Je m'inspire, Je me prépare

Témoignage : L’hypnose pour trouver sa voie

Manon parle de l'hypnose pour trouver sa voie

« Il faut travailler dur pour réussir », « tu n’aimeras pas forcément ton métier », « gagner de l’argent c’est dur »… J’ai grandi en baignant dans un tas de croyances limitantes liées au monde du travail qui ont conditionné mes premières expériences professionnelles. J’avais l’impression de vivre une vie qui n’était pas la mienne, mais plutôt celle que l’on attendait de moi. Tout cela a changé quand j’ai découvert l’hypnose, une pratique pour trouver sa voie.


Article invité rédigé par Manon Vercouter


« Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? »

Cette question m’a souvent été posée, depuis toute petite. Comme, je pense, à beaucoup de personnes d’ailleurs. C’est comme un rituel, une coutume de politesse. Moi-même je la posais souvent avant à mes neveux, nièces et autres petits cousins. C’est une question qui aux premiers abords peut paraître simple. Pourtant, elle est chargée d’attentes, d’injonctions, de pression, de croyances. 

Enfant, je m’imaginais déjà slasheuse sans le savoir : polyvalente et surtout libre de toutes attentes. Pour moi après l’école, le travail c’était le moment où commençait vraiment ta « vie de grand ». À la question « qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? », je m’imaginais archéologue-égyptologue-aventurière-écrivain, une sorte d’Indiana Jones artiste des temps modernes au féminin. Rien que ça. Pour moi, tout était possible !

« Les longues études, c’est bien. Après, tu es sûre d’avoir la sécurité d’un bon emploi CDI, car le travail c’est dur. »

Au fil du temps, je me suis engagée dans un cursus scolaire plutôt long et parsemé de concours : classe européenne, baccalauréat international, prépa, Sciences Po, double master dans les relations internationales, études à l’étranger entre le Royaume-Uni et la Californie… Je déménageais tous les ans. Mais on m’avait prévenue après tout : « il faut travailler dur ». 

J’ai suivi une trame que j’ai toujours considérée comme « modèle ». Un idéal sur le papier. Pourtant au moment de chercher du travail, j’ai déchanté. J’ai commencé à réaliser que mes idéaux d’aventurière créative multi-tâches étaient bien loin de ma réalité. Je me suis mise à douter : les rêves d’enfance ne resteraient-ils finalement que des rêves ? Je ne les réaliserai donc jamais ? M’aurait-on menti ? La vie ne se résume donc qu’à ça ?

Et là, un sentiment profond d’angoisse, de vide, de manque de sens à tout cela. Devant mes yeux, un futur flou et formaté.

Mes attentes du monde du travail…

J’ai décidé d’effectuer une première « reconversion » avant même d’avoir travaillé dans le domaine de mes études. Ainsi, mes premières expériences professionnelles furent dans le domaine de la communication culturelle. J’étais attachée presse dans le cinéma et l’édition. Sur le papier encore une fois, un job qui faisait rêver : aller sur les plateaux TV, rencontrer des acteurs, le tapis rouge de Cannes, voir l’envers du décor des interviews, des médias…

L'unique newsletter à lire pour enfin poser ta dem' !

Rejoins la communauté de 10000 futurs démissionnaires qui lisent mes conseils concrets et inspirants pour inventer leur vie professionnelle !

Pourtant je ne me sentais pas à ma place. Autour de moi, mes proches démarraient également leur vie professionnelle avec beaucoup plus d’entrain (ou du moins c’est ce qu’ils laissaient paraître). J’en suis venue à me questionner : le problème vient-il de moi ? de mes attentes idéalisées ? 

versus la réalité et ses déconvenues

Pour moi, le travail n’était qu’un prolongement de l’école : des deadlines, la pression, attendre le weekend et les vacances pour pouvoir « vraiment profiter »… Finalement, peu de liberté et encore moins de créativité. Mais encore une fois, on m’avait dit « il faut gravir les échelons », « tu n’aimeras pas forcément tout le temps ton métier », « au début, c’est toujours difficile ». Ou encore mon préféré : « un job ça sert à payer tes factures pour pouvoir vivre ta vraie vie le soir, les weekends et les vacances. » Ouch. 

Est-ce que ça se résumait à ça alors le monde du travail ? J’avais 25 ans, et je me demandais déjà comment j’allais tenir encore 40 ans comme ça.

En quête de réponses et de sens : que faire ? Qui suis-je ?

Sur les conseils de ma meilleure amie, j’ai consulté une hypnothérapeute pour m’aider à y voir plus clair. J’étais en pleine crise de sens alors que je venais d’arriver sur le marché du travail, et je savais que ça ne ferait qu’empirer. Qu’est-ce que je souhaitais faire ? Pourquoi je ne me sentais pas épanouie dans ma vie professionnelle ? Que me manquait-il ?

J’ai toujours considéré que la séparation de la vie professionnelle et personnelle était étrange. Sans le savoir, je me rêvais déjà entrepreneure, et toutes ces angoisses m’affectaient beaucoup dans ma vie personnelle.

Cet accompagnement a duré 9 mois et a changé ma vie. C’était un véritable investissement que je faisais sur moi, un cadeau pour mon futur. J’ai pu faire un travail énorme sur moi-même. Me redéfinir comme priorité avant de me concentrer sur le professionnel ; retrouver de la confiance en moi ; gérer le syndrome de l’imposteur et les problématiques de légitimité ; apprendre à m’autoriser à prendre du temps pour moi et pour ma réflexion.

Au-delà de la question de ma voie professionnelle, j’ai effectué un travail profond de reconstruction identitaire. C’est là que je me suis rendue compte qu’en cherchant ma voie professionnelle, je cherchais aussi à savoir, à comprendre qui j’étais. Qu’au-delà du travail se jouaient des choses bien plus importantes encore. À chaque séance j’ai appris à me connaître un peu plus, et j’y voyais plus clair. Moi qui m’étais toujours considérée comme quelqu’un à l’aise avec l’organisation et la structure, je ne pouvais plus me voiler la face : je n’étais pas faite pour le salariat.

Le rôle de l’hypnose pour trouver sa voie

L’hypnose est connue pour le côté spectacle, avec Messmer notamment. Son utilisation se démocratise de plus en plus pour l’arrêt du tabac, la perte de poids, les peurs, les phobies, les traumas. Mais elle donne également des résultats incroyables pour atteindre des objectifs (écrire un livre, courir un marathon, trouver sa voie etc…)

Il y a toute une dimension davantage orientée coaching, notamment avec la préparation mentale (très utilisée avec les sportifs ou les chefs d’entreprise par exemple). 

D’un côté, on peut explorer et dépasser des croyances limitantes qui bloquent la personne dans des schémas de pensée négatifs. Ces croyances sont nombreuses : « la vie est dure », « l’argent rend mauvais », « le travail c’est toujours quelque chose qu’on aime pas »…

Une fois que ce travail est fait, il est possible de développer la confiance et l’estime de soi, travailler sur l’identité, développer l’aisance à l’oral d’une personne, lui proposer des exercices de visualisation afin de la mener vers l’atteinte de ses objectifs. Les possibilités sont infinies ! 

Comment l’hypnose m’a aidée dans ma quête identitaire et ma reconversion

L’une des plus grosses croyances à déconstruire fut, entre autres : « Tu n’es pas ce que tu fais, ce que tu fais ne résume pas qui tu es. » À force de rattacher tellement d’importance à l’idée que je me faisais du travail, je me suis rendue compte que je calais ma valeur par rapport à mon poste et mes accomplissements professionnels. Tout s’inscrivait dans une logique productiviste salariale qui ne faisait que miner mon estime de moi. Un cercle vicieux sans fin !

Grâce à l’hypnose, j’ai pris conscience que je recherchais un travail (beaucoup) plus créatif, avec davantage de lien social, et une utilité. Le côté liberté – pouvoir décider de mon organisation était bien entendu un plus. En fait, je rêvais d’être à mon compte. Une partie de moi l’avait déjà envisagé, comme un futur rêve très lointain.

Je n’ai pas grandi dans un milieu entrepreneurial du tout, mais plutôt dans le culte du CDI et des 30 années à faire dans la même boîte. Je ne considérais donc que ça comme option. Mais voilà que j’étais désormais face à moi-même et mes aspirations. Je ne pouvais plus me voiler la face plus longtemps. Malgré la peur de me lancer, le coût de rester dans une vie vide de sens était beaucoup, beaucoup plus important.

Pour moi, bien qu’un équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle est important à trouver, le travail que l’on fait est dans une certaine mesure une continuation de la personne que nous sommes. C’est un vecteur de diffusion et de partage des valeurs en lesquelles on croit. D’où l’importance du sens que l’on donne à son activité, et de l’utilité qu’il a pour les autres.

Passer de l’autre côté du miroir : de cliente en hypnose à praticienne en hypnose

Avec le premier confinement et une longue période de chômage partiel, j’ai eu du temps à ma disposition. J’ai pu concrétiser mon projet de reconversion. À mon compte, c’était devenu une évidence, mais dans quoi ? Je commençais à angoisser de ne pas trouver ma voie, ou de m’engager dans quelque chose qui ne me correspondrait pas. Comment être sûre avant d’essayer ? À quoi ça ressemble, « être alignée » ? Est-ce que c’est vraiment possible de se sentir alignée et accomplie dans sa vie pro ?

Après plusieurs exercices de développement personnel (merci Pose ta Dem’, merci les Ikigai…!), d’échanges, de réflexion, de recherches, j’ai réalisé que l’hypnose s’imposait pour moi comme une évidence. Et c’est là que j’ai commencé à ressentir ce que ça faisait, d’être alignée. De me sentir sur la bonne voie. J’ai aussi compris plus tard que notre projet évoluera forcément, mais que ce sentiment permet de nous guider dans nos choix pour nous amener à une étape à laquelle nous n’aurions pas forcément pensé au début. Trouver sa voie, c’est un cheminement, un processus introspectif !

En effet, après avoir été accompagnée dans ma quête de sens professionnel et dans ma reconstruction identitaire, j’ai beaucoup discuté avec mon entourage. À ma grande surprise j’ai réalisé la quantité de personnes mal à l’aise dans leur travail – malgré les apparences ! Mes proches, qui n’avaient même pas encore 30 ans, étaient déjà pour la plupart en burn-out, bore-out, à leur troisième ou quatrième poste… Et ils n’en parlaient pas forcément très ouvertement, comme si c’était une honte ou bien un rite de passage normal. Après tout, c’est vrai que l’étymologie du mot « travail » est bien « torture » !

Je me souviens à ce moment que ça m’a heurté de plein fouet. Une petite voix dans ma tête a crié « mais ce n’est PAS NORMAL ! ». J’étais révoltée de voir que je n’étais pas la seule à traverser ces sentiments. Révoltée de voir à quel point c’était répandu. Révoltée de voir que l’on avait fini par normaliser cela.

J’ai posé ma dem’

Après le premier confinement, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai négocié une rupture conventionnelle avec mon ancien patron. J’avais beau avoir peur de l’inconnu, j’ai pris conscience que personne d’autre que moi ne pouvait prendre cette décision. Surtout, plus j’attendais, plus je resterai malheureuse. Je ne faisais que retarder l’inévitable.

J’ai ensuite enchaîné les formations en hypnose et programmation neuro-linguistique (coaching) pour être certifiée et pouvoir entamer les démarches administratives de la création de mon entreprise. 

Nicher mon business : Mindset & Success coach pour entrepreneures !

J’ai ainsi commencé à construire mon projet d’hypnothérapeute afin de normaliser la parole autour du travail et la quête de sens. (C’est d’ailleurs quelque chose qui s’est accéléré avec les reconversions post-confinement.)

Mon souhait était de pouvoir accompagner les autres dans ce que j’ai moi-même traversé en mettant à leur disposition toute une palette d’outils qu’offrent l’hypnose et la PNL (programmation neuro-linguistique) dans mes séances. Pouvoir offrir la même libération que j’ai connu, tout en combinant toutes mes expériences et connaissances en un seul accompagnement. Et puis en me lançant dans l’entrepreneuriat, j’ai remarqué les mêmes traits chez ceux qui débutaient : une quête de sens, un désir de travailler sur soi, une volonté d’accomplissement… Mais l’autre côté de la pièce était moins glorieux : le manque de confiance, le manque de légitimité, la peur de ne pas réussir à gagner sa vie, de ne pas trouver de client, de se sentir seul… Tous ces blocages contribuaient à tuer la viabilité de leurs projets entrepreneuriaux !

Ainsi, en me basant sur mon propre vécu, j’ai depuis développé une approche 100% holistique. Je me présente comme Mindset & Success Coach (littéralement, un coach d’état d’esprit et de succès !). Je me spécialise dans le développement personnel pour entrepreneures car en me lançant dans mon activité, j’ai remarqué que beaucoup de programmes d’accompagnement proposaient des aides dans la vente, le marketing, les réseaux sociaux, le tout avec des outils très concrets, mais sans adresser l’importance du mindset. Et forte de mon expérience dans la communication, je propose également des audits business et du conseil en image, réseaux sociaux et organisation.

Aujourd’hui, j’accompagne donc les entrepreneures ambitieuses à dépasser leurs blocages mentaux (les fameuses croyances limitantes) pour s’accomplir dans leur vie et leur business, de façon alignée.

L’aventure hypnose : mon quotidien

Aujourd’hui, j’ai démarré une nouvelle vie et je reviens à mes rêves d’enfance de slasheuse-aventurière (car oui, c’est une sacrée aventure !). Ainsi :

  • Je suis digital entrepreneure. J’ai développé un programme signature premium d’accompagnement en 1:1 sur plusieurs mois, calibré sur-mesure au profil de mes clientes. Tout se fait en visio, avec des séances d’hypnose & coaching, des exercices personnalisés, des notes audios…
  • J’exerce mon côté créatif en calibrant chaque séance à mes clients, en créant des histoires, des métaphores, des suivis personnalisés.
  • Je suis devenue créatrice de contenu : j’écris des articles, je crée templates, je filme des vidéos sur mes réseaux sociaux.. #ReineDesReelsEtTiktok
  • Je partage mon expérience sur les réseaux en créant du lien, et je dépoussière l’image qu’a l’hypnose auprès des gens.
  • Je touche à la communication, au digital, au marketing, toujours en développement de nouveaux projets. Finalement mes expériences comme attachée presse m’apportent beaucoup ! Rien n’arrive pas hasard.
  • Je découvre les joies de la paperasse administrative (mais quand c’est pour soi, c’est toujours plus agréable je vous promets).
  • Je continue la recherche et les formations car les disciplines comme l’hypnose, les neurosciences, les sciences et thérapies cognitives et comportementales, la psychologie etc… évoluent chaque jour.

Alors d’accord, je ne suis pas vraiment devenue Indiana Jones au féminin-Lara Croft, mais je dois dire que je suis plutôt ravie du résultat. Aucune journée ne se ressemble. Je suis libre de mon temps et de mes activités, j’en apprends tous les jours et je rencontre des personnes passionnantes et inspirantes. Serai-je devenue une sorte de coach-hypnothérapeute-aventurière-entrepreneure finalement ?

Quand j’y repense, si je n’avais pas commencé par travailler sur moi d’abord, avant de vouloir directement sauter à l’étape reconversion, je n’aurai jamais découvert l’hypnose. Et je ne serai peut-être jamais arrivée là ! D’où mon mantra quand j’explique mon activité aux autres : comment peux-tu bien FAIRE les choses dans ta vie & ton business, avant d’ÊTRE bien alignée avec toi-même, débarrassée de tes peurs et blocages ?


Vous pouvez retrouver Manon, qui nous parle de l’hypnose pour trouver sa voie, sur son site Internet, sur Instagram, sur Facebook et sur LinkedIn.


👉 Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

👉 Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez mes programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires

Vous allez aussi aimer