Maman entrepreneure : 5 conseils pour oser vous lancer !

L’envie d’entreprendre vous titille depuis quelque temps, mais voilà, vous avez peur de vous lancer : vous êtes maman ! Peur de ne pas subvenir aux besoins de votre famille. Peur d’échouer, d’être jugée. Moi aussi je suis passée par là – et heureusement, j’ai franchi le pas ! Dans cet article, je vous partage mon retour d’expérience et vous donne 5 conseils pour devenir une maman entrepreneure épanouie 😊


Article invité rédigé par Pauline Dumont


Témoignage d’une maman entrepreneure

J’ai toujours su que, un jour, je me lancerai dans l’entrepreneuriat. L’envie de créer et de faire aboutir un projet qui me prenait aux tripes, d’être aux commandes. Mais, force est de constater que les années passant, mon engouement est devenu de plus en plus frileux : pas LA bonne idée, pas le moment, pas d’argent, pas suffisamment d’expérience… Bref, il y avait toujours une bonne excuse pour ne pas se lancer.

Puis, je suis devenue maman. Quel bouleversement ! L’envie d’entreprendre s’est réveillé de plein fouet : j’avais une belle idée, ma motivation était dopée aux hormones, je savais où j’allais, je me suis même formée. Mais, à nouveau, j’ai eu peur. Je suis revenue sagement à mon poste, rationnalisant tout ce qui s’était passé et me disant que ce serait pour une prochaine fois.

J’avais un job, un bon salaire, un mari et un enfant que j’aime, plein d’amis et… j’étais malheureuse.

Il m’a fallu beaucoup de temps, dont un burn out professionnel et les prémices d’un autre, maternel, pour me rendre compte que non, je ne pouvais plus juste attendre. Quand Pose ta Dem a lancé la 1ère édition de Side Project, j’ai sauté de joie. J’allais pouvoir avancer… enfin !

C’est ainsi qu’est né Bee BadaBloom.

Et ensuite ?

L'unique newsletter à lire pour enfin poser ta dem' !

Rejoins la communauté de 10000 futurs démissionnaires qui lisent mes conseils concrets et inspirants pour inventer leur vie professionnelle !

La réalité : rien ne s’est passé comme prévu !

Il y a eu le COVID, une seconde grossesse, les confinements 1, 2 et 3, les aléas d’organisation et la solitude liés à la crise sanitaire, la charge émotionnelle de toute la famille, et surtout : la FATIGUE !

Alors, faut-il craindre de se lancer dans l’entrepreneuriat, qui plus quand on est mère ?

La réponse est non (non, et vraiment non).

Contribuer au monde de demain : l’impact d’être maman entrepreneure

Depuis le lancement de Bee BadaBloom, j’ai complètement changé de vie.

De cadre stressée dans le secteur bancaire, j’ai décidé de ralentir et de mettre ma vie au service de ce qui était réellement important pour moi :

  • Contribuer, par le choix d’une reconversion professionnelle, à un monde meilleur.
  • Être réellement présente dans la vie de mes enfants.

Aujourd’hui, j’accompagne les mamans sensibles à l’écologie à retrouver un équilibre de vie plus juste et harmonieux. Je suis coach en joie de vivre… autrement !

J’ai arrêté de compenser mes frustrations en achetant du bonheur : voyages, sorties, fringues, et objets divers. Je n’en ai plus besoin.

Je m’épanouis dans un travail qui a du sens et qui contribue, je l’espère, à la transition écologique et sociale.

J’organise mes journées de telle manière à avoir du temps pour moi. Condition sine qua none pour pouvoir être disponible, sereine et bienveillante avec mes enfants… et mon conjoint ! Finie l’époque où je terminais mes journées de travail épuisée, physiquement et nerveusement, pour enchaîner sans une once de plaisir le tunnel bain-dîner-dodo !

Entreprendre n’est certes pas une sinécure. Mais si on doit passer en moyenne 80 000 heures de notre vie à travailler, autant faire en sorte que ce travail rentre dans le cadre d’un projet de vie global et épanouissant.

Car après tout, c’est aussi cette philosophie de vie que j’ai envie de transmettre à mes enfants !

5 conseils pour vous lancer sereinement en tant que maman entrepreneure !

Avoir peur de se lancer dans l’entrepreneuriat, c’est bien normal. Pour autant, quel dommage de ne pas tenter l’expérience ! J’ai donc eu envie de vous partager quelques conseils issus de ma propre expérience. C’est parti !😊

1. Faites-vous accompagner !

Faire le grand saut dans l’entrepreneuriat, ça peut faire peur… surtout quand on quitte le salariat !

Se faire accompagner à chaque étape est donc essentiel pour recueillir des informations, être guidée, rencontrer d’autres porteuses de projet et gagner en confiance.

Aujourd’hui, il y a tellement de structures d’accompagnement que ce serait suicidaire de ne pas en profiter : coach, réseaux (sociaux) pour entrepreneurs, ateliers de co-développement, chambres de commerces, … Il y en a vraiment pour tous les goûts et tous les budgets !

Side Project était pour moi la première étape.

Quelques mois plus tard, une fois mon projet de reconversion acté, je me souviens avoir demandé à une coach de m’aider à préparer cette transition : je passais d’une grande entreprise, des collègues de travail sympa et un bon salaire à… toute seule chez moi, sans aucun revenu financier !

Ensemble, nous avons donc réfléchi à mon nouvel environnement de vie : choix d’un lieu de coworking, réorganisation familiale, adhésion à un réseau de femmes entrepreneures…

Gestion budgétaire et confiance en moi étaient aussi deux aspects sur lesquels j’avais besoin d’être épaulée.

Ces 4 séances de coaching m’ont vraiment permis d’aborder cette nouvelle étape de ma vie sereinement.

2. (Bien) vous entourer

Vous commencez à parler de cette envie d’entreprendre. Chouette ! Sauf que…

Notre choix d’entreprendre peut dérouter les personnes de notre entourage, même proches.

Je me suis rendu compte que cette incompréhension était souvent liée à la peur qu’elles pouvaient avoir pour nous, ou à une forme d’envie/ jalousie d’avoir osé. C’est humain et naturel. Pour autant, il faut savoir se préserver et ne pas laisser certains commentaires blessants nous paralyser.

Par ailleurs, j’ai aussi participé à un atelier de communication non violente. Ça m’a beaucoup aidée, notamment avec mon mari, à communiquer sur les différentes phases de mon projet et ce que je pouvais ressentir.

Se lancer dans l’entrepreneuriat est un changement – pour toute la famille ! Maintenir le dialogue ouvert permet à chacun de trouver sa juste place.

3. Clarifiez vos priorités

Lorsqu’on se lance, on peut vite se sentir submergée par la quantité de choses à faire – et notre manque d’expertise sur un certain nombre d’entre elles.

Résultat : notre to do augmente, on s’éparpille, tout devient urgent et… notre moral baisse.

Soyez très clair sur vos priorités dans chaque domaine de votre vie (travail, enfants, couple et personnelles) et organiser vos objectifs autour de ces priorités. Le reste attendra.

Pour éviter de vous perdre en chemin, je vous conseille de prendre un vrai temps de recul toutes les semaines pour faire le point et réajuster votre plan d’actions.

4. Patience, sainte patience

L’un des objectifs majeurs quand on se lance en tant que maman entrepreneure est de pouvoir mieux concilier travail et vie de famille.

Mais honnêtement, ce n’est pas facile de regarder les autres faire beaucoup plus de choses que nous (et avancer plus vite) parce qu’ils n’ont pas les mêmes contraintes !

Trouver le juste équilibre prend du temps – et un réajustement permanent. Mais je vous garantis que cette sensation d’épanouissement est absolument divine quand on atteint ces moments de grâce.

Alors oui, nous irons probablement moins vite. Mais le chemin parcouru sera d’autant plus beau.

5. Prenez du temps… pour vous !

Du réveil (trop) matinal de nos enfants au coucher, c’est non-stop !

La bonne nouvelle, c’est qu’une fois à son compte, c’est nous les patronnes de notre planning : profitons-en !

Prendre du temps pour soi, pour se poser, est à mon sens ce qu’il y a de plus important si l’on veut tenir dans la durée : l’entrepreneuriat est un marathon et un sprint simultanés… en parallèle d’une vie de famille !

Pour maintenir mon énergie dans le temps, j’organise ma semaine autour de « moments ressources » – mes coups de boost !

  • Je marche tous les jours, soit après avoir déposé mes enfants à l’école, soit entre 2 séances de travail. 15 minutes suffisent – que je renouvelle si besoin !
  • Je case au moins deux loisirs dans la semaine : un cours de danse et une activité créative.
  • Je cale mes tâches en fonction de l’énergie du moment : les plus complexes lorsque je suis en pleine forme, les plus faciles quand je suis fatiguée.
  • Je « prends » régulièrement mon lundi.

Être à l’écoute de soi, de son corps et de ses émotions est le meilleur moyen de trouver un équilibre entre une nouvelle vie professionnelle exaltante ET une vie de famille épanouissante.

Maman (et future) entrepreneure : lancez-vous !

J’espère vous avoir donné envie de vous lancer. Être maman entrepreneure est une expérience si enrichissante de rencontres et d’apprentissages.

Pour moi, ça a aussi été l’occasion de simplifier et de ralentir, de me concentrer sur ce qui était réellement essentiel. Bref, de retrouver un équilibre de vie plus juste.

Alors, ne laissez pas vos talents au fond du tiroir : offrez-les au reste du monde !


Vous pouvez retrouver Pauline Dumont, reconvertie dans le coaching de vie, sur son site , sur Instagram et sur LinkedIn. Vous pouvez également l’écouter dans un épisode du podcast de Pose ta Dem “Trouver du sens dans son métier en osant être soi, avec Pauline” (Parcours #9, 30 août 2021) disponible sur toutes les plateformes.


Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez mes programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires