Je me lance

Histoire de Side Project #4 : Le concept de Side Hustle pour entreprendre sans risque

Dans cette mini-série Histoires de Side Projects, je vous partage les témoignages d’entrepreneurs – salariés qui ont lancé un Side Project en parallèle de leur activité !

Dimitri Carlet est le fondateur de Side Hustle France et du groupe facebook du même nom : un site et une communauté dédiés aux entrepreneurs qui lancent des projets sans risque. Si vous voulez en apprendre davantage sur ce concept et découvrir comment publier plusieurs livres auto-édités, tout en développant des Side Projects en parallèle d’un rôle de manager à temps plein, cette interview répondra à vos questions ! Bonne lecture !


Avant de démarrer, un petit mot : si vous voulez aussi lancer votre projet en parallèle de votre emploi, et que cet article vous aide à vous y préparer, alors j’ai encore plus à vous proposer ! J’ai créé 3 mini-cours gratuits pour vous aider à lancer votre Side Project : je vous donne les 4 critères pour trouver l’idée de départ, les 3 étapes pour valider le potentiel de votre idée, et mes conseils pour réussir en 1 heure par jour à côté d’un emploi à temps plein. Si vous voulez rejoindre les mini-cours et échanger avec les 500 participants déjà inscrits, inscrivez-vous en cliquant ici !


Quel est le premier projet que tu as lancé en parallèle de ton emploi ?

Passionné par le travail du bois, j’ai créé il y a 10 ans ma première micro-entreprise pour vendre les objets que je fabriquais, ainsi que des morceaux de bois nobles pour financer cette passion. Donc rien à voir avec mes activités actuelles beaucoup plus digitales : référencement web et écriture.

Mais l’expérience a été enrichissante : j’ai passé beaucoup de temps à gérer l’administratif et à préparer des commandes dans mon garage… Je me suis promis que mes prochains Side Hustles seraient beaucoup mieux optimisés !

Peux-tu expliquer le concept de « Side Hustle » ?

Le Side Hustle est un concept en vogue aux USA depuis 2013-2014. À l’origine, il s’agit simplement d’un terme devenu tendance pour désigner un petit boulot complémentaire pour augmenter ses revenus.

Grâce à des auteurs comme Chris Guillebeau et Nick Loper, le Side Hustle est devenu, au fil des années, une méthode complète et un ensemble d’outils pour se reconvertir ou entreprendre sans risque, en parallèle de son activité principale.

Quels sont les différents types de Side Hustles ?

Les possibilités sont nombreuses : tout dépend de l’objectif que l’on se fixe.

Pour créer une nouvelle source de revenus, il suffit d’utiliser ce que l’on possède déjà ou de monétiser ses passions et ses compétences. De nombreux sites de l’économie collaborative permettent de faire ses premiers tests. J’ai tenté de les rassembler dans cet article : Plus de 150 Sites pour Tester ses Idées et Trouver un Complément de Revenu

La méthode Side Hustle (SH) est la voie royale pour se reconvertir, se lancer en freelance, tester et peaufiner son offre à son rythme, tout en gardant une sécurité financière.

On peut aussi voir le SH comme une méthode de création d’entreprise accélérée. C’est cet aspect qui me passionne le plus : comme ils ont moins de temps, les side hustlers sont contraints de réfléchir autrement au développement de leur offre.

Ils testent leur idée directement auprès de clients avant de penser aux aspects administratifs, à leur statut et à leurs cartes de visite. Ils cherchent à automatiser au maximum et privilégient souvent des modèles de business en ligne comme :

  • créer et monétiser un blog ou un site internet
  • créer et vendre un info-produit
  • publier un livre auto-édité
  • proposer une formation sur une plateforme en ligne
  • lancer un nouveau produit en précommandes
  • lancer une campagne de crowdfounding…etc.

Prenons l’exemple d’un blog comme Side Project. Il y a un nombre incalculable de blogs qui se créent chaque jour. Quelles sont les bases de marketing à avoir pour se démarquer ?

J’entends souvent : « les blogs ça ne marche plus ». Je ne suis pas d’accord avec ça. Comme avec n’importe quel projet, il faut que le blog ou le site apporte de la valeur et réponde à un problème que les gens ont, et pour lequel ils cherchent des solutions en ligne.

Il est important de connaitre sa cible, d’analyser ses personas, de formuler sa proposition unique et d’affiner son offre et son contenu au contact de vrais clients, le plus tôt possible.

Mais surtout, je trouve qu’on n’insiste pas assez sur les bases du référencement naturel SEO (Search Engine Optimization) pour lancer un site ou un blog, même dans les formations les plus connues. C’est pour moi indispensable pour ne pas perdre son temps : faire une vraie étude SEO des mots-clés liés à son idée de blog.

C’est pour cette raison que j’ai écrit mon dernier livre sur le sujet du SEO. Pour en démystifier le concept et montrer aux entrepreneurs qu’avec le SEO ils peuvent vérifier à l’avance le potentiel d’un sujet de blog et le niveau de compétition. Mais comme cela parait technique, de nombreux blogueurs et apprenti-entrepreneurs passent malheureusement à côté et perdent des mois, voire des années de leur temps.

Tu as découvert le Miracle Morning, il y a 4 ans. Quel est ton rituel matinal et quels bienfaits t’apporte-t-il ?

Comme beaucoup de gens que j’entends autour de moi, j’ai toujours eu plein de projets et plein d’idées de création et de reconversion, sans jamais vraiment passer à l’action.

Jusqu’à la découverte du livre The Miracle Morning qui a été un véritable déclic. Les principes sont évidents : méditer, faire du sport, lire des livres intéressants, tenir un journal, définir sa mission de vie et revoir ses objectifs tous les jours. La mise en pratique ? Avancer le réveil pour se créer un créneau et s’y tenir au quotidien.

Un peu dubitatif au début, j’ai relevé le défi de 28 jours proposé par l’auteur. Je suis devenu accro, et j’ai même naturellement avancé encore l’heure du réveil pour avoir plus de temps pour l’écriture et la création de side projects.

Tu as écrit deux livres. Quels sont tes secrets pour réussir ces projets ambitieux en parallèle de tes autres activités ?

Ces dernières années ont été riches, et pour écrire un livre, créer un blog, lancer le groupe Side Hustle France ou créer de nouveaux side projects, j’ai suivi à chaque fois les mêmes étapes.

L’organisation, la planification et les routines du matin ont été un atout important. Et pour enchainer les projets et passer à la vitesse supérieure, j’ai surtout réussi à me faire aider et à sous-traiter certaines activités.

Le groupe Side Hustle France et mon premier livre n’auraient jamais vu le jour sans l’aide de mes deux side hustlers associés préférés. Anais Alliot, qui a coécrit le livre à l’origine du site et m’aide au quotidien à animer le groupe facebook. Et Anthony Loison, un développeur web et graphiste freelance découvert sur 5euros.com qui a bien voulu être interviewé pour le livre, et qui a réalisé la plupart de mes sites et blogs depuis.

Quand on débute, on veut souvent tout faire tout seul. J’ai fait cette erreur au début et je vois beaucoup d’aspirants-entrepreneurs rester englués à ce stade. Ce qui m’a permis d’accélérer le rythme a été de réinvestir rapidement mes premiers revenus en sous-traitant des tâches que d’autres pouvaient faire mieux que moi. Sur des plateformes comme 5euros et Fiverr parfois décriées mais qui cachent de véritables talents. J’y propose aussi mes services de référenceur SEO quand il me reste un peu de temps…

Par exemple, je rencontre souvent des apprentis-entrepreneurs qui veulent lancer un blog mais qui  restent parfois bloqués des mois sur des considérations techniques au lieu de réfléchir à leur cible, à la valeur qu’ils peuvent transmettre, à leur stratégie de contenu et au SEO… Alors qu’un bon prestataire sur ce type de plateforme peut monter un site wordpress avec un thème professionnel clés en mains pour 100 à 300 euros en quelques jours…

Et si cela reste trop cher, il y a toujours la possibilité de faire de l’échange de service. C’est ce que j’ai fait aussi au début en échangeant de la rédaction contre du développement web.

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui souhaite auto-éditer son livre ?

D’abord, commencer le marketing dès les premiers instants du projet.

Je sais que je choque parfois quand je dis ça, mais les américains l’ont très bien compris : il n’y a plus de barrière à l’entrée pour publier un livre sur Amazon. C’est génial pour celui qui veut se lancer mais la contrepartie est la suivante : la compétition est redoutable car même les auteurs célèbres choisissent maintenant l’auto-édition.

Donc si vous voulez publier un livre, il faut savoir que sans action marketing, il n’a qu’une infime chance d’être repéré parmi les centaines de milliers de titres qui sortent tous les ans, dont ceux de vos écrivains préférés avec qui vous serez en concurrence.

Pour moi il n’y a pas de mal à considérer un projet de publication de livre comme le lancement d’une entreprise ou d’un produit. D’ailleurs, un livre peut aussi servir de support au lancement d’un side project.

Je lis des auteurs avec de superbes plumes, mais qui refusent ou ne savent pas comment jouer le jeu du marketing. Résultat : il restent inconnus et très peu lus.

C’est un sujet qui me passionne, et un des side projects que j’ai prévu de développer prochainement est d’aider les auteurs auto-édités à maitriser leur stratégie marketing et à développer leur lectorat.

Pour finir, je conseillerais la lecture des livres suivants, avant de faire comme j’ai fait avec mon tout premier livre, cliquer sur le bouton publier et espérer que les ventes suivront :

  • Published de Chandler Bolt
  • How to market a book de Joanna Penn (Comment vendre un livre : Marketing pour auteurs en version française)
  • Reader Magnets de Nick Stephenson

Pour finir, quelles sont tes recommandations à quelqu’un qui souhaite créer son premier side project ?

Ma recommandation est celle que j’entends le plus souvent sur le podcast Side Hustle Show de Nick Loper et que j’ai suivie : passez à l’action !

Je crois fermement au principe du Just In Time Learning : je ne connais pas de meilleure technique de développement personnel et de formation que de devoir trouver des solutions pour résoudre le problème d’un client.

Donc lancez-vous, même si vous ne vous sentez pas prêt : trouvez le moyen le plus rapide, même incomplet, de tester votre idée auprès de vrais clients. Faites-vous aider si besoin en collaborant ou en échangeant vos services avec d’autres side hustlers motivés comme vous.

Et développez en accéléré vos compétences en répondant aux besoins de vrais clients le plus vite possible.


Pour en savoir plus sur Side Hustle France, vous pouvez  jeter un oeil sur leur blog et leur page Facebook.


A retenir pour lancer votre Side Project à votre tour :

  • Apporter une solution à un problème : voilà comment trouver une idée de Side Project !
  • La solution pour ne pas perdre du temps : se former !
  • S’organiser, planifier sa journée et se créer une routine est essentiel.
  • Ne pas hésiter à sous-traiter certaines tâches à des experts dans le domaine.
  • Le marketing est la clé de la réussite d’un projet
  • Passer à l’action le plus tôt possible !

Pour optimiser vos chances de réussir votre Side Project, inscrivez-vous à mes 3 mini-cours gratuits

Envie d’une autre Histoire de Side Project ? C’est par ici ! 

Commentaires

Vous allez aussi aimer