Comment trouver un développeur pour sa start-up ?

Arthur qui nous explique comment trouver un développeur

Vous avez une idée de start-up ? Problème, l’informatique, ce n’est pas trop votre fort. Rassurez-vous, j’étais dans la même situation en juillet 2017 lorsque j’ai quitté mon poste. Pourtant, 13 mois plus tard, en août 2018, mon application mobile était disponible sur les plateformes de téléchargement. Je vais vous expliquer comment trouver un développeur pour donner vie à vos idées.


Article invité rédigé par Arthur Del Piano


Les différentes possibilités pour trouver un développeur

Lorsque j’ai quitté mon poste dans la fonction publique en 2017, j’avais une seule certitude. Celle de créer ma start-up. Tout le reste n’était qu’interrogations. Dans quel domaine ? Avec qui ? Comment ? Je n’avais aucune réponse. Par la suite, j’ai trouvé une idée. Il s’agit de la première étape. En effet, inutile de chercher un développeur pour donner vie à une idée que vous n’avez pas. Ça semble plutôt logique mais je préfère le préciser. N’approchez pas un développeur si vous n’avez pas un projet concret à lui soumettre. J’y reviendrai de toute façon un peu plus tard.

Une fois mon idée à peu près claire dans ma tête, je me suis intéressé aux différentes possibilités qui s’offraient à moi pour lui donner vie. Et il y en a trois :

  • M’associer avec un développeur : j’internalise le développement informatique
  • Recourir à une agence : j’externalise le développement informatique auprès de plusieurs développeurs
  • Recourir à un freelance : j’externalise le développement informatique auprès d’un seul développeur

Je vous invite à lire l’article sur mon site qui reprend les avantages et les inconvénients de chacune de ces possibilités.

Comme vous pouvez le constater, vous externalisez les développements informatiques quand vous faites appel à une agence ou à un freelance. Autrement dit, vous les payez pour une prestation. Autant vous dire que vous allez trouver très facilement. Par contre, ce qui est le plus intéressant (et également le plus difficile), c’est d’intégrer un développeur dans votre start-up sans le payer. En effet, en échange de son travail, il reçoit des parts de votre capital. C’est de cette possibilité dont je vais vous parler dans cet article dans la mesure où celle qui est la plus difficile à mettre en place.

1. Déterminer le profil que vous recherchez

Pour commencer, si vous souhaitez trouver le bon développeur, il est primordial de savoir ce que vous recherchez exactement et ce dont vous avez besoin. Répondez donc à ces trois questions :

  • Plutôt site web ou une application mobile ?
  • Est-ce que je peux lui verser un salaire ou je le rémunère uniquement en lui cédant des parts ?
  • Je souhaite que mon associé soit sur place ou suis-je capable de travailler à distance avec lui ?

a) Quel type de développements ?

Que vous souhaitiez créer un site web ou une application mobile, sachez qu’il existe plusieurs types de développeurs (mon article sur les différents types de développeurs). En effet, ils sont tous plus ou moins spécialisés.

Sans rentrer dans les détails, retenez que dans une start-up, vous avez besoin d’un développeur Full Stack pour un site Internet. C’est-à-dire qu’il est capable de développer un site de A à Z.

Et d’un développeur hybride pour les applications mobiles. C’est-à-dire qu’il est capable de développer une application aussi bien sur Apple que sur Android. Il maitrise donc soit le langage React Native soit le langage Ionic.

b) Est-ce que je le paye ou pas ?

Pouvez-vous payer votre associé ? Pour ma part, je n’étais pas en mesure de lui verser un salaire. J’avais donc besoin d’une personne qui gagne déjà sa vie par ailleurs. Autrement dit, un de ces trois profils :

  • Un salarié intéressé pour travailler dans une start-up pendant son temps libre
  • Un freelance intéressé pour travailler dans une start-up en parallèle
  • Un demandeur d’emploi indemnisé par Pôle Emploi

Par contre, attention ! Ces personnes ne seront pas forcément consacrées à 100% dans votre projet !

Conseil : soyez clair dès le départ avec votre développeur sur sa disponibilité.

Quand j’ai trouvé un premier associé potentiel, nous n’avions pas évoqué le sujet et je me suis vite aperçu qu’il n’était pas suffisamment disponible par rapport à mes besoins. Il travaillait « un peu » le weekend. Lorsque j’ai rencontré mon associé actuel, je lui ai donc demandé d’être clair sur ses disponibilités. Il m’a assuré qu’il pouvait consacrer trois heures par jour à ma start-up. Ce qui me convenait parfaitement. Dans les faits, je crois même qu’il y passe plus de temps…

c) Un développeur sur place ou à distance ?

Ensuite, à vous de voir. Préférez-vous un développeur sur place ou à distance ? C’est une décision propre à chacun. Pour ma part, je voulais un développeur sur place pour le voir plus régulièrement. Pourtant, le développeur de ma ville n’était pas assez disponible et nous avons cessé la collaboration. Et mon associé actuel vit à 3 heures de route de chez moi. Et notre collaboration me convient parfaitement. Nous communiquons bien et régulièrement. J’ai donc modifié mon point de vue. Et pour moi, la distance n’est clairement plus un problème dans une association.

3 personnes discutent pour trouver un développeur

2. Trouver le profil recherché

Maintenant, vous savez ce que vous recherchez. Voyons voir comment trouver la perle rare :

  • Le réseau
  • LinkedIn
  • Les groupes Facebook

a) Le réseau

Le réseau est très important et c’est de cette façon que j’ai trouvé mon associé actuel. Je sais ce que vous allez dire. « On n’a pas tous un développeur dans son réseau ». Permettez-moi de vous dire que ce n’est pas tout à fait vrai.

Dans mon cas, j’ai commencé avec une agence et je me suis associé par la suite avec un développeur 18 mois après le lancement de mon projet. Pourtant, cette personne faisait partie de mon réseau depuis le début. C’est simplement que je ne l’avais pas activé et que je n’avais jamais parlé à personne de mon besoin.

Je reviens au premier point : sachez précisément ce que vous recherchez. Pour ma part, je ne savais pas ce que je recherchais, je ne risquais donc pas de trouver. Mais à force d’en parler à différentes personnes, on m’a présenté mon associé actuel. Et il ne faisait pas partie de mes connaissances directes. Il s’agit en réalité du cousin d’un ami de mon frère. Et il habite à trois heures de chez moi.

C’est pour cette raison que je vous recommande d’en parler au maximum. Car même si vous ne connaissez pas de développeur, il y aura toujours quelqu’un qui connait quelqu’un qui est développeur.

Sachez précisément ce que vous recherchez et parlez-en !

b) LinkedIn

En parallèle, car le réseau peut parfois prendre du temps, je vous recommande d’utiliser LinkedIn. Dans la barre de recherche, tapez simplement « profil recherché + zone de recherche ».

Par exemple si vous recherchez un développeur Full Stack sur Bordeaux, tapez : « Full Stack Bordeaux ».

C’est ainsi que j’avais contacté et rencontré un potentiel associé. J’avais été plus actif sur LinkedIn qu’auprès de mon réseau. C’est donc sur LinkedIn que j’ai eu les premiers résultats.

c) Les groupes Facebook

Autre méthode mais que je n’ai cette fois jamais utilisée : les groupes Facebook. Je viens d’intégrer beaucoup de groupes concernant les start-up sur Facebook. Et il est plutôt courant de voir des porteurs de projet poster une publication dans laquelle elle explique leur projet et ce qu’elles recherchent. Je ne sais pas si beaucoup d’associations se nouent de cette manière. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il y a beaucoup de réponses sur ce type de publication.

Personnes assises à une table qui essayent de trouver un développeur

3. Intéresser le profil trouvé

Vous avez enfin trouvé la perle rare. Maintenant, l’enjeu est de l’intéresser et de lui donner envie d’aller plus loin. À mon sens, il y a deux critères essentiels qui peuvent faire pencher la balance :

  • L’intérêt pour le projet
  • L’aspect financier

a) L’intérêt pour le projet

Pour un développeur, peu importe le secteur d’activité de votre projet, son travail reste le même. Mais c’est clairement un « plus » s’il est intéressé par votre projet.

Tout d’abord, sans lui montrer un business plan de 80 pages, montrez-lui que vous avez bien travaillé sur votre projet et que ce n’est pas juste « une idée comme ça ». Donnez-lui du concret et faites-lui sentir que vous êtes pleinement impliqué. Beaucoup de personnes ne persévèrent pas, ont des idées et ne vont pas au bout des choses. Faites-lui comprendre que vous irez au bout de votre aventure avec ou sans lui. Le développeur a besoin d’être rassuré et de percevoir que votre projet est solide. Montrez-lui une étude de marché, un cahier des charges des réponses à des questionnaires…

b) L’aspect financier

Même si vous ne le payez pas, vous lui cédez une partie de votre capital. Il est très difficile de trouver une règle générale pour la répartition des parts entre associés. Tout le monde me répondait : « Ça dépend, il faut négocier ». Donc pour vous, je vais tâcher d’être un peu plus précis. Voici ce que j’ai pu trouver au cours de mes recherches :

Si le développeur se lance dans le projet dès le départ, vous pouvez lui donner jusqu’à 50% des parts. 

S’il vous rejoint juste pour développer le projet (mais que vous faites tout le reste par ailleurs), vous pouvez lui donner jusqu’à 20% des parts. 

S’il rejoint votre projet alors qu’il est déjà lancé et bien avancé (si une version du site ou de l’application a déjà été créée), alors cédez-lui entre 4 et 10%.

Ce n’est pas une règle générale. Comme je vous le disais, il est difficile de trouver deux sons de cloche identiques. En tout cas, je me suis basé sur cette règle dans mes négociations avec le développeur. Il m’a rejoint alors que l’application était sur les stores depuis 6 mois et que le projet était lancé depuis 18 mois. Je prévoyais donc de lui céder entre 4 et 10%. Nous avons fait un essai et j’ai été très satisfait de notre collaboration. J’ai donc décidé de lui céder 10%. Ce qu’il a accepté.

N’essayez pas à tout prix de préserver vos parts. N’écartez aucune possibilité. Il vaut peut-être mieux céder 25% d’une entreprise qui va croître que de garder à tout prix ses 100% et que l’entreprise « se casse la gueule ».

Comme on dit : « Il vaut mieux avoir une petite part d’un très gros gâteau plutôt qu’une grosse part d’un petit gâteau ».

Pour conclure

S’il y avait uniquement 6 points à retenir de cet article :

  • Déterminez précisément ce dont vous avez besoin
  • Activez votre réseau pour trouver un développeur
  • Utiliser LinkedIn et les groupes Facebook pour trouver un développeur
  • Soyez clair avec le développeur sur ses disponibilités
  • Rassurez le développeur montrez lui en quoi votre projet est solide
  • N’essayez pas de préserver vos parts à tout prix

Vous pouvez retrouver Arthur sur son site Internet


👉 Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

👉 Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez les programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires

Vous allez aussi aimer