Sabrina : Elle a décidé de se reconvertir comme naturopathe après avoir travaillé dans la fonction publique

Après une carrière dans la fonction publique, Sabrina a décidé de se reconvertir comme naturopathe. Son objectif ? Accompagner toutes les personnes (et notamment les enfants et des adultes TDAH) qui souhaitent retrouver leur vitalité et leur énergie. Dans cette interview, elle nous explique le cheminement qui l’a conduite à devenir entrepreneure. Bonne lecture !


Bonjour Sabrina, raconte-nous ton parcours en toute transparence !

Juriste de formation, je suis entrée par concours dans l’administration. J’ai débuté comme conseillère pénitentiaire d’insertion et de probation au sein du Ministère de la Justice. Ensuite, j’ai travaillé au sein d’une préfecture dans la prévention des risques environnementaux avant de terminer ma carrière comme cadre au sein d’un établissement scolaire.

L’expérience du burn out a été le coup de pied aux fesses nécessaire pour changer de voie et passer à l’action. J’exerce aujourd’hui, un métier passionnant et porteur de sens, celui de naturopathe. Après 2 ans de formation, j’ai obtenu ma certification en mars dernier. J’accompagne toutes les personnes qui souhaitent retrouver leur vitalité et leur énergie et je me spécialise également dans l’accompagnement des enfants et des adultes TDAH (le trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité)

Tu as eu plusieurs burn out, que conseillerais-tu aux personnes dans le même cas ? 

Je pensais que le burn out était surtout causé par une charge importante pour ne pas dire délirante de travail. J’ai compris aujourd’hui que les causes sont beaucoup plus profondes. En réalité, c’est le fait de ne pas être aligné avec ses valeurs qui créé le terreau idéal du burn out. Plus nous allons à l’encontre de ce que nous sommes profondément plus nous nous dirigeons vers la chute…

Comment s’est passé ton départ de la fonction publique ? 

Après 2 ans d’arrêt de travail pour me remettre de mon burn out, j’ai sollicité une mise en disponibilité d’une année, qui a été acceptée en moins de 24h !! De toute ma carrière, je n’ai jamais vu une telle rapidité d’action de la part de l’administration. 

Comment ont réagi tes proches ?

C’est un projet qui a mis des années à murir donc tout le monde en avait entendu parler. J’ai toujours été soutenu par mon cercle familial que ce soit mon mari, mes enfants, ma mère ou mes sœurs. En même temps, j’étais devenu la référence de la famille pour tous les bobos du quotidien donc pour eux, c’était une évidence. Ils ont été les premiers à bénéficier de mes compétences.

Comment as-tu trouvé ta nouvelle voie ? 

C’est une grande épreuve qui m’a conduite sur ce chemin. Mon fils aîné  a été diagnostiqué d’un Trouble du Déficit de l’Attention avec Hyperactivité (TDAH). J’ai mené un long combat pour qu’il puisse vivre le mieux possible malgré sa différence. Il était contre-indiqué au traitement et donc je me suis lancée dans de nombreuses lectures et recherches pour trouver des solutions alternatives. Au fur et à mesure de mes découvertes, j’ai testé de nombreuses choses avec mon fils et j’ai réussi à améliorer sa qualité de vie en modifiant son hygiène de vie. J’ai agi sur tous les paramètres possibles : alimentation, micro-nutrition, aromathérapie, activité physique, gestion des émotions, éducation bienveillante, etc. 

De fil en aiguille, je suis devenue passionnée par le bien-être au naturel mais je n’ai jamais pensé à en faire un métier jusqu’à ce jour de novembre 2015. En visite au salon zen à Paris, je suis interpellée par un jeune homme sur le stand d’une école de naturopathie. Il me parle de toutes les possibilités qui existent pour pouvoir se former tout en poursuivant mon activité professionnelle. Il a fait sauter toutes les croyances limitantes qui étaient dans ma tête car j’étais convaincue que passé la quarantaine, j’étais condamnée à rester dans mon emploi. J’ai quitté le salon des étoiles plein les yeux et bien déterminée à changer le cours de ma vie. C’est comme ça que j’ai décidé de me reconvertir comme naturopathe.

L'unique newsletter à lire pour enfin poser ta dem' !

Rejoins la communauté de 10000 futurs démissionnaires qui lisent mes conseils concrets et inspirants pour inventer leur vie professionnelle !

Comment as-tu trouvé ta formation et qu’en as-tu pensé ?

J’ai pris le temps de réfléchir en comparant la qualité des centres de formation en recherchant les avis d’anciens élèves. Entre temps, j’ai quitté la région parisienne et n’ayant pas d’école à proximité, j’ai choisi une école proposant une formation à distance.

En quoi consistent tes activités aujourd’hui et quels sont tes projets et tes rêves ? 

Mon activité consiste à accompagner les personnes qui souhaitent reprendre leur santé en main. La première consultation commence toujours par un bilan qui me permet de cerner les ressources et les points à travailler de chacun. Je propose ensuite un programme d’hygiène personnalisé car nous sommes tous différents. Selon la problématique de chacun, l’accompagnement s’effectue sur plusieurs séances.

Aujourd’hui, j’exerce mon activité de naturopathe par le biais de consultation à distance car ma clientèle est répartie sur l’ensemble du territoire. De plus, avec ma famille, nous avons fait 4 déménagements ces 5 dernières années, nous avons donc pris goût au nomadisme. Je n’ai donc aucun intérêt à avoir un cabinet et une clientèle locale.

Mon rêve est de diversifier mon activité car je suis une zèbre qui ne supporte pas la routine. J’envisage de créer des ateliers cuisine-santé car j’adore créer des recettes sans gluten et sans produit laitier. C’est d’ailleurs le partage de mes recettes qui m’a permis de me faire connaître sur les réseaux.

Ensuite, j’aimerais créer des séjours bien-être pour permettre aux mamans de se ressourcer tout en apprenant à cuisiner sainement et à mieux gérer leur stress.

Enfin, je rêve d’ouvrir un lieu dédié aux enfants et adultes TDAH qui serait un havre de paix pour eux.

Désormais tout est possible, je me laisse également la porte ouverte à toutes les opportunités qui auront un sens pour moi.

Quelles difficultés et quelles joies  as-tu rencontrées depuis que ta décision de reconversion est prise ?

Le plus difficile a été de fixer une date de lancement de mon activité. Car je devais accepter de ne plus percevoir de salaire du jour au lendemain en sachant qu’en raison de mon statut de fonctionnaire, je ne rentre dans aucune case pour bénéficier d’une aide de l’Etat. Par conséquent, j’ai anticipé ce moment et j’ai ouvert mon carnet de RDV bien avant de créer mon entreprise (5 mois avant). J’ai communiqué via mon compte Instagram où j’ai une petite communauté qui me soutient depuis 2 ans. J’avais donc des futurs clients avant mon lancement.

Ma principale joie est d’être libre d’organiser mon temps comme je le souhaite et de pouvoir laisser libre cours à ma créativité. Quand on a passé 20 ans dans l’administration à devoir obtenir 10 signatures avant de lancer un projet, on ne peut que s’éclater dans l’entrepreneuriat.

Comment gères-tu la transition financièrement ?

J’ai anticipé ce moment car c’est un projet qui a mis plusieurs années à voir le jour.

J’ai économisé chaque mois malgré un petit salaire de fonctionnaire pour avoir de quoi tenir une année sans entrer d’argent. J’ai calculé mes besoins essentiels et le fait d’être minimaliste m’a bien aidée. C’est la meilleure décision que j’ai prise de toute ma vie car la question financière était le seul point bloquant pour moi. Dans mon couple, la stabilité financière a toujours été de mon côté donc c’était un poids sur mes épaules. Et finalement, quand on s’aligne avec ses valeurs, des choses extraordinaires se passent : c’est en pleine crise COVID que mon mari a enfin signé un CDI, quelques mois avant mon lancement !!

Nous nous sommes privés de vacances pendant plusieurs années pour atteindre cet objectif mais je savais que nous aurions un retour sur investissement pour ce « sacrifice ».

La société nous a vendu un projet qui consiste à s’emmerder 11 mois pour avoir le droit à 4 semaines de bonheur. J’ai décidé que j’allais renverser ce schéma et vivre à fond pendant 12 mois. 

Comment gères-tu ta vie de maman et ta reconversion en parallèle ? 

Mes enfants sont maintenant des ados de 16 et 18 ans. C’est le bon moment pour moi car ils sont autonomes. Finalement, se lancer après la quarantaine présente aussi des avantages à ce niveau-là.  

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui veut franchir le cap de se reconvertir mais n’a pas encore osé franchir le pas ?

Je leur dirais : écoutez votre cœur pour savoir où aller car c’est la meilleure boussole pour nous diriger sur la voie de notre excellence. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, j’ai nommé mon entreprise « Sab Heart ».  Ensuite, je leur dirais d’anticiper car un projet de cet ampleur demande une vrai préparation. 


Que retenir de l’expérience de Sabrina ?

  • Si vous êtes en burn out, prenez du temps pour vous, essayez autant que possible de prendre du recul, faites du sport. Faites la liste de tout ce que vous savez faire, reprenez conscience de votre valeur.
  • Prenez le temps nécessaire à la construction de votre projet, ne vous précipitez pas.
  • Le « danger financier » que représente une reconversion professionnelle vous fait peur ? Il y a pourtant des solutions : revoir son mode de vie ou construire un plan sur les 6 prochains mois le temps que votre nouvelle activité vous rémunère. Ne baissez pas les bras !
  • Chaque problème a sa solution : vous trouverez toujours une solution pour faire ce que vous aimez et vivre correctement. Sabrina, par exemple, a anticipé au maximum le lancement de son activité pour maximiser ses chances de succès.
  • Tentez le coup, vous verrez vous ne le regretterez pas !

Vous pouvez retrouver Sabrina, qui a quitté la fonction publique pour se reconvertir comme naturopathe, sur Instagram et sur son blog.


Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

? Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez les programmes d’accompagnement individuelet les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires