Les chroniques de Charlotte

Retraite de méditation : le bilan

// Chaque dimanche matin, j’envoie un texte sorti tout droit de mes pensées à mes abonnés… comme celui-ci ! Pour recevoir mes textes directement par mail le dimanche + les meilleurs contenus de Pose ta Dem’ le mardi, l’inscription est ici //


Chose promise, chose due : le compte rendu de ma retraite de méditation en 3 grands apprentissages (+ 1 bonus !) et mes recommandations pour commencer la méditation.

Dans la chronique de dimanche dernier, j’annonçais que j’étais isolée dans la campagne en retraite de méditation avec Jonathan Lehmann, fondateur des Antisèches du Bonheur et auteur du Journal intime d’un touriste du bonheur.
Le weekend était composé de temps de méditation, d’échanges en groupe sur le bonheur, la tyrannie du mental et l’amour de soi, d’expérimentations et de mouvements de Qi-Gong.

Aujourd’hui, je partage les 3 enseignements que je retiens de ce weekend très particulier.
Pour que tu sois dans l’ambiance, je commence par quelques photos. Tu peux jouer à Où est Charlotte ? Je figure sur chacune de ces photos – sauras-tu me retrouver ? 😉

Mes 3 grands apprentissages issus de ce weekend de retraite dédié à la méditation

#1 / Trouver une libération DANS et SANS le regard des autres 

Parmi les nombreux exercices et ateliers du weekend, certains m’ont particulièrement marquée.

Le vendredi soir, nous avons commencé fort avec un exercice que j’avais déjà expérimenté à plusieurs reprises, la première fois étant au séminaire d’Anthony Robbins en 2018.
Il consiste à regarder quelqu’un dans les yeux durant 3 minutes. 3 minutes, c’est LONG quand on regarde un inconnu profondément dans les yeux sans broncher.
Ça met mal à l’aise, ça gêne, et surtout… ça émeut terriblement.
Se regarder dans les yeux transmet des messages puissants sans dire un mot. On voit la profondeur de l’être en face, ses blessures, ses espoirs, sans pouvoir les nommer.
Cet exercice me chamboule toujours autant mais je ne suis pas prête à le montrer à la personne en face. D’autres personnes ont libéré leurs émotions et cette entrée en matière a créé des connexions très fortes entre nous tous.

Le lendemain, le samedi soir, après avoir dansé sur la piste pour nous amuser après une journée très calme, nous avons été soudainement été invités à un exercice un peu bizarre qui consistait à… nous bander les yeux.

L’exercice se faisait en 3 étapes :
1/ « Shaker notre body » pendant 5 minutes
2/ Crier en « gibberish » pendant 5 minutes (une langue que nous inventons en disant n’importe quoi, des sons au hasard, un peu comme les Sims)
3/ Danser pendant 30 minutes sur la musique

Au début, j’avais peur de ne pas savoir parler gibberish (ce qui est précisément le but) et d’entrer en collision avec les autres participants aux yeux bandés. Mais très vite, je me suis laissée porter par la jubilation de pouvoir bouger et crier comme je le voulais sans me soucier du regard des autres. Révélation : ne pas voir les autres, se laisser porter par la musique et l’énergie collective a été un moment magique.

L’expérience n’aurait pas été la même seule dans mon salon ! J’ai ainsi appris que la plus belle manière de se défaire de ses blocages était de se libérer du regard des autres tout en étant en groupe. Qui l’eut cru ?

Dans tous ces exercices, la présence de l’autre, cachée ou non par un masque, est au coeur de la découverte de soi. Un voyage intérieur ne se fait pas uniquement seul. 

#2 / La stratégie des petits pas (de danse) illustrée par magie

Durant toute la session de danse les yeux bandés, je dansais en restant à ma place pour éviter de me déplacer et de me cogner aux autres.
Je n’avais aucune notion de l’espace et voulais éviter de prendre des coups, alors j’ai opté pour l’option sur-place.

Lorsqu’au bout de 30 minutes, la musique s’est arrêtée, nous nous sommes immobilisés et avons ôté nos masques. Il y a eu un long moment de flottement.
Retour à la réalité.
Des visages perdus, transportés, des sourires, des pleurs. Nous sortions d’une sorte de transe, à la fois individuelle puisque nous étions chacun seuls avec nous-mêmes dans le noir, et collective car nous ressentions l’énergie du groupe.

Mais le plus surprenant a été notre localisation dans l’espace.
Personnellement, j’étais à l’exact opposé de cette grande pièce. J’avais parcouru une dizaine de mètres tout en faisant du sur-place. En ouvrant les yeux, j’étais perdue : entre les bougies, les gens, la pièce que je connaissais mal, je ne savais plus où j’étais.
Comment est-ce possible ? Malgré l’impression de faire du sur-place, j’ai dû me déplacer de quelques centimètres à chaque minute. Mais tous ces micro-mouvements cumulés m’ont fait déplacer sur… 10 mètres.

Alors, quand je te parle de l’importance de la stratégie des petits pas pour faire avancer ton projet de reconversion, je ne plaisante pas 😄
Des micro-mouvements, de toutes petites actions, qui ne font pas trop peur, et qui donnent l’impression (parfois décourageante) de faire du sur-place… conduisent à de grands résultats.

#3 / Il n’existe pas de solution miracle à nos problèmes

En partant à cette retraite de méditation, j’en attendais une espèce de « solution miracle ». Tout remettre à zéro, me débarrasser de mes contrariétés, être zen à vie.
J’exagère – mais au fond de moi, j’espérais naïvement quelque chose comme cela.

La réalité est que je ne suis pas rentrée chez moi avec une solution miracle. Les petits et plus grands problèmes sont toujours présents, même après un weekend dédié à la méditation et à la libération de la tyrannie du mental.

Cela aurait pu me décevoir, mais j’y ai vu une belle leçon : ne plus avoir de « problèmes » est une illusion.
Le but de la méditation n’est pas de les éliminer et de devenir imperméable aux obstacles de la vie, mais d’arriver à lâcher-prise plus facilement et à intégrer que nous ne sommes pas nos problèmes. Nos problèmes sont extérieurs à nous. C’est une belle manière de (ré) apprendre que les obstacles font partie de la vie.

Cela me rappelle la citation de Sénèque : « La vie, ce n’est pas attendre que l’orage passe, c’est d’apprendre à danser sous la pluie« .
Je crois d’ailleurs que cette leçon a été majeure pour moi en cette année 2019. J’ai lâché l’attente de la situation « idéale », du moment où j’aurai tout ce que je veux, où toutes les étoiles seront alignées.
Je l’ai oubliée lorsque je me suis inscrite à cette retraite, et elle est venue me le rappeler, comme pour entériner cette nouvelle compréhension. Cela m’aide énormément à accepter ce qui est aujourd’hui, à être plus patiente, à prendre le temps, à avoir de la gratitude pour le moment présent. Ce n’est pas facile tous les jours, mais j’ai fait de grands progrès par rapport aux années précédentes. Et c’est la progression qui compte, pas le résultat final.

J’ai également été touchée par les histoires des autres participants, et égoïstement rassurée de savoir que tout le monde a des problèmes, petits ou grands selon les périodes de vie. Chacun fait face à ses blessures, ainsi qu’à ses démons intérieurs.
Nous avons tous en nous la lumière : la bienveillance, l’amour, la foi, la générosité, la patience, la détermination…
Et une part d’ombre : la rancoeur, la jalousie, le jugement, la comparaison, la colère…
Nous avons tous un mental tyrannique, des petits vélos dans le cerveau, qui nous font tourner en bourrique. Nous avons tous des moments de joie et d’autres moments d’inquiétude, de découragement, de perpétuels questionnements.
Pour citer la phrase favorite de Jonathan durant ses méditations : « C’est normal et c’est pas grave ».
La méditation aide à apaiser ce mental tyrannique par l’espace et le silence. En seulement 2 jours, par une pratique assidue (et depuis une semaine car ça y est, je médite chaque jour !), j’ai gagné en clarté et en sérénité. C’est un petit pas de quelques centimètres, mais la danse les yeux bandés m’a appris que c’était en réalité un grand pas.

Ce sont les trois grands apprentissages de cette retraite de méditation. J’espère que ce texte t’a plu et t’a donné envie de pratiquer la méditation et d’entamer ce chemin intérieur.

Ah, mais attends, j’oubliais un quatrième apprentissage…

#4 / BONUS – Pose ta Dem’ est partout !

Le premier soir, au repas, une personne inconnue est venue me voir :
« Bonjour, tu es Charlotte de Pose ta Dem’ ? »
« Heu, oui ? »
« Je suis Marion ! J’ai suivi ton programme Nouveau Départ ! »
« AAAAhhhh ça alors !! »

Marion a suivi le programme individuel Nouveau Départ avec Marion, coach Pose ta Dem’. (Non, il n’est pas obligatoire de s’appeler Marion pour travailler avec Marion 😄)
Et nous nous sommes retrouvées ensemble à ce weekend, quelle coïncidence !
Alors, spéciale dédicace à toi Marion !

Cela arrive de plus en plus fréquemment que je tombe sur quelqu’un qui connaît Pose ta Dem’, ou qui me reconnaît, et cela me fait terriblement plaisir : c’est le signe que le message que je porte se répand, et fait son chemin lui aussi, petit pas par petit pas.
Nous avons évoqué la gratitude durant ce weekend, et c’est ce sentiment que je porte chaque jour depuis la création de Pose ta Dem’ il y a deux ans.
Alors, MERCI à vous tous qui contribuez à faire connaître Pose ta Dem’ et ainsi à aider des milliers de personnes en quête de sens et d’épanouissement dans leur quotidien. C’est ma mission et c’est grâce à vous que je la réalise.


Si tu souhaites faire un petit pas sur le chemin de la méditation, voici mes recommandations :
– La lecture du livre de Jonathan Lehmann, Journal intime d’un touriste du bonheur et ses contenus sur Les Antisèches du Bonheur
– Les méditations guidées de Jonathan sur son application 7Mind
– Le livre L’Art de la méditation de Matthieu Ricard
– J’ai aussi entendu du bien du livre Pas Sage de Marianne Leenart mais je ne l’ai pas lu, je te laisse tester !
– L’application Insight Timer qui contient un minuteur avec un « gong » de bol tibétain programmable de la durée de ton choix (je cherchais ça depuis longtemps, je crois qu’en fait c’est ÇA la révélation du weekend haha !) – il y a aussi des méditations guidées de Jonathan sur cette appli
Namastrip, l’agence de voyage qui a organisé ce weekend, et qui propose de nombreuses retraites et événements dans la même thématique

Belle aventure à toi sur le chemin de la méditation 🙂

PS : Teasing -> Je prévois une session méditation pendant mon séminaire de janvier 😃
J’en profite pour rappeler que les inscriptions au tarif Early Entrepreneur se terminent ce soir.
En dehors de cette méditation (qui ne sera du coup plus une surprise), ce ne sera pas un weekend zen et silencieux, mais plutôt un weekend intensif riche en apprentissages et en discussions. Avec une approche différente, il t’apportera lui aussi de la clarté et de la sérénité pour ton année 2020.

Les inscriptions se font ici !


👉 Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

👉 Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez mes programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires

Vous allez aussi aimer