Alexis : Pour les freelances, il a créé le podcast Tribu Indé et a écrit un livre

Freelance en copywriting, Alexis a créé le podcast Tribu Indé (j’ai d’ailleurs enregistré un épisode avec lui à retrouver ici). L’objectif ? Permettre à n’importe quel indépendant de progresser dans son activité. Dans cette interview, il nous raconte son parcours, pourquoi il a créé le podcast Tribu Indé et nous parle de son livre. Il donne en prime de précieux conseils à lire et relire sans modération !


Bonjour Alexis, raconte-nous ton parcours en toute transparence !

J’aime bien prendre comme point de référence mon arrivée dans la Junior-Entreprise (une association qui fonctionne comme un mini cabinet de conseil où l’on vend des études de marché à des entreprises de la région) de mon école de commerce. Dès mon arrivée en école de commerce, mes objectifs sont clairs : pour mener une vie heureuse, je dois gagner beaucoup d’argent. 

À l’époque, les deux voies royales sont la finance ou le conseil. Je garde donc en tête cette deuxième option. Je deviens ensuite rapidement Président de la Junior-Entreprise et je commence à me créer un véritable réseau professionnel dans le milieu du conseil. J’ai ensuite la possibilité de faire 12 mois de stage. Suite logique à mon plan de carrière, j’intègre un Big Four à la Défense pendant 6 mois, puis je vais dans un nouveau cabinet de conseil. 

Mes stages n’ont rien d’une torture. Je suis très bien payé, mes collègues sont cool et les journées ne sont pas trop stressantes. Mais tout le monde est en pilote automatique. J’essaie de me projeter à la place de mes collègues trentenaires et là, mon plan s’écroule. Tout ces jeux politiques, à passer mes journées en réunion, ce n’est pas pour moi.

Nous sommes en 2016 et je me demande sérieusement ce que je vais bien pouvoir faire. Je découvre presque par hasard une chaîne Youtube “Startupfood” et je tombe sur une vidéo intitulée “Les barbares attaquent le consulting”. Je passe l’heure scotché devant mon écran. Je viens de tomber dans l’écosystème de The Family et des startups. Je passe mes derniers mois de stage à La Défense à utiliser le moindre temps libre pour lire, écouter, me documenter sur ce nouveau monde que je découvre. 

Je commence même à écrire mes premiers articles sur Internet. Ces premiers contenus me permettent d’ailleurs de décrocher ma première expérience en startup. Et quelques mois plus tard, mon premier CDI dans une autre startup : une plateforme de freelances. Tout ne se passe pas comme prévu et très vite, je sens qu’il va falloir trouver un nouveau plan (et une nouvelle aventure). J’avais déjà plusieurs missions en freelance à mon actif depuis 2017. Mais cette fois-ci, en décembre 2018, il était temps de prendre la décision de me lancer pour de bon dans le grand bain du freelancing. 

Pourquoi as-tu quitté ton emploi ?

J’ai pris la décision de quitter mon emploi moins d’un an après mon premier CDI. Tout ne passait pas comme je l’avais imaginé. J’étais en charge des contenus destinés aux entreprises de la plateforme, comme aux freelances. Mais je me sentais beaucoup trop limité dans mes actions. Et puis, à force de discuter avec des centaines d’indépendants toute la journée, l’idée de me lancer commençait à me trotter dans la tête. Comme je le disais, ma première facture en freelance remonte à 2017. Au moment où je me lance à temps plein, on est en janvier 2019. Entre ces deux dates, je n’ai jamais vraiment arrêter de travailler avec des clients, le soir et les week-ends. 

Comment as-tu trouvé ta nouvelle voie ?

En regardant en arrière, je me rends compte que l’ensemble de mes choix et actions depuis 5 ans ont une suite logique et une connexion évidente. Finalement, lorsque j’étais dans cette Junior-Entreprise, c’était déjà une première expérience entrepreneuriale, avec 25 étudiants à manager. 

Et puis mes expériences en conseil m’ont permis de comprendre les enjeux business des entreprises, à quoi ressemble des propositions commerciales, quels sont les challenges et les méthodes d’organisation utilisées. 

L'unique newsletter à lire pour enfin poser ta dem' !

Rejoins la communauté de 10000 futurs démissionnaires qui lisent mes conseils concrets et inspirants pour inventer leur vie professionnelle !

Enfin mes expérience en startups m’ont permis de déceler des opportunités de business sur des compétences que j’ai commencé à développer il y a 4 ans ; le copywriting et la création de contenus. Aujourd’hui, il y a de plus en plus de copywriters. Mais très très peu ont décidé de se focaliser sur des entreprises en B2B. 

Mon aventure en freelance est finalement le résultat de plusieurs choses

  • des compétences en copywriting et création de contenus que je développe depuis 4 ans
  • une opportunité business car peu de copywriters addressent des entreprises en B2B
  • un intérêt qui s’est transformé en obssession pour le marketing et le copywriting, appliqué au B2B

En quoi consistent tes activités aujourd’hui et quels sont tes projets/tes rêves ?

Aujourd’hui, je partage mon temps entre : 

  • Mes missions en freelance : copywriting pour des startups Tech B2B
  • Le développement de Tribu Indé : un écosystème de contenus pour les freelances

En 2021, Tribu Indé prendra 80% de mon temps. J’ai créé Tribu Indé il y a presque 2 ans, en commençant par un podcast. L’objectif reste le même : permettre à n’importe quel indépendant de progresser dans son activité. Pour ça, je décortique les stratégies et les clés de succès d’autres freelances dans le podcast. 

Et puis tout récemment, j’ai écrit un livre “Freelance : l’Aventure dont vous êtes le Héros” (Éditions Eyrolles) pour aller encore plus loin et partager mes méthodes pour construire ses offres, apprendre à se vendre et gagner sa vie en freelance. 2021 sera l’année de l’accélération. Je veux y consacrer plus de temps encore pour tester de nouveaux projets.

Qui sont tes clients en copywriting et comment les trouves-tu ?

Mes clients en copywriting sont à 90% des startups SaaS B2B. Elles vendent des logiciels à d’autres entreprises. J’ai aujourd’hui 2 principaux modèles pour trouver mes clients. 

  1. Mon réseau élargi
  2. Mes contenus 

Mes 5 premières missions, je suis allé les trouver grâce à mon réseau professionnel “startups” à Paris. Ensuite les contenus que je crée depuis plus de 4 ans m’ont permis de montrer ma valeur et augmenter ma crédibilité plus facilement. Le podcast Tribu Indé a également joué dans ce sens, même si les auditeurs du podcast ne sont pas ma cible cliente. En proposant du contenu pour les freelances, j’ai trouvé des “alliés” qui me recommandent encore aujourd’hui chez leurs clients ! J’ai également fait de la prospection pour aller chercher certains clients spécifiques. 

Comment fixes-tu tes tarifs et quels conseils donnerais-tu à ce sujet ? 

Wahou, ce serait beaucoup trop long de te faire une réponse complète ici (j’y consacre un chapitre entier dans mon livre) ! Ce que je peux déjà te dire, c’est que je vois trois critères à ne surtout pas oublier quand il s’agit de fixer son prix. L’un des premiers réflexes, c’est d’aller voir sur les plateformes et d’observer les tarifs pratiqués. C’est bien, mais loin d’être suffisant. Personne ne connaît l’envers du décor de ces freelances. Personnellement, je commence toujours pas prendre en compte 3 critères : 

  1. Mes objectifs à court, moyen et long-terme : mon tarif est fixé en fonction du chiffre d’affaires que je souhaite atteindre en fin d’année (simple mais souvent oublié)
  2. Mes coûts structurels mensuels : on l’oublie parfois, mais il existe un certains nombre de coûts à prendre en compte dans son tarifs (matériels, abonnements, outils, …)
  3. Le nombre de jours dédiés à mes clients : je ne travaille que 40% de mon temps pour mes clients. Je dois donc prendre en compte cette contrainte, en fonction de mes objectifs pour établir un tarif à la journée sur lequel je vais baser le coût de mes projets clients.

Pourquoi avoir décidé de lancer ton propre podcast ?

Lorsque j’ai lancé le podcast Tribu Indé, il n’existait aucun podcast long-format qui parle de freelancing. Il existait de nombreux podcasts sur l’entrepreneuriat, mais rien pour les indépendants et solopreneurs. Il y avait un trou dans la raquette ! 

La seconde raison était purement business. Je me lançais à temps plein après deux ans de freelancing en Side Project. Je sentais que je devais passer un niveau. Et pour accélérer mon apprentissage, rencontrer des indépendants plus avancés que moi était la meilleure manière de procéder.

Et puis, il y a une notion de pur kiff. J’écoute des podcasts depuis des années, et je sentais que ces créateurs prenaient un plaisir dingue à discuter avec des gens inspirants. Moi aussi je voulais faire pareil ! 

Quels sont les liens entre ton podcast et ton activité de freelance ?

Les auditeurs du podcast et la communauté Tribu Indé de manière générale sont aujourd’hui des alliés pour travailler sur de nouveaux projets (rôle de prescripteurs). Le podcast m’a également permis de co-produire un nouveau podcast ; Expédition Tech pour une Fintech française. 

Mais le plus intéressant, c’est que Tribu Indé et mon activité de freelance s’auto-alimentent tous les deux. Ce que j’apprends grâce au podcast et aux rencontres, je peux l’appliquer et le tester pour de vrai chez mes clients. Et vice-versa ! Ce que je teste pour mes missions, je peux le partager sur Tribu Indé. Ce sont deux vases communicants très puissants. Et puis Tribu Indé me permet de me créer une autre source de revenus. Je développe un projet avec un potentiel business plus important que le freelancing. 

Comment monétises-tu ton podcast ? 

Shine est aujourd’hui partenaire de Tribu Indé. Ils ont par exemple contribué à une Masterclass de 50 minutes sur l’administratif dans les bonus du livre. Et on prépare également un évènement inédit pour les freelances en Février (c’est une exclu Pose ta Dem’ !). 

Ton activité te permet-elle de vivre ?

Oui bien sûr ! Lorsque je me suis lancé, je me suis fixé 3 mois pour gagner au moins autant que ce que je gagnais en CDI. Ma vie professionnelle est organisée en plan de 90 jours, donc je me fixe des objectifs tous les trimestres (avec toujours un objectif de CA). 

Finalement, dès le premier mois, je gagnais déjà plus que mon précédent job. On sous-estime parfois la puissance du freelancing. Avant de lancer un projet plus gros, le meilleur moyen de tester ses compétences c’est d’aller signer ses premières missions en freelance. Dès le premier mois, votre activité est normalement rentable compte tenu de vos coûts de structure très faible au démarrage ! Et ça, un projet plus entrepreneurial ne le permet pas lorsqu’il faut engager un designer, un développeur, créer une communauté, des formations en ligne, …

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui veut franchir le cap de quitter son job mais n’a pas encore osé se lancer ?

Ne pas se lancer trop vite ! Ça semble contre-intuitif, mais je pense que beaucoup se lancent sans préparer “l’après salariat”. Personnellement, je pense qu’il vaut mieux repousser de quelques mois pour se préparer au mieux, et gagner des semaines de stress une fois lancé ! 

Faire le point sur ses compétences (car toutes ne sont pas monétisables en freelance), poser ses objectifs et sa vision moyen-terme, réactiver son réseau (avec méthode), commencer sa recherche client en sous-marin pour mieux comprendre le marché, … Il y a tout un tas de choses que l’on peut faire en amont pour être opérationnel dès le jour 1. Le dernier conseil que je donnerai, c’est d’acheter mon livre “Freelance : l’Aventure dont vous êtes le Héros”(rire). J’y détaille tous les étapes à franchir (avec les méthodes associées) pour vivre de son activité et profiter de sa liberté.


Que retenir de l’expérience d’Alexis ?

  • Créer du contenu est une bonne stratégie pour attirer les clients : c’est une manière de gagner en visibilité tout en augmentant sa crédibilité.
  • Une bonne façon de fixer ses tarifs en tant que freelance est de prendre en compte : ses objectifs financiers, ses coûts, le temps dédié à ses clients.
  • Comme le dit si bien Alexis : ne vous lancez pas trop vite ! Prenez le temps nécessaire pour vous préparer au mieux, faites un travail d’introspection sur ce que vous voulez vraiment et réfléchissez à ce dont vous aurez besoin pour y parvenir.
  • Vous souhaitez quitter votre job mais vous n’avez aucune idée de quoi faire ensuite ? Réfléchissez à votre fil rouge ! Qu’aimez-vous faire ? Quelles sont vos compétences ? Si vous ne savez pas par où commencer, les mini-cours gratuits Nouveau Départ pourraient vous aider ainsi que cet article sur l’Ikigai 🙂

Vous pouvez retrouver Alexis sur son podcast Tribu Indé, sur son site Internet, sur Twitter, sur LinkedIn et sur Instagram.

Pour en savoir plus sur son livre, c’est par ici.


? Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

? Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez les programmes d’accompagnement individuelet les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires