Je m'inspire

Isis : Blogueuse professionnelle et Digital Nomad

Isis Latorre a choisi de devenir blogueuse professionnelle et Digital Nomad. Pour réaliser son rêve, elle a créé son blog LesNouveauxTravailleurs et a embarqué en Amérique Latine avec une communauté de travailleurs nomades. Elle explique ici son mode de vie et de travail, et donne ses conseils pour devenir blogueur professionnel et / ou Digital Nomad. A découvrir si le voyage et la liberté vous attirent ! 

Bonjour Isis, peux-tu nous raconter ton parcours en toute transparence ?

J’ai étudié à Grenoble Ecole de Management. Pendant ma césure, en 2014, j’ai développé un attrait pour l’entrepreneuriat. Après mon Mastère Spécialisé Entrepreneur, je savais que je voudrais entreprendre un jour, mais je n’étais pas encore prête. A la fin de mes études, j’ai cherché un stage puis un boulot à l’étranger, mais je n’ai pas trouvé. J’ai donc finalement accepté un CDI dans une startup en mars 2016.

Pour combler mes envies de voyage, j’ai décidé d’économiser de l’argent pendant trois ans, puis de partir un an faire un tour du monde.

Entre mars et juin 2016, beaucoup de choses changent dans mes plans.

Je ne veux plus faire de tour du monde mais plutôt devenir Digital Nomad : je me dis que ne pas travailler pendant un an (pendant le tour du monde) me pèserait. Ma vie tourne beaucoup autour de ma vie professionnelle. C’est là que je me donne des objectifs (j’aime ça), que j’ai l’impression de contribuer à quelque chose, de faire de mon mieux. J’ai peur de m’ennuyer si j’arrête de travailler. Je découvre le concept de nomadisme digital et devenir digital nomad est mon nouveau rêve. Pour le réaliser, je commence une formation pour devenir blogueuse professionnelle.

Je réalise que l’entreprise classique n’est pas faite pour moi : après deux mois en CDI, je me rends compte que j’ai du mal à accepter les contraintes habituelles de l’entreprise (horaires fixes, devoir aller au bureau tous les jours…). Plus tard, je deviens travailleuse Remote (télétravail à 100%). J’adore. Ca me donne l’idée du sujet de mon blog.

J’entreprends : Comme je m’ennuie un peu dans ma vie à Paris, je participe à un Startup Weekend. J’adore un des projets pitchés, ainsi que son porteur de projet. A la fin du weekend, je lui dis que j’aimerais contribuer à développer le projet, en parallèle de mon boulot. C’est comme ça que je deviens co-fondatrice de Pack Your Skills.

Pendant un an, je mène donc trois projets de front (CDI + Pack Your Skills + LesNouveauxTravailleurs). Au bout d’un moment, je commence à saturer. J’en ai marre de passer 70% de mon temps sur l’activité qui me plait le moins (mon CDI). Je signe une rupture conventionnelle et quitte le CDI en avril 2017, pour me concentrer sur mes deux projets personnels. Pendant cette période, je suis aussi nomade digitale “locale” : je travaille beaucoup dans des cafés.

En novembre 2017, je sens que quelque chose ne va pas, je ne suis pas pleinement épanouie. Mon rêve de devenir digital nomad et blogueuse reprend le dessus. Je prends la difficile décision d’arrêter de contribuer au projet Pack Your Skills. En janvier 2018, je passe donc à 100% sur mon projet LesNouveauxTravailleurs.

Cinq mois plus tard, en juin 2018, je décide de quitter Paris et de devenir digital nomad “internationale”. Je rejoins la communauté de digital nomads WifiTribe avec laquelle j’habite dans un pays différent d’Amérique Latine chaque mois. Je travaille la semaine depuis chez moi et des cafés, et je fais du tourisme les soirs et weekends.

Pourquoi as-tu choisi le mode de vie nomade ?

Je suis quelqu’un qui a besoin de beaucoup de stimulis externes. Je me lasse rapidement des choses et des endroits, j’ai besoin de renouveau constant. J’ai toujours vécu les changements de ma vie avec enthousiasme : partir faire mes études dans une autre ville, changer d’appartement, partir à l’étranger faire un stage, devoir me faire de nouveaux amis…

J’aime aussi beaucoup voyager : j’ai envie d’explorer tous les endroits que je peux, je suis très curieuse de voir le monde, comment les choses sont ailleurs. Et j’ai envie de faire ça maintenant, pas quand je serai à la retraite.

Le nomadisme digital, c’est donc pour moi la double opportunité de voyager, d’avoir un environnement changeant (ce qui me convient davantage pour l’instant), tout en continuant de travailler et d’avoir des revenus.

Pourquoi as-tu créé LesNouveauxTravailleurs ?

En sortant d’Ecole de Commerce, beaucoup de mes amis et d’autres travailleurs se plaignaient de leur boulot, mais sans vraiment faire quelque chose pour que ça change. Ca m’énervait.

En parallèle de ça, comme tu le dis toi-même dans ton manifeste, je suis très consciente du temps qui passe. Le temps passe et on n’y peut rien. Donc, chaque jour que l’on passe à faire quelque chose qui nous rend malheureux, est un jour de perdu.

Une de mes plus grandes peurs est de regretter, quand je serai vieille, de ne pas avoir assez profité.

J’ai recoupé ces deux choses : je me suis dit “J’ai envie d’aider les gens à profiter au maximum de leur vie. Le travail représente un tiers du temps de notre vie, et il est la cause de nombreux problèmes. Donc j’ai envie d’aider les gens à être plus épanouis dans ce domaine-là”.

Ca, c’est ma manière actuelle de le présenter, parce que j’y ai réfléchi et que j’ai compris pourquoi j’avais fait tout ça. Mais, en réalité, quand j’ai commencé LesNouveauxTravailleurs en février 2017, ma vision était plus restreinte. J’étais devenue travailleuse Remote (en télétravail à 100%) quelques mois plus tôt. Ca avait été libérateur pour moi, je me sentais plus épanouie dans ce mode de travail. Or, avant d’entrer dans l’entreprise qui me l’avait permis, je ne savais même pas que ça existait.

Je me suis dit que, si moi je ne savais pas que ça existait, il y avait de grandes chances que la majorité des gens de mon Ecole et autres Ecoles de commerce ne le sachent pas non plus. J’ai donc souhaité démocratiser ce mode de travail en en parlant sur un blog. Je pensais que, si des gens découvraient ce mode de travail et décidaient de l’adopter, ça ferait plus de gens heureux au travail.

Entre temps, j’avais aussi découvert trois autres “nouvelles manières de travailler” (le nomadisme digital, le slash, et l’entreprise libérée). J’ai donc décidé de parler de ces trois-là aussi.

Enfin, créer LesNouveauxTravailleurs, c’était aussi me construire l’opportunité de devenir nomade digitale, un rêve que je nourrissais depuis quelques mois.

Comment as-tu découvert le métier de blogueuse professionnelle, et comment t’es-tu lancée ?

Depuis plusieurs années, je suivais Olivier Roland sur sa chaîne Youtube. Il y parlait essentiellement de développement personnel. Sur ses vidéos, il était souvent à l’étranger, un coup au Mexique, un coup aux Etats-Unis, un coup au Brésil. Il expliquait qu’il pouvait voyager parce qu’il gagnait sa vie grâce à son blog. C’est comme ça que j’ai découvert que l’on pouvait être “Blogueur Professionnel”.

Plus tard, j’ai rejoint la formation “Blogueur Pro” créée par Olivier. J’avais déjà lancé plusieurs blogs avant, mais j’avais rarement dépassé quatre articles. Je ne savais pas comment m’y prendre pour le faire durer, et surtout pour gagner de l’argent avec. Rejoindre la formation m’a permis de dépasser ça et d’en faire mon métier.

J’ai commencé la formation en juin 2016. J’ai mis cinq mois à trouver le sujet du blog puis ai lancé en février 2017. Mais comme j’avais d’autres projets (un CDI puis la co-création d’une entreprise), je n’ai pas beaucoup avancé cette année-là. Je considère que mon vrai lancement a eu lieu en janvier 2018, quand je suis passée à 100% sur ce projet.

Quel est le quotidien d’une blogueuse nomade ?

J’imagine que ça varie d’une personne à l’autre. Me concernant, je commence ma journée par une petite routine où je regarde mes statistiques, je réponds aux emails les plus importants, j’écris à mon amie de blogging, je fais quelques actions de communication, et je détermine mes trois gros objectifs de la journée.

Ensuite, j’attaque ces grands objectifs et ça constitue ma journée.

Certaines demi-journées, je décide d’aller travailler dans un café. Quand je sens que j’ai besoin de changer d’environnement pour trouver la créativité ou la productivité.

Le soir, soit je suis avec le groupe de WifiTribe, soit je rencontre des locaux.

Comment fais-tu pour voyager tout en travaillant efficacement ?

C’est l’un des principaux challenges que je rencontre dans ce mode de vie. Quand j’arrive dans un nouvel endroit, je suis rarement efficace dès le premier jour car mon corps et mon esprit ont besoin de temps pour s’habituer.

Ma routine du matin m’aide à commencer ma journée sans plus tarder. Le temps de la terminer, mon cerveau s’est échauffé et c’est plus simple de déterminer mes trois objectifs.

Avoir trois objectifs par jour m’aide à rester concentrée sur le plus important et à ne pas passer une journée à faire des choses inutiles.

Paradoxalement, ce mode de vie m’aide aussi à être plus productive (en termes de travail réalisé par jour ou mois). Changer de ville chaque mois me donne un rythme : je détermine des objectifs mensuels, c’est plus clair dans ma tête. Voyager avec la communauté WifiTribe me permet aussi d’avoir un meilleur équilibre vie pro- vie perso. En passant de meilleurs moments “hors travail”, je travaille mieux quand c’est l’heure de bosser.

Quel est ton modèle économique ?

De janvier à octobre, je me suis concentrée sur la création de contenu gratuit, pour montrer aux lecteurs ce qu’ils pouvaient attendre du blog et de moi, et pour construire la communauté. Pendant cette phase, j’ai utilisé d’abord mon allocation chômage. Quand elle s’est terminée en juillet, ce sont mes économies qui ont pris le relai : à l’époque où je travaillais, j’avais épargné 10 000€ (800€ par mois en moyenne pendant un peu plus d’un an). Je me suis pas mal restreinte sur mes dépenses quand je vivais à Paris pour pouvoir mettre ça de côté, avec l’objectif de me donner la liberté de voyager et d’assurer mes arrières si je montais un projet (ce que j’ai fait).

Maintenant que je blogue depuis neuf mois, je vais commencer à proposer des services et produits payants en plus du contenu gratuit, pour pouvoir me rémunérer. Le coaching s’adresse à deux types de personnes :

1) Les personnes qui sentent qu’elles ne sont pas complètement épanouies dans leur travail mais ne savent pas exactement d’où ça vient et comment y remédier

2) Les personnes qui sont intéressées par un des quatre nouveaux modes de travail dont je parle sur le blog (Remote, Nomadisme Digital, Slash, Entreprise Libérée) et qui ne savent pas comment s’y prendre pour faire la transition

Début 2019, je compte également créer une formation en ligne, que chacun pourra suivre à son rythme.

Quels sont tes conseils pour devenir digital nomad ?

Conseil n°1 : Bien se renseigner sur les vérités et enjeux de ce mode de vie et de travail. Ca paraît paradisiaque vu de l’extérieur. Mais, comme tout, il y a des difficultés. Il ne faut se lancer que si on est prêt à accepter ces difficultés.

Conseil n°2 : Etre pragmatique : faire un prévisionnel des frais que va générer ce mode de vie (et toujours augmenter ce montant car il y a toujours des imprévus) ; vérifier que le métier auquel on pense peut générer un revenu suffisant pour absorber ces frais ; avoir un plan B si les choses ne se passent pas comme on pensait.

Conseil n°3 : Ne pas tout changer en même temps. Si tu veux créer une nouvelle activité pour devenir digital nomad, commence par la lancer en France, t’habituer à ce nouveau boulot, gérer les difficultés. Et n’entame la vie nomade qu’une fois que tu as un peu sécuriser ça, pour éviter de te retrouver sous une montagne d’imprévus à gérer.

Conseil n°4 : Fais un test à petite échelle avant de te lancer à long-terme. On ne sait jamais comment les choses vont vraiment se passer, comment on va se sentir, etc, avant de vivre la situation. Pour se faire une idée, il vaut mieux selon moi faire un premier voyage nomade, comme tu fais ce mois-ci Charlotte par exemple. Si ça plaît, alors on peut passer au stade supérieur.

Et tes conseils pour se lancer dans le blogging professionnel ?

Conseil n°1 : Comprendre ce que va impliquer le quotidien de ce métier pour être sûr qu’on est prêt à vivre ça tous les jours pendant plusieurs années. Etre blogueur, c’est :

  • beaucoup de création de contenus (et pas toujours que des articles écrits) ;
  • de la communication en ligne : réseaux sociaux, chercher de nouveaux canaux ;
  • travailler seul la majorité du temps ;
  • écrire plusieurs années sur le même sujet ;
  • faire de l’accompagnement (le modèle économique du blogueur est de vendre du coaching et/ou de créer une formation en ligne)

Conseil n°2 : Avoir comme motivation première d’aider ses lecteurs (et pas de gagner de l’argent), car la construction de la communauté prend plusieurs mois. Autant de temps où on donne beaucoup, gratuitement, avant de toucher le moindre euro. Quelqu’un qui veut gagner rapidement de l’argent ne devrait donc pas opter pour cette voie. 🙂

Conseil n°3 : Se demander pourquoi on opte pour le blogging. Qu’est-ce qu’on attend de ce projet, qu’est-ce qu’il est censé nous apporter. Est-ce que nos motivations sont suffisamment fortes pour tenir ce projet entrepreneurial sur plusieurs années ?


Que retenir de l’expérience d’Isis ?

  • Le mode de vie Digital Nomad a beaucoup d’atouts… mais aussi des difficultés ! Avant de se lancer, il faut se renseigner et se poser les bonnes questions sur ce que l’on attend.
  • Avancer par étapes et ne pas tout changer d’un coup.
  • Pour devenir blogueur professionnel, là aussi il faut penser à tous les aspects réalistes du métier, et être sûr de sa motivation pour faire de sa thématique son quotidien !
  • Travailler en voyageant permet d’être plus efficace sur les temps de travail.

Crédits photos :

Genna Contento

Michael Hörnlimann.

Commentaires

Vous allez aussi aimer