Je m'inspire

Priscillia : Elle est freelance en parallèle de son emploi salarié

Freelance en parallèle de son emploi salarié, Priscillia raconte ici comment elle cumule deux activités professionnelles sereinement et explique l’organisation qu’elle a mis en place pour y parvenir. Bonne lecture !


Bonjour Priscillia, raconte-nous ton parcours en toute transparence !

J’ai un parcours somme toute très classique. Mon bac en poche, je décide de m’orienter vers un DUT Techniques de commercialisation. Je sais déjà que je veux faire de la publicité, du marketing, cette formation allie à la fois le commerce et tous ces aspects marketing.

Puis, j’ai intégré une école de communication et marketing, Sup de Pub, pour vraiment me spécialiser.
Encore une année de plus par la suite, pour avoir un Bac+5, le graal selon mon papa. La seule façon d’avoir un poste de cadre sup’ selon lui, et de belles perspectives.

Me voilà donc sur le marché du travail, là aussi avec un parcours “classique”, d’abord en agence de communication en tant que chef de projet marketing digital, puis chez l’annonceur, sur des postes de chargée de communication et marketing.

Mais je me lasse toujours vite de ces emplois. Je ne reste jamais plus de 4 ans au sein d’une même entreprise.
C’est simple, dès que je maîtrise mon poste, que la “routine” s’installe, je m’ennuie.

Et malheureusement, dans les grands groupes où j’ai été, je n’ai pas eu les perspectives d’évolution souhaitées.

Je n’arrivais pas à identifier pourquoi je me lassais si vite. D’ailleurs mes proches n’ont jamais compris ! Je passe pour une personne instable, jamais satisfaite.

Mais je ne vois pas pourquoi je devrais rester sur un poste dans lequel je ne m’épanouis pas. Avec la frustration des contraintes d’une entreprise : hiérarchie, prises de décision longues, parfois une inaction liée à la politique de l’entreprise, aux budgets, peu de formations, présentéisme, promotions biaisées…

L'unique newsletter à lire pour enfin poser ta dem' !

Rejoins la communauté de 10000 futurs démissionnaires qui lisent mes conseils concrets et inspirants pour inventer leur vie professionnelle !

De là, l’idée a fait son chemin. Pouvoir travailler pour moi, être seule aux commandes pour prendre les décisions rapidement, travailler sur des projets qui me passionnent.

C’est fin 2017, après une masterclass de Livementor où je découvre le charismatique Alexandre Dana, que ça fait sens.

Je me suis donc “re” formée au marketing digital, au copywriting, au SEO…

Et en mars 2018, je crée mon auto-entreprise, mon site internet Ladyweb et je deviens consultante en marketing digital et SEO pour les indépendants et les entrepreneurs.
Je n’ai toujours pas quitté mon CDI actuel (entre 2016 et 2018 j’ai déjà changé 2 fois d’entreprise), mais j’ai enfin osé demander à passer en 4/5ème en février 2021 !

Comment as-tu trouvé ta nouvelle voie ?

Le fait de découvrir l’écosystème entrepreneurial grâce aux formations Livementor, de découvrir une belle communauté d’entrepreneurs, de me former, m’a vraiment aidée à me questionner pour savoir ce que je voulais faire.

La formation Side Project a été également un vrai déclencheur, j’ai pu faire ressortir ce qui me plaisait, ce qui me faisait vibrer tout en restant très cohérente par rapport à mes contraintes personnelles.

Les exercices de la formation sont vraiment top pour ça.

Tu as suivi la formation Side Project, que dirais-tu à ceux qui hésitent aujourd’hui ? 

C’est vraiment idéal pour arriver à mieux se connaître et mieux cerner ce qui peut nous correspondre. 

J’avais plusieurs idées en tête avant cette formation, mais certaines n’étaient pas réalistes, en tout cas pas pour le moment. 

Side Project permet vraiment une introspection mais également un passage à l’action avec une méthodologie très concrète.

D’ailleurs, je regarde parfois à nouveau certains modules quand j’ai besoin de me pencher sur mon business !

Quels sont pour toi les avantages et les inconvénients de se lancer dans un Side Project ? 

L’avantage, c’est qu’on peut se lancer sans tout quitter. Il y a zéro risque ! Cela permet de travailler sur son projet en douceur, avec de la clarté.

On peut tester, ajuster… Sans que ça porte préjudice.

L’inconvénient, je dirais que c’est le temps. Cela va nécessairement ajouter du temps sur un planning déjà chargé avec un emploi, une famille, des enfants… Il faut vraiment bien s’organiser, se ménager des plages horaires spécifiques.
Et ne pas oublier de décompresser quand même !

Autre inconvénient c’est quand le Side Project occupe tout votre esprit. J’ai parfois du mal à me motiver dans mon job salarié quand je sais qu’une super mission client m’attends en rentrant ou que je reçois une demande de devis. Il faut arriver à bien faire la part des choses.

Quels sont tes conseils pour s’organiser quand on se lance dans un Side Project ?

Comme dit plus haut, je pense qu’il faut se réserver des créneaux dédiés à son Side Project et ne pas y déroger. Alors oui, parfois, on va louper cette super soirée avec la dernière série Netflix à la mode, mais c’est pour la bonne cause !

Il faut que l’ensemble de la famille soit au courant et en phase aussi avec ça. Cela peut être parfois frustrant pour mon conjoint ou ma fille, quand je leur dis que je ne peux pas faire une partie de Uno avec eux pour le moment ! 😉

Mais ils connaissent mon projet, ils savent ce que ça implique. Et je réserve aussi des créneaux sans boulot d’aucune sorte pour profiter d’eux pleinement ! 

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui souhaite se lancer dans un Side Project mais n’ose pas franchir le pas ? 

Il vaut mieux avoir des remords que des regrets ! Et surtout vous ne risquez rien à essayer.

Ne restez pas dans la frustration de vous dire “Et si je l’avais fait ? Et si j’avais été au bout de mon projet ?”

Encore une fois, vous ne risquez rien à essayer.

En quoi consistent tes activités aujourd’hui et quels sont tes projets et tes rêves ?

Je suis freelance en parallèle de mon emploi salarié.

Aujourd’hui je travaille du lundi au vendredi dans mon poste en CDI. Le vendredi et les soirs de semaine sont consacrés à mon entreprise et donc mes missions clients (et un peu sur ma pause déj’ aussi !).

En tant que salariée, je suis responsable marketing, je m’occupe de la stratégie d’inbound marketing, du SEO, et globalement de toutes les opérations de communication qui visent à rendre plus visible l’entreprise.

Concernant Ladyweb, j’ai pas mal de missions SEO pour des petites structures ou des start-up. Et j’accompagne également des entrepreneurs en début d’activité, grâce à un accompagnement individuel sur 3 mois. Je les aide à devenir autonome, plus sereins face au marketing et à mettre en œuvre une stratégie marketing.

Mon projet c’est bien sûr de quitter mon CDI pour vivre pleinement de mon activité. Pouvoir organiser mon emploi du temps pour profiter de mes passions (le cheval), de ma famille.

J’aimerais pouvoir être conférencière, formatrice auprès d’étudiants ou entrepreneurs. Car j’adore transmettre !

Et j’ai le rêve de pouvoir avoir suffisamment de revenus pour me garder du temps pour aider les refuges pour animaux et être bénévole à la SPA.

Comment arrives-tu à rester productive et motivée en ayant deux jobs ? 

J’inscris tout sur mon planning ! Je note toutes les tâches que je dois faire, pour avoir un plan clair, et savoir où je vais.

J’optimise à fond chaque petite minute ! (J’écris actuellement cet article dans ma voiture, sur le parking du poney club, en attendant la fin du cours de ma fille !) 🙂

Et ce qui me garde motivée c’est la perspective de pouvoir vivre pleinement de mon activité bientôt.

Tu as lié ta passion (l’équitation) et ton job (Consultante en marketing digital et SEO), tu nous en dis plus ?

Quand je me suis lancée, on m’a beaucoup dit (comme à beaucoup de freelance) : “Il faut que tu trouves une niche, que tu te spécialises !”.

Alors, étant cavalière, passionnée, ça m’a paru être une bonne option ! 

On parle le même langage mes clients et moi. Je suis potentiellement dans leur persona, donc tout est tellement plus simple.

Le monde du cheval est un secteur bien spécifique, avec ses codes. Au moins mes clients ne perdent pas de temps à m’expliquer le vocabulaire ou certaines spécificités.

Il n’en reste pas moins que le marketing et la communication, ça reste applicable à tous, et j’ai donc aussi des clients hors secteur équestre.

Quelles sont les difficultés du freelancing selon toi, et comment les dépasser ?

A mon avis, la principale difficulté est le manque de visibilité qu’on peut avoir sur ses revenus. Il faut toujours être en recherche de nouveaux clients. Il faut du coup mettre en place des systèmes afin d’avoir des contacts régulièrement sans forcément prospecter : stratégie de contenu, SEO…
C’est aussi pour cela que beaucoup de freelance lancent des formations afin d’avoir une source de revenus plus régulière.

Une autre difficulté serait de se laisser envahir par un ou plusieurs clients. Le fameux “salariat déguisé” ! Il faut faire attention de ne pas faire son CA avec un seul client. 

As-tu des enfants ? Si oui comment as-tu géré ta vie de maman et ta reconversion en parallèle ?

J’ai une petite fille de 9 ans. J’ai la chance d’avoir un conjoint qui fait beaucoup de choses à la maison, ça m’enlève une sacrée charge mentale ! J’essaye de me réserver des moments vraiment OFF. Le dimanche par exemple, je n’allume pas l’ordinateur. Et je m’implique aussi dans ses activités et sa vie à l’école. C’est moi qui l’emmène à ses activités, et je suis également déléguée des parents d’élèves.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite se lancer dans une reconversion mais n’a pas encore osé franchir le pas ?

OSE ! Franchement, on a qu’une vie. On ne peut pas la passer à avoir des regrets. Cela nous rend malheureux, aigris.
En commençant par un Side Project, cela laisse le temps de travailler son projet, de poser les bonnes bases pour enfin oser se lancer !


Que retenir de l’expérience de Priscillia ?

  • Se lancer dans un Side Project est un bon moyen de se lancer avec un filet de sécurité et ce n’est pas négligeable !
  • Ne délaissez pas tout au profit de votre Side Project, prenez aussi le temps de vous ressourcer auprès de vos proches.
  • Lorsqu’on se lance dans un projet en parallèle de son job, il faut avoir une organisation solide et en emploi du temps bien défini pour ne pas s’y perdre !
  • Osez ! Vous ne le regretterez pas 🙂

Vous pouvez retrouver Priscillia, freelance en parallèle de son emploi salarié, sur LinkedIn, sur son site Internet, sur Instagram et sur Facebook.

Commentaires

Vous allez aussi aimer