Je me lance

Témoignage : J’ai décidé de lancer un Side Project dans l’écologie

Perrine qui a quitté mon job pour lancer un Side Project

La plupart du temps lorsque l’on quitte son job c’est parce qu’on ne s’y sent plus forcément à sa place, parce que l’on ne s’y épanouit plus autant, que l’on y trouve plus le même sens … et probablement bien d’autres raisons propres à chacun ! Pour ma part, j’ai quitté un emploi qui me plaît pour un projet qui me passionne ! Cette petite nuance, a rendu la décision difficile à prendre mais aujourd’hui je ne regrette rien !  Voici comment j’ai décidé de lancer un Side Project dans l’écologie, bonne lecture !


Article invité rédigé par Perrine Zimmermann


Cette décision n’est pas quelque chose à laquelle j’avais pensé auparavant, mais au fil du temps, des discussions avec mon conjoint, de changements que nous avons mis en place dans notre vie de tous les jours… C’est ainsi qu’a mûri en moi l’envie de donner naissance à ce projet qui rythme mes journées depuis quelques mois. Et depuis, je suis passée par deux étapes cruciales :

1. Un temps de réflexion et d’observation

A. Une introspection révélatrice

Avant de me lancer dans un changement de carrière, voire de vie, il a été primordial pour moi d’entamer un travail d’introspection. Et ce pour plusieurs raisons :

  • Faire le point sur qui j’étais et ce que je voulais vraiment : mes valeurs, croyances, points forts et axes d’amélioration… Pour me permettre de mettre toutes les chances de mon côté et d’activer les bons leviers au bon moment.
  • Faire le point sur mes perspectives financières et clarifier ma situation. En effet, quitter un emploi implique une perte de revenu fixe au démarrage, il a donc fallu que j’étudie les options possibles.
  • Définir des objectifs concrets et réalistes pour cadencer l’avancée de mon projet tout en respectant mes besoins et mon fonctionnement.

A titre d’exemple, quelques ressources qui m’ont aidée :

  • « Les quatre accords toltèques » – Miguel Ruiz
  • « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une » – Raphaëlle Giordano
  • TED Talk « The surprising science of happiness » – Dan Gilbert

B. Des recherches et beaucoup d’échanges

Après avoir fait ce travail sur moi-même et surtout m’être rassurée, j’ai commencé à faire de nombreuses recherches sur ce sujet qui me tient à cœur : l’écologie. Cela m’a permis de me rendre compte de ce qui était fait aujourd’hui, savoir si mon projet répond à un vrai besoin, connaitre les acteurs clés de cet écosystème, les évènements incontournables…

Bref, savoir en quoi mon envie profonde de changement pouvait faire vivre ce projet entrepreneurial en maximisant son impact positif sur notre société. J’en ai alors parlé autour de moi et suis partie à la rencontre de personnes hyper intéressantes qui m’ont confortée dans ma lancée, tout en m’apportant des conseils précieux. Il a été clé pour moi d’échanger pour avancer !

A titre d’exemple, quelques ressources qui m’ont orienté/persuadé :

L'unique newsletter à lire pour enfin poser ta dem' !

Rejoins la communauté de 7000 futurs démissionnaires qui lisent la newsletter chaque mardi matin !

  • La communauté et les articles Pose ta Dem’
  • « Ça commence par moi » – Julien Vidal
  • Les évènements Ticket for Change
  • Le MOOC « Devenir entrepreneur du changement » – Ticket for Change

Après avoir cadré mon idée est venu le moment de passer à l’action : il était temps de lancer un Side Project dans l’écologie.

2. Le passage à l’action

A. Les premiers pas

Dans les grandes lignes, je souhaite créer une boxe autour de l’écologie pour sensibiliser notre société. Faire prendre conscience de la nécessité de changer ses habitudes si l’on souhaite maintenir et préserver un équilibre environnemental sur le long terme. Et accompagner chacun dans sa transition vers un mode de vie plus responsable. Cet apprentissage se fait sur le long terme, car il est difficile de changer radicalement du jour au lendemain. Pour ma part, j’ai beaucoup appris ses dernières années (j’ai fait des erreurs aussi) et j’en apprends encore énormément et c’est toute cette expérience que je souhaite partager avec vous.

Quand j’ai mis « les deux pieds dans le plat » il a fallu passer à l’action pour concrétiser mon projet. Cette étape a été la plus compliquée pour moi :  lancer un Side Project dans l’écologie c’est bien mais je commence par quoi ?

Eh bien par annoncer à mon entourage que j’allais quitter mon job pour me lancer dans l’entrepreneuriat ! J’ai eu droit à toutes les réactions : bienveillance, inquiétude, encouragement, jugement, etc. mais personne ne s’est opposé à mon envie.

Ensuite, j’en ai parlé à mon manager, parce que oui, je suis toujours en poste à temps plein. Et il a été important de trouver un équilibre entre mon emploi et mon projet pour concilier les deux en attendant que je puisse quitter l’entreprise.

B. Une organisation à trouver…

Depuis ces 6 derniers mois, j’ai avancé sur tout ce que je pouvais en parallèle de mon job : formation, benchmark, business plan, site, marketing, marchandises, juridique, communauté, etc. Il faut être un peu « tout terrain » quand on lance une boîte et encore plus quand on décide de lancer un Side Project !

Mais pour y parvenir, il faut trouver une certaine organisation (ce n’est pas mon point fort, j’ai toujours envie de tout faire en même temps ^^).  J’ai évolué sur ce point et ai trouvé un rythme qui me convient, tout en conciliant job/projet/vie perso. Avant de trouver cet équilibre, j’ai commis plusieurs erreurs. Notamment de ne pas me fixer d’objectifs ou de ne pas prendre le temps de me reposer.

Mon organisation dans les grandes lignes :

  • Me fixer 2/3 objectifs réalistes chaque début de semaine (à ajuster en fonction de mon avancée). L’agenda a fait son grand retour à mes côtés,
  • Travailler sur mon projet en fin de journée et davantage encore le week-end. Notamment parce que mon esprit n’est pas « parasité » par d’autres informations,
  • Caler 1h à 1h30 de formation/recherche 2 à 3 fois par semaine. Pour moi c’est le matin avant de commencer ma journée de travail),
  • Assister à des événements en ligne/présentiel ou networker, sur ma pause déjeuner ou en fin de journée,
  • Faire le point, chaque dimanche, sur la semaine écoulée pour ajuster mes actions pour la suite,

Il existe tout un tas d’outils qui permettent de mieux s’organiser dans son quotidien, dont l’agenda est le premier indispensable !

Et surtout, prendre le temps de couper ou me reposer, lorsque j’en ressens le besoin (et sans culpabiliser). Ça permet de se remettre en question et de faire le plein d’énergie pour repartir encore plus motivé. Pas d’inquiétude si cela dure quelques jours, ça fait du bien !

C. …et à conserver dans la durée

J’ai eu droit à un petit « avantage » ces derniers temps en étant en télétravail depuis 2 mois. Il n’y a finalement pas que des côtés négatifs à être confiné.. Ça m’a effectivement permis d’avancer un peu plus rapidement qu’habituellement puisque mes journées se sont organisées différemment (au revoir le temps de transport) !

En tout cas, ce rythme m’apporte de la stabilité tout en avançant de manière efficace et productive dans mon projet et ce en respectant cet équilibre indispensable à mon bien-être. Bien sûr, à chacun son organisation et il s’agit de trouver celle qui nous convient au mieux. Le plus important est ensuite de réussir à la préserver sur le long terme. Et lorsque l’on est aligné avec ses besoins et son fonctionnement propre, il n’y a pas de raison que cela ne dure pas. Enfin, il ne faut pas s’interdire d’y apporter certains ajustements quand cela est nécessaire ! Ainsi, se recentrer sur soi pour mieux se connaitre est aidant dans chacune des phases d’un projet ou plus simplement, dans son quotidien.

Pour ma part, une nouvelle « activité » vient s’ajouter à mon agenda : un coaching sur plusieurs mois ! En effet, j’ai pris conscience que je ne pourrais pas tout faire toute seule et qu’il pouvait être mieux de se faire accompagner sur certains points (même si cela à pris du temps pour l’admettre).

3. Où est-ce que j’en suis aujourd’hui ?

Je mesure aujourd’hui l’avancement parcouru et prend conscience du travail réalisé mais ressens le besoin d’avoir un petit coup de pouce supplémentaire. Et c’est Marion que j’ai découvert grâce à Pose ta Dem’ qui va m’accompagner dans la suite de cette aventure. Notamment, grâce au programme « Monte ta boîte », qui me permettra de vous proposer le projet le plus abouti possible.

Je suis sur le point de quitter mon job de Consultante RH pour me consacrer à 100% au développement de mon entreprise. C’est une décision pas toujours évidente à prendre mais nécessaire pour mener les choses à bien. Monter un projet en parallèle d’un emploi à temps plein est un challenge à relever… Et vient un moment où cela devient trop compliqué de concilier les deux. J’ai donc pris ma décision dernièrement.. Et la communauté Pose ta Dem’ est aidante pour sauter le pas 🙂

Je poursuis mon chemin et continue ainsi à me former, rencontrer tout un tas de gens passionnants et à avancer dans mon projet.

Je suis aujourd’hui convaincue à 1000% par mon choix (heureusement hein !) et j’ai hâte d’en partager davantage avec vous et de vous embarquer avec moi dans cette aventure. En attendant si l’idée vous intéresse, je vous donne rendez-vous sur mon compte instagram.


Vous pouvez retrouver Perrine, qui a décidé de lancer un Side Project dans l’écologie, sur son compte Instagram et sur LinkedIn.


👉 Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

👉 Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez les programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires

Vous allez aussi aimer