Comment je me suis lancé dans l’entrepreneuriat au cours de mes études

Etudiant en 2e année de Master, mon projet d’entreprendre remonte déjà à plusieurs années. Aujourd’hui, je me lance et je monte mon projet d’édition de guides pratiques informatiques… Ça a l’air très sympa dit comme ça, mais se lancer dans l’entrepreneuriat au cours de ses études n’a rien d’évident. A cœur ouvert, je vous fais part ici de mon expérience et je vous raconte tout.


Article invité rédigé par Mathieu Vermont


Le déclic

Tout au long de ma vie, on m’a répété ces choses que beaucoup de monde a certainement entendu trop de fois pour les compter…

  • « Fais attention, le marché du travail ne t’attendra pas ».
  • « C’est important de suivre ses passions, mais ce n’est pas ça qui remplira ton assiette ».
  • « Obtiens ton diplôme, ce sera ton filet de sécurité ! »

Pendant très longtemps, je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire de ma vie. J’ai fait un Bac général, suivi d’une licence généraliste, dans laquelle je n’excellais pas. Et puis, au beau milieu de mes études, je me suis dis :

« Mais à quoi ça sert ce que je fais ? Est-ce que j’ai vraiment envie de me demander toute ma vie pourquoi je travaille ? »

J’avais vu, peu de temps avant, un documentaire qui montrait un moyen écologique de cultiver des champignons, en se servant de café usagé. Et je me suis dit « eh bah, j’ai qu’à faire ça ! » Du coup je me suis mis du jour au lendemain à cultiver des champignons dans mon appartement, sans aucune connaissance en agriculture. Plutôt drôle comme première expérience entrepreneuriale, non ?

Partagé entre la norme et la soif d’apprendre

Je vous laisse imaginer le point de vue de mes parents quand j’ai essayé de leur expliquer ça… Mais au-delà du caractère un peu étrange de mon projet, c’est surtout mon choix d’orientation qui posait problème.

Pourquoi vouloir devenir entrepreneur ? J’avais déjà du mal à m’en sortir avec mes études, alors se mettre à son compte… « D’autant que c’est bien plus difficile », m’a-t-on dit. « Tu n’arrives déjà pas à travailler suffisamment, et tu pense avoir le niveau pour monter des start-up ? »

« Reviens sur terre, fais-toi violence encore quelques années, trouve un travail correct, et tu pourras toujours y réfléchir à ce moment-là. »

L'unique newsletter à lire pour enfin poser ta dem' !

Rejoins la communauté de 10000 futurs démissionnaires qui lisent mes conseils concrets et inspirants pour inventer leur vie professionnelle !

Il faut avouer que ce discours a de quoi convaincre : après presque 30 ans passés à l’école, ça semble bête d’abandonner juste avant la ligne d’arrivée.  

Il y a aussi les connaissances, les cousins, les amis, dont certains ont fait des études courtes et touchent déjà un salaire, voire pensent déjà à acheter une maison… On se dit qu’il n’y a plus de temps à perdre, qu’il faut cesser de tergiverser, et qu’il serait temps de se prendre en main pour éviter de passer sa vie à errer à Pôle Emploi.

Effectivement, il faut cesser de tergiverser. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut prendre les décisions qui semblent les plus logiques à tout le monde.

S’affirmer et se donner les moyens

1 – La peur d’échouer

De mon point de vue, c’est ce point en particulier qui empêche énormément de monde de se lancer : la peur d’échouer. J’étais persuadé que rater mon nouveau choix de carrière ferait de ma vie un désastre.

Voilà les faits : je n’ai jamais autant échoué de ma vie, et je n’ai jamais autant eu l’impression d’avoir réussi.

Alors oui, on se dit : « Mais si je me plante, j’aurais perdu une année d’étude ! » ou « Ça fera tâche sur mon CV, ça ruinera mon plan de carrière ! ». Mais tout ceux qui, autour de vous, ont réussi n’avaient pas un plan de carrière défini à l’avance. Ils n’ont pas réussi tout ce qu’ils ont entrepris, et heureusement ! Si ceux qui échouaient, n’avaient pas d’avenir, la majorité des gens seraient au chômage.

2 – Combatte l’inertie

Le truc, c’est qu’il y a une énorme différence entre tenter des choses et dire qu’on va faire des choses. Pour ma part, durant la période où je me suis lancé, au détriment de mes études, il n’y avait pas un jour qui passait sans que je m’angoisse pendant des heures en réfléchissant à mon avenir.

Et c’est une très mauvaise chose ! Car paradoxalement, se planter n’est pas se qui vous fera échouer dans vos projets de vie. C’est de ne rien faire par peur de vous planter. L’inertie est votre plus grand ennemi.

Cette inertie est tenace, car on idéalise souvent ce qu’on fera quand on sera enfin « libre de faire ce qu’on veut ». Maintenant que vous n’avez plus telle ou telle chose à gérer, vous allez enfin pouvoir vous concentrer sur votre rêve, ou sur ce qui vous fait vibrer ! C’est sûr, maintenant vous allez révéler votre vrai potentiel et montrer à tout le monde qui vous êtes vraiment !

Sauf que le jour où vous commencez à travailler, vous êtes rapidement dans la même situation qu’avant. Logique, votre manière de travailler et de penser ne s’est pas magiquement transformée pendant la nuit. Et ce n’est pas parce que vous aimez ce que vous faites que vous allez devenir automatiquement bon.

3 – Arrêter de viser un changement personnel radical

Mais ça aussi, c’est une très bonne chose ! Personne n’attend de vous que vous changiez du jour au lendemain. Tout ce que vous devez faire, c’est faire un petit peu mieux aujourd’hui, et encore un peu mieux demain. Vous n’avez pas réussi à vous concentrer plus de 2h aujourd’hui ? Pas grave, vous resterez concentré 2h15 demain. Vous avez passé un appel, et ça c’est mal passé ? Pas grave, vous vous débrouillerez mieux à l’avenir. Vous avez présenté un dossier financier, et on vous dit que ça ne mérite même pas d’être appelé un dossier financier ? Ce n’est pas grave.  Parce qu’à chaque fois que vous vous plantez, vous montez en compétences. Le tout, c’est d’arriver à s’améliorer encore et toujours, et de se donner les moyens de réussir.

Mais se donner les moyens, c’est aussi sortir de sa zone de confort et se remettre en question. Vous avez entendu parler d’une structure d’aide à la création ? Alors appelez et prenez rendez-vous. Ce sera stressant, ce sera long et fastidieux, ça ne vous apportera peut-être pas grand-chose d’utile, mais vous n’en savez rien. On vous propose de venir à une journée de formation, ou de rencontrer d’autres personnes ? Allez-y, même si vous n’en avez pas envie. C’est en sortant de votre zone de confort que vous arriverez à vous affirmer et que vous finirez par prendre les bonnes décisions.

Trouver l’idée

Quand on se lance dans un projet d’entreprise, la première chose qui vient à l’esprit, c’est qu’il faut une bonne idée, c’est primordial. En bien ça aussi, c’est faux, et je l’ai appris à mes dépens. Vous pouvez tout à fait réussir avec une idée banale, comme vous pouvez tout à fait échouer avec une idée révolutionnaire.

Le plus important, dans votre idée, c’est de faire quelque chose qui vous ressemble et qui vous anime. Pas juste une activité qui semble plus rentable sur le moment.

Il faut également garder à l’esprit que, de toute manière, votre idée ne sera certainement pas bonne, du moins au début. Il ne suffit pas de penser à quelque chose d’intéressant. Ce qui va transformer votre idée en projet concret, c’est votre manière de la présenter et de l’appliquer à votre marché. Et ça, vous n’arriverez à le faire parfaitement qu’après avoir essayé encore et encore.

La logique reste la même : Il ne faut pas avoir peur de l’échec, il ne faut pas avoir peur de se planter, mais surtout, il ne faut pas avoir peur de recommencer.

Se lancer

La plus grosse difficulté, quand on se met à son compte, c’est de se prendre en main.

C’est beaucoup plus difficile que ça en a l’air. Même si vous êtes sérieux, bosseur, et plein de bonne volonté, le fait de devoir gérer soi-même son environnement de travail n’est pas aisé. Le plus gros risque est que vous vous enfermiez chez vous dans une routine de plus en plus morose, à stresser en permanence et à déprimer parce que vous n’arrivez à rien.

1 – Un rythme de travail régulier et soutenu

Pour éviter ça, il faut se faire sa propre police. Déjà, établir un emploi du temps est primordial, avec des horaires précis ! Vous devez travailler tous les jours, comme vous devez prendre du temps libre tous les jours. Fixez-vous également des objectifs à la journée, vous serez beaucoup plus serein à la fin de votre journée de travail, parce que vous verrez ce que vous avez fait.

2 – Sortir et s’entourer

Pour lutter contre l’isolement, il faut sortir, et ne pas passer tout son temps dans la même pièce. Si vous ne pouvez pas sortir, ménagez-vous un rythme de vie, et multipliez les appels avec des amis, votre famille… Croyez-moi, vous n’aurez jamais autant eu besoin d’eux.

3 – Parler de son projet

Soyez également préparés pour parler de votre projet encore et encore. Echanger avec d’autres personnes vous permettra de faire évoluer votre projet, et vous toucherez peut-être des personnes intéressées pour travailler avec vous.

Bilan

Je n’ai pas peur de le dire, être entrepreneur, même en parallèle de ses études, ça n’est pas forcément plus difficile qu’une autre carrière. Mais ça nécessite d’adhérer à un style de vie et des règles auxquelles nous ne sommes pas vraiment habitués.

Les entrepreneurs ne sont pas des super-héros. On se plante, on déprime, on s’énerve, on fait des erreurs. Mais on se relève toujours.

Pour ma part, mon parcours est loin d’être un long fleuve tranquille. Il m’arrive souvent de me remettre en question sur mes choix de carrière, et de me demander si ce que je fais a vraiment une utilité.

Mais ces doutes sont contrebalancés par la satisfaction de créer quelque chose par soi-même. C’est extrêmement gratifiant de voir tout ce qu’on a réussi à faire par soi-même. Lorsque que je ne sais plus où j’en suis, je ne regarde plus le chemin que j’ai à parcourir, mais plutôt le chemin que j’ai déjà parcouru, et les difficultés que j’ai déjà surmontées.

C’est là qu’on se sent vraiment être un super-héros.


Si vous souhaitez en savoir plus sur Mathieu et son projet d’entreprise, allez faire un tour sur ses réseaux Facebook et Instagram.


Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez les programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires