Je m'inspire

Pierre : ancien juriste, il a fondé l’agence de communication Citron Bien

Pierre Dron s’est lancé dans la communication et le brand content après avoir fait des études de droit. Avec beaucoup d’honnêteté et de transparence, il nous raconte les événements qui l’ont poussé à se lancer et comment son entreprise a survécu au cap des trois ans d’existence. Si vous avez besoin de conseils pour booster votre créativité et votre bonne humeur, cette interview est faite pour vous !


Bonjour Pierre, raconte-nous ton parcours en toute transparence !

J’aime dire que j’ai un parcours atypique pour un métier atypique. J’ai une formation en droit (Master en Droit des Affaires) et j’ai effectué beaucoup de stages. Mon premier “vrai” job a été d’accompagner les chefs d’entreprises dans leur quotidien juridique. J’ai adoré ce métier mais je préférais faire de la prévention, plutôt que de réparer les dégâts. Un an avant mon diplôme, je rencontre ma femme dans une agence de com’ où je suis en stage. Je suis juriste – elle, créative. Et elle se lance dans le cinéma.

Là, ça a été le déclic. Je voulais être ce mouton à 5 pattes, proche du terrain, et accompagner le monde de la création. Je voulais lui apporter mon enthousiasme et ma rigueur. J’ai donc évolué dans les métiers de la production, du management d’artistes, et de chef de projets dans l’industrie du disque, de l’événementiel et du cinéma d’animation. J’ai monté mon premier espace de coworking à Valence en 2006 et monté un collectif de réalisateurs de films d’animation. Puis, j’ai managé 1, puis 2, puis 3 artistes avant de produire leurs disques. J’ai donc coaché des musiciens, tout en développant la carrière d’un performeur de dessin en direct avec du sable. Bref, j’ai surtout œuvré au développement de projets artistiques. Et petit à petit, on est venu me chercher pour faire la même chose pour des entrepreneurs et des marques. C’est à ce moment-là que j’ai décidé que c’était le moment de lancer Citron Bien.

En quoi consiste ton activité aujourd’hui ? 

Aujourd’hui, j’accompagne des entrepreneurs pour les aider à définir la stratégie de leur marque.

Au départ, j’imaginais Citron Bien comme un producteur de contenus, mais faire du brand content à Valence en 2011… c’était ambitieux ! Et puis, on a décroché de beaux projets (surtout à l’étranger !). Fort de cette expérience, on est venu me chercher à nouveau sur des projets de communication et j’ai alors pivoté en agence de com’.Il y a 2 ans, j’ai pivoté à nouveau vers l’agence de marque (CitronBien) et créé une agence de production de contenus (AdopteUnFilm.com) tout en développant la production de films pour le cinéma (CitronBienCinéma).

Qu’est-ce qui t’a décidé à créer ton entreprise en 2011 ?

En réalité, j’imaginais Citron Bien des années auparavant… mais, je n’ai pas osé.

Et puis, le destin m’a mis un coup de pied au fesses. Deux événements forts ont vraiment joué un rôle dans ma prise de décision. D’abord, je me suis fait avoir par l’un de mes anciens employeurs. Ensuite, mon meilleur ami est décédé l’année de nos 30 ans. À 30 ans, tu te sens immortel. Tu crois que tu as la vie devant toi. Le destin est venu me rappeler un peu douloureusement que non. Je me suis posé cette question simple : si c’était toi, aurais-tu vécu tout ce que tu devais vivre ? La réponse était un grand NON.

Il était temps pour moi de lancer Citron Bien et rendre ce monde plus enthousiaste !

Quels sont tes secrets pour avoir dépassé le seuil fatidique des 3 ans d’existence ?

Je crois que le secret pour durer, c’est de ne rien lâcher. En même temps, ça ne veut pas dire que tu dois refuser de voir les évidences ou te remettre en question. NON ! Au contraire.

Un entrepreneur qui dure est un entrepreneur qui sait se poser les bonnes questions, se remettre en cause et s’entourer des bonnes personnes au bon moment.

J’ai passé ce cap depuis quelques années (j’ai même passé le cap des 7 ans…) et je dis souvent aux jeunes entrepreneurs que je parraine : au début, tu crois que tu vas y arriver seul. C’est faux ! Va chercher LA bonne info auprès de LA bonne personne ! Ne reste pas isolé. Échange, discute, partage : ce sont ces échanges qui vont te faire avancer plus vite et donc survivre !

Comment savoir quand il faut pivoter dans son projet / entreprise ?

Je crois qu’il faut distinguer deux types d’entrepreneurs : les pionniers ou aventuriers et les autres. Les premiers vont imaginer et se tromper. Les seconds, eux, vont jouer la sécurité et pérenniser leur entreprise, rassurer leurs clients… Mais le monde bouge (et vite). Je crois profondément que l’innovation est primordiale pour survivre et durer.

Si tu as l’impression que ta boite marche bien, c’est exactement le bon moment pour pivoter. Lorsque l’on est face au mur, c’est trop tard et rien de bon ne peut sortir d’une situation de crise. Un autre indicateur important : tes concurrents. S’ils font pareil que toi, tu dois pivoter.

Comment « avoir la banane » chaque matin et être créatif même dans les périodes difficiles ?

Sans hésiter, le secret est d’avoir un cadre clair. Savoir “pourquoi” on fait ce que l’on fait ! J’interviens avec mes clients et j’enseigne à mes étudiants la stratégie de marque. Le premier truc sur lequel on bosse, c’est pourquoi tu fais ce job ? À partir du moment où c’est clair, tu peux foncer. Et pour les coups de mou, j’ai une liste de trucs qui me filent la banane… Je coupe tout, j’en fais un ou deux ou trois et c’est reparti. Par exemple j’appelle un copain, j’écoute un podcast, je vais promener mon chien…

De toute façon, la créativité ne vient pas quand on la cherche, elle se développe dans les moments anodins.

Il faut donc casser la routine, se laisser respirer…Bref : c’est un vrai travail de maintenir sa créativité à flot !

Quelle est pour toi la plus grande difficulté de l’entrepreneuriat ?

L’échec est pour moi, la plus grande peur de l’entrepreneur. Pourtant je n’ai jamais rien appris en réussissant et je n’ai jamais autant appris qu’en me trompant.

Mais, c’est dur à entendre, il faut bien l’avouer. D’autant que nous vivons dans une société qui ne cultive ni la réussite, ni l’échec. Dans les deux cas, on est coupable ou stigmatisé. Il faut beaucoup de recul pour pouvoir aller au-delà de ça, et là encore, s’entourer des bonnes personnes : les gens qui travaillent dans le même domaine que toi, qui ont un parcours un peu plus avancé que le tien et qui pourront t’apporter des réponses. Et aussi ceux qui débutent, à qui tu pourras apporter des conseils et qui te permettront de prendre du recul sur ta propre situation. 

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui veut poser sa dem’ et monter sa boîte  ?

Trois choses sont pour moi indispensables :

1/ Entoure-toi des bonnes personnes : des gens positifs qui vont te donner des ailes !

2/ Éloigne-toi de ceux qui vont te tirer vers le bas.

3/ Fonce, ça va être TROP BIEN ! 

Enfin, si tu as besoin d’énergie, et que tu souhaites travailler sur la stratégie de ta marque… tu peux aussi venir me parler ! Je suis disponible par mail (bonjour@citronbien.com) ou directement sur cette page dédiée.


Pour en savoir plus sur Pierre et Citron Bien, tu peux les retrouver sur le blog CitronBien, sur Facebook et Instagram.


Que retenir de l’expérience de Pierre ?

  • S’entourer des bonnes personnes et ne surtout pas rester isolé est primordial.
  • Savoir se poser les bonnes questions et ne pas hésiter à tout remettre en cause est essentiel.
  • Innover, c’est le secret pour durer.
  • Votre créativité vous fuit ? Cassez la routine ! (Mot de Charlotte : si vous avez besoin d’autres pistes pour développer votre créativité, cliquez-ici.)
  • Ne redoutez pas l’échec : il est une source d’apprentissage inépuisable.
  • FONCEZ !

Commentaires

Vous allez aussi aimer