Je me lance

Trouver un job grâce au réseau : les 4 règles d’or

Vous voulez décrocher un nouvel emploi plus épanouissant, mais l’envoi de CV et de lettres de motivation par dizaines vous angoisse ? Tant mieux ! Car la meilleure méthode est de passer par votre réseau plutôt que par l’envoi massif de candidatures. Voici les 4 règles d’or pour trouver un job grâce au réseau.

Même si en allant à la rencontre de votre réseau, vous avez un objectif en tête, vous devez garder en mémoire que votre réseau ne vous doit rien si vous ne donnez rien. La bonne démarche réseau consiste à donner sans attendre, puis à recevoir le jour où vous en avez besoin. L’idéal est donc de commencer à networker bien avant d’en avoir besoin, afin de prendre le temps de bâtir des relations solides. Mais si vous débutez et que vous cherchez un job maintenant, pas d’inquiétude, vous pouvez quand même y arriver !

Règle n°1 : Adopter une attitude positive et attractive

S’il y a bien une erreur à éviter, c’est celle-ci : contacter votre réseau pour vous plaindre de votre travail actuel et demander un nouveau job. Cela peut sembler évident en lisant cette phrase, mais en pratique ça l’est beaucoup moins. Prenez un instant de recul sur votre démarche réseau, et demandez-vous : « Si quelqu’un me contactait de la manière dont je le fais, qu’en penserais-je ? ». Relisez les messages déjà envoyés, repensez aux discussions… et prenez conscience de ce que vous pouvez changer.

La règle d’or est de ne pas critiquer votre entreprise et de ne pas montrer votre aigreur face au passé, car vous donnerez l’image de quelqu’un de négatif et d’angoissé… ce qui n’est pas très attractif. A l’inverse, montrez votre enthousiasme à l’idée de chercher une nouvelle aventure ! De plus, montrez que vous avez confiance en vous (sans excès !), car si vous n’avez pas vous-même confiance en vous, personne ne prendra le risque de vous recommander.

Règle n°2 : Bien pitcher son projet

Networker pour explorer et s’inspirer est une chose. Networker pour décrocher un job en est une autre. Dans le premier cas, vous pouvez tout à fait utiliser votre réseau pour enrichir et faire valider votre projet professionnel, ou vous aider à le clarifier si vous hésitez entre plusieurs pistes. Mais dans le deuxième cas de figure, je vous déconseille de contacter des personnes clés sans avoir un projet professionnel clair car vous risqueriez de faire mauvaise impression. Si vous ne savez pas vous-même quel job vous visez, personne ne pourra vous aider le à décrocher !

Voici les 3 points clés pour bien pitcher votre projet :

  • Incarnez votre projet. Le premier pré-requis est de transpirer l’enthousiasme et la motivation en parlant de votre projet professionnel !
  • Soyez réaliste et cohérent. Pour qu’une personne accepte de vous recommander, il faut qu’elle croie elle-même en votre projet professionnel. Si vous visez un job à des années-lumière de votre profil actuel, cela sera plus compliqué… SAUF si vous réussissez à en prouver la cohérence et à montrer le fil rouge entre votre passé et votre projet futur. Le storytelling est le maître-mot pour pitcher votre projet !
  • Entraînez-vous à pitcher. Prenez une feuille et préparez un pitch qui tienne en deux minutes chrono à l’oral, le plus simple, clair et percutant possible. Faites des essais auprès de vos proches et recueillez les feedbacks.

Je n’aime pas trop donner une trame pour un « bon pitch » car le risque est de tomber dans les mêmes travers que la lettre de motivation : une structure classique, ennuyeuse et standard pour tout le monde. Mais si vous bloquez vraiment, voici mon « modèle » le plus efficace : présent / passé / futur. Qui vous êtes aujourd’hui et ce qui vous anime, ce que vous avez fait par le passé (de façon synthétique !!) et ce que vous visez pour le futur, en montrant bien le fil rouge tout le long de votre parcours.

Règle n°3 : S’adresser aux bonnes personnes

Une fois que votre projet est défini, vous devez cibler les bons contacts, au risque de perdre votre temps (et celui des autres). Comment sélectionner ces contacts ?

  • Déterminez dans quel secteur d’activité ou métier ils travaillent et le « profil type », comme un persona en marketing
  • Faites la liste des entreprises correspondantes en étant capable de justifier ce listing et en faisant des choix cohérents
  • Renseignez-vous au maximum : caractéristiques de l’entreprise, organisation, actualités…
  • Ciblez les opérationnels plutôt que les RH, même si cela peut sembler contre-intuitif. Pourquoi ? Car au final, les vrais décideurs sont les opérationnels, et parce que les RH savent bien que vous êtes là pour votre recherche d’emploi et vous catalogueront avec toutes les autres candidatures. Autrement dit, retour à la case CV.

A noter : vos contacts les plus proches sont rarement les meilleurs pour vous aider à trouver un job. Je le disais dans l’article « Reconversion : 4 stratégies pour décrocher un job dans un nouveau domaine ». Les chercheurs d’emploi obtiennent leur emploi par leurs contacts plus que par les moyens classiques (annonces, recruteurs), et via leurs connaissances plus que par leurs amis proches. D’après l’enquête de Mark Granovetter, parmi les travailleurs qui avaient décroché un job via leurs contacts, 83% d’entre eux avaient obtenu cet emploi grâce à quelqu’un qu’ils voyaient rarement ou à l’occasion, et seulement 17% grâce à quelqu’un qu’ils fréquentaient souvent. A bon entendeur !

Règle n°4 : Ne pas quémander un emploi

Êtes-vous davantage séduit par quelqu’un qui vous charme avec subtilité, ou par quelqu’un qui vous écrit un mail « Bonjour, je m’appelle untel et j’aimerais me marier avec vous. Et si vous n’êtes pas disponible, pouvez-vous me recommander à vos amis ? » ? C’est la même chose pour un job ! Vous avez plus de chance de plaire à vos interlocuteurs si vous procédez avec subtilité 😉

Vous-même, êtes-vous capable dans l’immédiat de proposer un emploi à quelqu’un qui vous contacte pour cela ? C’est peu probable. Votre échange risque de se terminer sur un échec désagréable pour les deux parties. Alors, comment faire ?

Demandez à vos contacts ce qu’ils sont en mesure de vous donner : des informations, des conseils, des contacts, un avis, une expertise, des idées, du temps. Il y a de fortes chances qu’une grande partie d’entre eux accepte. Saisissez ce que l’on vous donne pour avancer dans votre démarche de recherche d’emploi. En prenant un café ou en passant un coup de fil à ces personnes, vous en apprendrez beaucoup plus qu’en sollicitant directement un emploi.

Là aussi, j’évite de donner des formules toutes faites, mais si vraiment vous insistez, voici un exemple d’approche efficace : « Je suis actuellement en reconversion professionnelle vers les métiers de tel secteur. Je trouve votre parcours et votre poste actuel très inspirants. Pourriez-vous me faire bénéficier de vos conseils pour réaliser mon projet ? Si vous l’acceptez, je vous propose un call de 30 minutes dans la semaine. Merci sincèrement par avance ! ». Il y a en a des dizaines d’autres possibles, mais les deux points clés à avoir en tête sont : 1/ Un objectif clair, 2/ Un call-to-action (autrement dit, une proposition claire sur la nature et le format de l’échange). Enfin, avant d’envoyer ce type de message, relisez-vous en imaginant que vous êtes le destinataire. Avez-vous envie de répondre ?


Je vous accompagne dans votre évolution professionnelle ! Prenez rendez-vous pour un call découverte gratuit de 30 minutes pour faire le point sur votre projet et découvrir mon programme :

Commentaires

Vous allez aussi aimer