propose alors à mon employeur de partir à Bordeaux pour monter une antenne locale ! Nous avons déjà plusieurs projets sur place. Il dit oui et je m’installe à Bordeaux en 2013. C’est une super expérience, je suis dans un co-working génial et j’ai encore plus d’autonomie. Je n’ai pas de collègues sur place mais je découvre que j’aime bien travailler seul. J’ai l’impression de travailler presque à mon compte.

Comment est née ton envie de te lancer en indépendant ?

C’est marrant car quand j’ai réfléchi à tout ça je me suis rappelé qu’au lycée j’avais intégré le club des créateurs d’entreprises. Sans vraiment me l’avouer à l’époque j’avais déjà cette fibre d’entrepreneur en moi semble-t-il !

Donc mon poste à Bordeaux me plaît mais malgré la grande autonomie dont je jouis, je ne suis pas pleinement satisfait. Je veux pouvoir décider de mon emploi du temps et choisir les projets sur lesquels je travaille. Je vois aussi que malgré le fait que je m’investisse beaucoup dans cette entreprise depuis des années, mon salaire n’évolue pas très vite et je croule de plus en plus sous les dossiers et les projets à gérer. De plus, je ne construis « rien » pour l’avenir (je n’ai pas de part dans la société par exemple).

Quel a été le déclic pour démarrer ton activité ?

Je pense que l’arrivée de mon fils en 2017 a beaucoup joué. À la fois pour avoir la liberté de passer du temps avec lui et aussi je crois pour l’inspirer en lui montrant que je fais un travail qui m’épanouit pleinement. Du coup, 1 mois après sa naissance, je quitte mon poste !

Comment as-tu obtenu tes premiers clients ?

C’est finalement assez simple car au début j’ai continué à travailler partiellement pour mon ancien employeur mais en freelance. C’est un métier que je savais faire donc ça ne me demandait pas beaucoup d’énergie. Et lui avait besoin de quelqu’un à Bordeaux pour poursuivre les projets. En parallèle je prends du temps pour réfléchir à ce que je veux faire et je commence à tester des choses.

Ainsi, je propose mes services pour donner des cours à l’Université de Bordeaux et ça marche. Ce n’est qu’une vingtaine d’heures mais c’est une première victoire en tant qu’indépendant. C’est mon premier « vrai client » !

J’aide aussi un ami à développer son activité de e-commerce en Espagne (car j’ai appris l’espagnol lors d’un séjour Erasmus pendant mes études). Là aussi ça ne fait pas un salaire complet mais c’est une nouvelle expérience.

Je lance également le blog « La Case Robinson » qui regroupe ma passion et mes compétences : les habitats écologiques et la construction durable. Je partage ainsi mes connaissances sur le thème de l’habitat durable et l’écoconstruction pour « aider les particuliers à réaliser la maison de leurs rêves ».

Finalement, je démarre en partie grâce à ce blog mon activité de conseil en écoconstruction et coordinateur travaux.

En quoi consiste ton activité aujourd’hui ? Quel est ton quotidien ?

Mon activité aujourd’hui est celle d’un entrepreneur dans le secteur du bâtiment. Elle consiste donc principalement à accompagner mes clients (les particuliers) pour les aider à concevoir, construire ou rénover un logement avec une démarche écologique. Je fais les plans, consulte les entreprises et suit les travaux pour eux (ou les aide à le faire). Je continue en parallèle à donner des cours à l’Université de Bordeaux. J’anime aussi mon blog en rédigeant des articles et en faisant des interviews via mon podcast !

L’objectif est de démocratiser l’écoconstruction pour arrêter d’utiliser systématiquement des ressources non renouvelables et polluantes pour la construction de nos maisons. Pour y arriver j’ai pour projet de créer une formation en ligne pour accompagner un maximum de personnes qui veulent habiter dans une maison plus écologique et plus saine. C’est un nouveau challenge mais il m’excite beaucoup et la demande est là !

Quelles difficultés et quelles joies as-tu rencontrées dans ce processus de reconversion ?

Je dirais que la principale difficulté pour moi a été de trouver ma voie. J’ai suivi un cursus « classique » d’un élève qui avait de bons résultats scolaires mais sans trop savoir où j’allais. Je me rappelle m’être dit souvent : « en choisissant ingénieur, ça me laisse le temps d’envisager un panel de métier assez large ». Une façon de ne pas choisir en fait ! Quand j’ai commencé à travailler je me suis beaucoup investi et je n’ai donc pas pris le temps non plus de bien réfléchir à ce que j’aimais ou non dans mon poste.

Avec le recul ça paraît plus simple mais sur le moment c’est le flou total !

D’un autre côté, quand les pièces du puzzle s’assemblent, c’est une grande joie et une immense satisfaction !

Chaque matin, je suis plein d’énergie pour aller « bosser », c’est vraiment top.

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui veut quitter son job mais n’a pas encore osé franchir le pas ?

Personnellement j’y suis allé par étapes. N’étant pas certain du projet ni de la faisabilité j’ai sécurisé le risque en continuant mon précédent poste en tant que freelance à temps partiel.

Cela dit c’est à double tranchant. Car à court terme ça apporte un confort financier mais qui peut s’avérer contre productif sur le moyen-long terme si on se repose dessus et si on ne se lance pas pleinement. Moi ça m’a pris plus d’un an avant de me dire : « ok je dois laisser ça de côté et me consacrer totalement à ma nouvelle activité si je veux qu’elle décolle ». C’était un risque car je n’avais pas encore de revenus suffisants mais il était nécessaire je pense et je suis très content de l’avoir pris aujourd’hui.

Un autre conseil est qu’il faut tester pas mal de choses pour savoir ce qui nous plaît vraiment. J’ai aussi beaucoup lu de livres sur le développement personnel pour mieux me connaître. À ce propos un exercice que je recommanderais est de faire son « Ikigai » (« raison d’être » ou « raison de se lever le matin » en japonais). Il consiste à croiser nos forces, nos compétences, nos passions avec le monde extérieur pour trouver la chose centrale qui nous correspond. C’est instructif et puissant ! Je me suis aussi pas mal formé (principalement en ligne) pour approfondir certaines compétences : entrepreneuriat, marketing, communication… Au-délà de l’apprentissage, la formation permet aussi d’intégrer un réseau d’acteurs motivés dont certains sont dans la même situation que soi (ou alors l’ont déjà traversée). C’est un vrai plus.


Que retenir de l’expérience de François-Xavier ?

  • Trouver sa voie est un processus long et parfois sinueux mais souvenez-vous que la destination est synonyme de joie et d’épanouissement professionnel ! 
  • L’avantage de l’entrepreneuriat est que l’on peut assembler toutes ses passions et en faire des activités différentes, toutes liées par un fil rouge.
  • TESTEZ ! N’hésitez pas à tester des projets, c’est la meilleure manière d’évaluer s’ils vous plaisent réellement.
  • Pour trouver sa voie, l’Ikigai est une bonne méthode car il permet de se poser les bonnes questions et trouver son fil rouge.

Vous pouvez retrouver François-Xavier, qui s’est reconverti dans l’entrepreneuriat, sur son blog et sur son podcast.


👉 Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

👉 Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez les programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires

Vous allez aussi aimer

>