Je me lance

Comment utiliser le marketing personnel pour booster sa recherche d’emploi ?

Adrien dévoile comment utiliser le marketing personnel pour booster sa recherche d'emploi

Si votre souhait est de quitter votre job actuel pour un autre dans lequel vous serez plus épanoui, vous devez être capable de vous vendre. Ceci implique de bâtir votre marketing personnel et un système de communication qui va attirer les opportunités à vous. L’objectif est le suivant : utiliser votre valeur ajoutée pour vous démarquer de vos concurrents. Dans cet article, nous allons voir comment appliquer ce principe. 


Article invité rédigé par Adrien Vaysset


Se connaître avant tout !

La première étape est cruciale et rien de positif ne se produira si elle est négligée. Si vous souhaitez démontrer que votre valeur ajoutée constitue « la réponse aux problématiques des entreprises », il faut avant tout que celle-ci soit claire pour vous ! Pourquoi les recruteurs vous choisiraient vous et pas un autre ? Vous devez être capable de répondre du tac au tac à cette question.

Etre vous-même convaincu que votre projet professionnel est légitime et explicitez en quoi c’est le cas, est le b.a.-ba ! 🙂 Ceci constitue les fondations de votre travail de marketing personnel. Parce que, retenez bien cela : le but de la démarche est de VOUS DÉMARQUER des autres candidats !

Votre « écosystème » [valeurs+soft-skills]

C’est ainsi qu’en premier lieu, je vous invite à vous poser les questions suivantes :

  • « En quoi je suis bon ? Quelles sont mes qualités, mes forces ? »
  • « Quelles sont mes valeurs ? En quoi je crois ? Qu’ai-je retenu de mon éducation ? »
  • « Quels sont mes moteurs (Qu’est-ce qui me fait me lever le matin) ? »

Vous devez savoir qui vous êtes et où vous souhaitez aller. En quoi votre singularité est un atout de poids pour les entreprises ? C’est un travail d’introspection qui peut être long mais qui est à mon sens nécessaire et qui va vraiment vous aider dans votre recherche d’emploi. Pour vous guider, je vous invite à lire et à appliquer l’article Faire un bilan personnel-professionnel avant de se lancer, qui est une méthodologie qui vous permettra d’obtenir des réponses à ces questions. Vous pouvez également prendre connaissance de Comment se fixer des objectifs pour s’accomplir dans ses projets professionnels et être heureux ? pour éclaircir votre vision du futur.

Ça y est c’est fait ? Si c’est le cas, vous devez avoir avancé dans votre travail de connaissance de soi. C’est parfait, cela va vous aider à communiquer sur vous de manière attractive, au cours de vos démarches de recherche.

Au final, cette démarche a pour objet de définir en quoi vous êtes une opportunité pour les entreprises.

Le savoir-faire métier

Il existe un autre point sur lequel il est important de se pencher : vos compétences métier !

Vous devez identifier « les mots-clés pertinents ». Je m’explique. Prenons un exemple simple : vous souhaitez quitter votre job de responsable commercial et vous tourner vers une activité orientée « ressources humaines ». Il va falloir établir une liste de mots-clés « métiers » qui correspondent à la fois à votre expérience professionnelle et au métier que vous visez aujourd’hui. En l’occurrence, ici, cela peut être des mots tels que :

  • « Marketing » : En tant que responsable commercial, vous avez participé à la définition des stratégies commerciales de votre entreprise. Or pour un poste de responsable RH par exemple, on peut vous confier la gestion de la marque employeur (ou « marketing RH »). Voilà donc un mot clé à sélectionner.
  • « Communication » : Ici encore, c’est un savoir-faire qu’il vous a fallu exploiter en tant que responsable commercial et que vous devrez également mettre en oeuvre dans votre future activité RH, de telle ou telle manière (« réalisation du plan de communication », « création d’outils de communication recrutement »…).

Bien entendu, ici j’ai uniquement utilisé votre précédent job de responsable commercial mais ce principe doit se décliner à l’ensemble de votre parcours.

Toutefois, il n’y a pas que les mots-clés « métiers », vous devez aussi identifier les mots clés « produits » (exemple : imprimante 3D), « techniques » (exemple : Logiciel SAP) ou encore « sectoriels » (exemple : industrie aéronautique).

Faites une liste de toutes vos expériences passées et pour chacune d’elles, identifiez TOUS les « mots-clés ». Retenez alors ceux qui sont liés de près ou de loin au métier que vous visez aujourd’hui. Pourquoi faire cela ? Tout simplement parce que cela va accroître votre « visibilité digitale ». En effet, avec l’ascension fulgurante du Big data, notamment dans les process RH, il est primordial de se mettre à « la place des machines ».

Il existe ce qu’on appelle les ATS (Applicant Tracking System), des logiciels permettant le suivi électronique des candidatures, notamment très utilisés par les chasseurs de têtes. Pour résumer, il identifie les mots-clés sur les CV. Ainsi, lorsque vous candidatez, vous avez plutôt intérêt à avoir inséré les bons. D’où l’importance de faire ce travail de recherche en amont. De la même manière, avoir les bons mots-clés va considérablement booster les résultats de vos démarches sur LinkedIn ! En fait, l’algorithme de ce réseau social fonctionne similairement à celui de Google.

Je ne vais pas m’étendre sur ce sujet mais retenez cela : plus vos mots-clés seront judicieusement insérés sur votre profil LinkedIn, plus la probabilité d’être repéré par les recruteurs sera importante. Car, lorsqu’ils se lancent à la recherche de profils sur ce réseau, les recruteurs effectuent celle-ci par l’intermédiaire de mots-clés. Plus votre profil sera bien référencé par LinkedIn (grâce aux mots-clés notamment), plus vos chances d’être contacté seront grandes.

Enfin, identifier vos mots-clés peut aussi vous aider lorsque vous parcourez les offres d’emplois. Vous pourrez ainsi sélectionner celles qui présentent « les mêmes termes que les vôtres ».

Pour résumer, vous devez réfléchir à « ce qui est demandé » (c’est à dire les compétences métiers, les produits concernés, le secteur d’activité…) pour l’exercice de la profession que vous visez aujourd’hui et trouver en quoi ce que vous avez fait par le passé peut être en lien avec ces différents éléments. Pour établir ce lien, raisonnez avec les mots-clés. 😉

Homme sur son ordinateur qui utilise le marketing personnel pour booster sa recherche d'emploi

Utiliser des outils différenciants

En recherche d’emploi, il est fondamental de bien maîtriser les outils de bases que sont le CV et la lettre de motivation, même si pour cette dernière je recommande plutôt de la substituer au profit d’un mail de motivation, plus direct et différenciant. En effet, on vous les demandera à de très nombreuses reprises lors de vos démarches de candidature. Il est donc important de maîtriser leur rédaction. Toutefois, il existe de nombreux autres outils que peu de gens utilisent et qui vont clairement vous démarquer en bien ! Bien entendu, leurs usages va dépendre du secteur que vous visez. Les codes de communication et de valeurs varient d’un milieu à un autre, je vous laisse ainsi faire votre propre sélection parmi les outils proposés ci-dessous.

Le super slide

Ceci est un outil que j’ai découvert grâce au livre Le marketing de soi. J’ai d’ailleurs accueilli son auteur, Sylvie Protassief sur mon blog. Je vous laisse découvrir l’interview, qui est une mine d’informations utiles pour quiconque souhaite utiliser le marketing personnel dans sa recherche d’emploi.

Le super slide est un schéma d’une page, assez complexe pour être commenté. Les thématiques abordées peuvent être nombreuses. Il peut s’agir de l’organigramme de votre ancienne entreprise, présentant votre fonction et les différentes actions managériales que vous avez menées. Cela peut aussi être un schéma technique, les différents jalons d’un projet que vous avez piloté de A à Z…

L’idée est d’utiliser le canal sensoriel le plus utilisé par l’être humain, le canal visuel. Cela signifie que pour la plupart d’entre nous, notre relation au monde extérieur s’établit principalement par la vue.

C’est un peu comme une présentation power point. Celle-ci sera efficace si, et seulement si, vos explications sont pertinentes et se couplent avec ce qui est présenté sur le slide.

Vous pouvez l’utiliser de différentes manières:

  • Pour répondre à une objection du recruteur. Exemple : « Vous manquez d’expérience dans le management de projet ». Redressez-vous, soufflez un coup et sortez alors votre super slide ! « Vous pensez que je manque d’expérience dans le management de projet ? Pourtant, au sein de mon entreprise précédente, j’ai piloté un projet mettant en jeu X millions d’euros, et comme vous pouvez le voir, il m’a fallu gérer plusieurs dizaines d’interlocuteurs, au sein de différents services et dans des cœurs de métiers variés [Argumentation accompagnée du super slide…]. Le projet a été mené à son terme et nous avons tenu les délais du client. Voilà pourquoi, je pense être la personne la plus adaptée pour conduire le projet que vous me confierez. » Et BIM un point pour vous ! 😉
  • Pour répondre favorablement à une problématique spécifique. Lors de votre rencontre avec un opérationnel, si celui-ci vous fait part d’un sujet métier sur lequel il a des difficultés à avancer, vous pouvez là aussi dégainer votre super slide ! « En effet, je constate qu’il s’agit d’un problème récurrent pour lequel prendre des décisions est délicat… Toutefois, j’ai été confronté à la même problématique dans mon ancienne entreprise et voici comment nous avons traité le sujet… ».

C’est un outil que peu de personnes utilisent et pourtant c’est très simple à faire et cela amène une vraie valeur ajoutée à vos candidatures. Pour l’aspect graphique, je vous suggère de faire simple en utilisant les logiciels Power point et Excel ou Word, si vous souhaitez intégrer des histogrammes ou d’autres graphiques.

La success story (ou réalisation probante)

Ici, il s’agit encore d’enrichir vos candidatures, vos « propositions de service » par du contenu factuel. C’est un peu le même principe que pour le super slide. Car c’est bien beau de dire « je suis compétent pour ceci, je suis très performant dans cela » mais à un moment le recruteur va vous dire « Ah oui ? Et bien démontrez-le moi ! ». Et là si vous n’avez aucune matière et que vous parlez dans le vide depuis le début de l’entretien, celui-ci risque malheureusement de tourner court.

D’où l’importance d’avoir des preuves, de la matière sur laquelle s’appuyer pour argumenter votre propos ! C’est là qu’intervient la success story. Pour cela, vous allez devoir travailler vos compétences de Storytelling.

Concrètement, il s’agit d’une histoire débouchant sur un succès probant. Cela peut être une réussite professionnelle ou personnelle. Vous allez utiliser cet outil pour démontrer une ou des compétences. Par exemple, si pour un poste de commercial, le recruteur vous demande si vous pensez être capable de faire gagner « tant » de chiffre d’affaires à l’entreprise, démontrez-le lui en utilisant une success story présentant vos performances au sein de votre précédente entreprise.

Vous pouvez également exploiter la success story pour contrer une objection, exactement de la même manière qu’avec le super slide.

Maintenant, voyons quelle structure donner à votre success story.

L’idée est de considérer une situation initiale A. Cette situation se caractérise par un problème bien défini, un contexte, que vous allez présenter. Exposez alors les enjeux de la situation et les objectifs à atteindre pour répondre favorablement à cette problématique.

Vous allez ensuite « pitcher » votre intervention (quelles actions concrètes avez-vous entrepris ? Comment vous-y êtes vous pris ?…). Donnez des chiffres, des détails pour ajouter une dimension anecdotique à votre histoire et éveiller les émotions de votre auditoire.

Présentez enfin la situation finale B, sur laquelle a débouché votre intervention. Bien entendu entre la situation initiale A et la situation finale B, on doit constater une progression nette, par rapport au contexte de la problématique initiale (le chiffre d’affaires de l’entreprise a augmenté de X euros, la productivité de l’atelier a été doublée…). L’idéal est de présenter un résultat quantitatif.

On doit ainsi savoir si l’objectif a été atteint, ce que vous avez amené en plus et bien entendu les compétences/qualités que vous avez mis en jeu à travers cette expérience.

Pour vos démarches de recherche d’emploi, je vous recommande de rédiger au moins 10 success stories et de bien les connaître afin de pouvoir les utiliser lorsque cela est nécessaire.

Au final, il existe une multitude d’outils différenciants. Ici je vous en ai présenté quelques exemples mais gardez en tête que le plus important est de vous démarquer ! C’est à vous de vous montrer créatif et d’agir différemment de la masse, tout en restant en adéquation avec les codes de communication et les valeurs du milieu professionnel que vous visez.

Homme qui marche en tenant un livre et une sacoche

Utiliser LinkedIn

Aujourd’hui, LinkedIn est le premier réseau social professionnel utilisé. Bien exploité, il peut être un atout de poids pour la gestion de votre trajectoire professionnelle. Cela commence avant tout par la recherche d’un job. Comprendre comment LinkedIn fonctionne et agir en adéquation avec les règles de ce réseau va vous permettre d’attirer de nombreuses opportunités et de considérablement booster vos démarches de recherche.

Utiliser les mots-clés

Avant tout, il faut savoir que votre capacité à exploiter Linkedin comme un outil efficace dans votre recherche d’emploi sera évaluée par la fréquence à laquelle vous serez repéré par les recruteurs. Et comme je l’ai présenté dans dans la première partie de cet article, cette visibilité est notamment le résultat de l’utilisation des bons mots-clés.

Posez-vous la question suivante: « Avec quels mots-clés pourrait-on rechercher un [métier que vous visez] ? ».

Pour vous aider à y répondre, jetez un œil aux profils LinkedIn des personnes travaillant dans ce cœur de métier, puis allez visiter les sites web des entreprises ciblées, ainsi que leurs pages Facebook ou Twitter.

Dressez alors la liste des mots-clés avec lesquels les recruteurs seraient susceptibles de rechercher un [métier que vous visez].

Puis, reprenez la liste des mots-clés de vos anciennes expériences, que vous avez réalisées dans la première partie de cet article. Comparez alors les deux listes. Identifiez les mots-clés qui « matchent » (essayez d’en avoir une douzaine). Ce sont ceux que vous allez  « éparpiller » dans votre profil. 😉

Vous allez les insérer :

  • Dans la zone compétence de votre profil.
  • Dans le titre de votre profil.
  • Dans les descriptions et les titres de vos expériences professionnelles.
  • Dans la légende et la description des éléments multimédias.
  • Dans votre résumé LinkedIn.

Plus ces mots-clés seront présents dans votre profil, plus votre référencement LinkedIn sera bon et meilleures seront vos chances d’être repéré par les recruteurs. 😉

Rédiger un résumé impactant

Pour attirer les opportunités sur ce réseau, il est primordial d’avoir un excellent résumé !

Pour cela, vous allez devoir mettre à contribution vos compétences de Storyteller ! Vous devez montrer que vous êtes unique pour donner envie aux gens de vous rencontrer. A travers votre communication, vous devez éveiller les émotions de vos lecteurs.

Le contenu de votre résumé vous appartient. Il n’existe pas de règles strictes concernant sa structure. Toutefois, en voici un exemple que vous pouvez utiliser :

  • Présentez-vous : Commencez par résumer simplement le professionnel que vous êtes. Exemple : « Je suis un industriel, spécialisé dans le marketing et le développement commercial. »
  • Résumez votre parcours : « Pitchez » votre parcours de manière très synthétique (découpez-le en 2 ou 3 grandes étapes. Faites cela en une ou deux phrase). Exemple : « J’ai  démarré ma carrière en 1992 en tant que commercial dans le domaine de l’industrie d’assemblage mécanique au sein de la société A, avant d’occuper durant 8 ans le poste de Responsable Produit de la société B, spécialisée dans la fabrication d’aubes de turbines. Souhaitant continue à exercer au sein de l’industrie aéronautique, je suis devenu Responsable Marketing international au sein de la société C en 2002, poste que j’ai occupé durant 11 ans. »
  • Citez vos réalisations probantes : Il s’agit ici des success stories, outil présenté dans la précédente partie de cet article. Sur LinkedIn, c’est exactement le même principe : démontrer vos compétences à travers une histoire, ponctuée d’un succès. Vous pouvez en citer deux.
  • Présentez votre situation à l’instant t : « Pitchez » votre projet professionnel actuel en quelques phrases.
  • Proposez une anecdote (courte histoire personnelle) ou une citation qui vous plait. Cela va « renforcer votre identité ».
  • Indiquez vos coordonnées (téléphone et adresse mail).

Bien entendu, pensez aussi à insérer vos mots-clés dans ce résumé afin d’optimiser le référencement. 😉

Comme je l’ai dis, il n’y a pas de règles strictes concernant la structure ! A vous d’être créatif.

Etre actif

Pour promouvoir votre marque personnelle, vous allez devoir vous montrer actif sur ce réseau, dans le but d’attirer l’attention.

Pour cela, vous pouvez notamment partager du contenu en lien avec le cœur de métier/secteur d’activité que vous visez. Il peut s’agir de contenu rédigé par d’autres personnes sur LinkedIn, ou d’autres médias pertinents que vous avez dénichés sur le web. Par exemple, si vous souhaitez travailler dans l’aéronautique, vous pouvez partager un article présentant un nouveau matériau utilisé pour les réacteurs d’avion.

Je vous suggère aussi de créer votre propre contenu ! En faisant cela, vous allez asseoir votre identité professionnelle et ainsi attirer l’attention des autres membres du réseau, dont les recruteurs.

Si vous visez un poste dans le domaine des Ressources humaines, vous pouvez par exemple rédiger un article sur un nouveau process de recrutement, de plus en plus utilisé par les entreprises.

Si vous ne vous sentez pas encore à l’aise à l’idée de rédiger un article, commencez simplement par écrire des posts de quelques phrases. C’est déjà une bonne manière d’attirer l’attention et de promouvoir votre marque personnelle. 🙂

N’oubliez pas que le principe de la démarche de marketing personnel est de vous démarquer ! Y parvenir constituera un atout majeur dans votre recherche d’emploi. Pour cela, respectez bien ces étapes :

  • Faites un bilan sur vous. Déterminez vos qualités, vos valeurs, vos compétences métiers. Vous serez ainsi capable de mettre en avant le professionnel et la personne que vous êtes réellement. 
  • Créez des outils différenciants afin de vous démarquer de la majorité des candidats qui utilisent seulement les outils « classiques » (CV, lettre).
  • Utilisez la puissance de LinkedIn pour promouvoir votre marque personnelle (« je suis une personne avec CES valeurs, CES compétences. C’est ainsi que j’opte pour CE projet professionnel »), en créant un bon profil et en vous montrant actif sur ce réseau.

Pour retrouver Adrien, rendez-vous sur son blog ou sur Facebook. Et pour en savoir plus sur son parcours, n’hésitez pas à aller lire son interview


👉 Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

👉 Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez les programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires

Vous allez aussi aimer