Vivre de l’écriture : comment je me suis reconvertie en coach littéraire

Il y a deux ans tout pile, j’ai écrit un article sur Pose ta Dem’ où je racontais mon parcours et mon quotidien de slasheuse salariée / écrivaine / prof de yoga et blogueuse. J’y annonçais hésiter entre quatre métiers complètement différents, mais aujourd’hui, j’ai trouvé ma voie ! Je vais te raconter dans cet article comment je suis devenue coach littéraire, mon parcours pour vivre de l’écriture, et mes erreurs d’entrepreneure débutante.


Article invité rédigé par Ingrid Lemmer


Comment j’ai ouvert une école d’écriture à côté du travail

Replantons le décor. En 2019, je suis « slasheuse ». Autrement dit, je cherche ma voie. Depuis mon tour du monde, j’écris des livres, blogue à ce sujet mais aussi sur un tas d’autres choses, et, fraîchement diplômée professeur de yoga, je commence à donner des cours.

Mon vœu le plus cher est de voir l’un de mes livres publiés, donc je mets le paquet sur ce domaine : j’écume les forums, formations … et je change complètement mon blog pour le consacrer à l’écriture uniquement.  

ecrivaine avec carnet
Suis-je vraiment en train d’écrire un article sur l’écriture ? (Ever Photo)

Je commence à recevoir de nombreuses visites et messages. Je crée un innocent e-book peu de temps après avoir écrit l’article sur Pose ta Dem’ : les inscriptions et messages affluent.

Je sonde les personnes ayant téléchargé l’ebook pour leur demander ce dont elles auraient besoin pour aller plus loin. Globalement, les réponses sont : des guides pour écrire un livre ! C’est donc assez naturellement que je choisis de créer mon premier cours en ligne, pour aider les auteurs débutants à partir du bon pied. Le groupe Facebook passe à trente personnes, et j’échange régulièrement avec certains des membres.

Vivre de l’écriture, une évidence ?

J’avais vraiment envie de te parler de cette période-là, de ma période « slasheuse ». Certes, j’ai mis le paquet sur l’écriture, mais je continue à l’époque de donner des cours de yoga, de me former au coaching de vie car je suis passionnée de développement personnel … et en janvier 2020, je lance même un podcast sur la nourriture émotionnelle.

faim de liberte podcast
Même avec ce nom-là, je ne me suis pas doutée qu’un an plus tard, je serais indépendante !

Je ne suis pas en train de m’éparpiller désespérément, car j’ai un salaire qui tombe à chaque fin de mois. Avec le recul, je dirais que j’explore alors différentes pistes.

L'unique newsletter à lire pour enfin poser ta dem' !

Rejoins la communauté de 10000 futurs démissionnaires qui lisent mes conseils concrets et inspirants pour inventer leur vie professionnelle !

J’échangeais récemment avec des amies entrepreneures qui me demandaient : mais moi aussi j’ai plein de passions, à quel moment tu t’es dit : OK, c’est celle-là, c’est ma voie ? Hé bien … jamais ! C’est un événement qui a décidé pour moi…

Covidpreneure : comment le confinement a accéléré ma reconversion pour vivre de l’écriture

En mars 2020, la France bascule en confinement général. Certains gardent un souvenir abominable de cette période … mais moi, je me souviens m’être simplement dit : Ok, c’est maintenant si je veux passer à la vitesse supérieure.

Je travaille d’arrache-pied pendant trois semaines à côté de mon travail. Le 4 avril 2020, j’ouvre officiellement les portes de mon école d’écriture. Les premiers clients arrivent et mon groupe Facebook (J’écris un Roman, pour les curieux) passe de 30 membres avant le confinement à … plus de 1000 après !

Comment je suis devenue coach littéraire

Je « coachais » déjà bénévolement de jeunes auteurs via les différents groupes Facebook, communautés Discord … d’écrivains au sein desquelles je gravitais, mais il ne m’était pas encore venu à l’idée que je pourrais vivre de l’écriture si j’accompagnais des auteurs.

Petit à petit, l’idée a germé dans ma tête, d’autant que j’ai une formation de kinésiologie en poche (variante de la PNL), lu énormément sur la PNL et le coaching. Je m’inscris à une formation de coaching de vie basé sur la PNL, pour cerner au mieux les problématiques de mes futurs clients.

Mais au moment de lancer l’école d’écriture, je me suis dit que je pouvais d’ores et déjà coacher même si ma formation n’était pas terminée – après tout, je le fais déjà bénévolement ! La première heure est une révélation : je suis née pour ça ! La personne repart sereine et parée pour l’écriture.

Un peu comme lorsque je donne une séance de yoga, sauf que là, on est dans le domaine de l’écriture, ma passion !

J’ajoute une option « payante » sur mon site, et commence à recevoir quelques clients. Très peu, mais suffisamment pour me donner confiance.

Le rollercoaster de l’entrepreneuriat et ma première erreur

Jusqu’ici, ça ressemble à une success story, non ? Et pourtant, si je devais décrire mon année 2020, je dirais : larmes, énervement, frustration, fatigue… pour quelques moments de victoire.

C’est une chose que je n’avais pas du tout réalisée avant de me lancer : chaque rentrée d’argent fait place à la peur que ce soit la dernière (alors que je comptais vivre de l’écriture…)

Pour faire simple, tu vois ce cliché selon lequel créer son entreprise sur le web consiste à créer une formation en ligne, des « tunnels de vente » par email et attendre que l’argent arrive tout seul ?

premier kilometre
En fait, j’en étais là !

Je pense que c’est la vision que j’avais, inconsciemment. Le fameux « tunnel de vente automatisé ». Mais bien généralement, ce n’est pas ce qu’il se passe, et ce pour une bonne raison : dans de nombreux domaines de l’infopreneuriat, et en particulier le mien qui est l’écriture, les gens ne sont pas à la recherche de conseils, mais d’une personne pour les encadrer, pour leur dire qu’ils les appliquent bien. Ils mettent donc, pour la plupart, beauuucoup de temps à se décider !

Aujourd’hui, en février 2021, mes cours en ligne se vendent parfois « tout seuls ». Mais cela fait un an qu’ils existent, j’ai dû les modifier une bonne vingtaine de fois et tester une trentaine de façons d’en parler et de les mettre en avant, et surtout, j’ai ajouté une communauté d’échange en ligne pour garder le lien avec toute personne qui fait un pas sur mon site.

Le best of de mes erreurs d’entrepreneure débutante

 Je t’ai parlé de ma vision erronée de l’entrepreneuriat … mais j’ai commis d’autres nombreuses erreurs qui m’ont permis d’avancer, en voici quelques-unes.

Créer une formation avant d’avoir sondé mes abonnés pour savoir si cela les intéresserait 

Un cours de l’école m’a demandé une dizaine d’heures de travail, et rapporté moins de 50 euros. En août 2020, au moment de lancer mon membership des Explorauteurs, je fais un grand lancement, mais le contenu du membership n’est pas prêt. J’attendrai de savoir si j’ai des membres !

Sauter sur toutes les pistes possibles (ou syndrome de l’objet brillant).

Créer un challenge, participer chez Machin, créer un truc pour Bidule … c’est très bien mais est-ce que ça va vraiment aider, soit mes clients, soit à avoir plus de clients ? Pas forcément. J’aime beaucoup cette image : plutôt que de creuser 1000 trous d’un km, creuse un trou de 1000 km.

Créer un challenge d’une semaine, dans mon cas, a représenté un travail titanesque et épuisant, pour m’apporter seulement de la visibilité (aucune vente). J’aurais pu acquérir cette visibilité en continuant de poster du contenu sur les réseaux sociaux tout simplement !

Mon sachet de thé avait raison.

Prendre des décisions dans la peur.

L’histoire du challenge est intéressante, car c’était typiquement une décision prise dans la peur : nous étions en juin 2020 et je voyais que les rentrées d’argent se faisaient rares. J’ai choisi de lancer le challenge car j’avais entendu une entrepreneure en parler comme LE meilleur moyen de trouver des clients (et autres monts et merveilles).

Je l’ai crue ! Pourquoi ? Parce qu’en juin, je n’étais plus du tout dans le même état d’esprit positif et reconnaissant du début de l’école d’écriture. Je venais de décider que j’allais quitter mon job et j’avais la trouille de me retrouver sans rupture conventionnelle, sans rien. Je me suis donc engouffrée dans cette possibilité alors que j’aurais très bien pu parfaire ce que je faisais déjà. J’ai abattu un travail énorme pour créer un challenge, faire de la publicité, l’animer en live tous les soirs pendant une semaine … et j’ai gagné 20 euros. Tout à fait.

Alors qu’un mois plus tard, j’avais décidé de lever le pied et étais plus reposée et sereine. C’est alors qu’une coach que j’adore a ouvert les inscriptions pour son programme d’accompagnement, la décision a été quasi immédiate. J’ai su tout de suite que j’allais le rejoindre, avant même de voir le montant. C’était la bonne décision, car je n’étais pas dans la peur, mais la détermination.

Les Explorauteurs ou comment j’ai trouvé mon ikigai pour vivre de l’écriture !

En août 2020, après avoir suivi à la lettre les conseils de ma coach, je lance mon membership, les Explorauteurs. Trois jours après le lancement, le montant des inscriptions dépasse 1000€.

Mais surtout, pour créer les Explorauteurs, j’ai fait un long chemin.

J’ai sondé mon audience, questionné mes valeurs, ce que je pouvais apporter qui me soit personnel … et j’ai trouvé : la confiance en soi. Cette thématique, c’est l’histoire de ma vie, car je n’ai jamais eu confiance en moi et c’est grâce à des astuces* et au développement personnel que j’ai changé, petit à petit.

Enfin, toutes les passions contradictoires dont je parlais dans l’article de 2019 se rejoignent : écrire un roman, coaching, développement personnel… et même la nourriture émotionnelle qui m’inspirera un module complet sur le membership ! Les Explorauteurs, c’est mon trou de 1000 km, mon Ikigai. Une fois que j’ai réalisé ça, je commence à attirer du monde. Sur Facebook, sur Instagram, par mail. Mon parcours parle à certaines personnes – essentiellement des femmes, ma communauté se construit … et je ne suis pas près de m’arrêter.

 Ah, et tu veux savoir le meilleur ? Ce n’est même pas moi qui ai trouvé le nom de cette formule, c’est l’une de mes coachées.

Mon plan pour 2021 ? Emmener mes Explorauteurs encore plus loin, et donner confiance à toujours plus d’auteurs en herbe via mes contenus et coachings.

*Si tu veux découvrir ces astuces, elles sont résumées dans cet épisode de podcast : La motivation ne sert à rien


Si vous souhaitez en savoir plus sur Ingrid, qui a décidé de vivre de l’écriture, c’est par ici : J’écris un Roman !


Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez les programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires