Les chroniques de Charlotte

Ton idée n’est pas si géniale…

// Chaque dimanche matin, j’envoie un texte sorti tout droit de mes pensées à mes abonnés… comme celui-ci ! Pour recevoir mes textes directement par mail le dimanche + les meilleurs contenus de Pose ta Dem’ le mardi, l’inscription est ici //


Tu viens d’avoir une idée géniale. Tu vas créer un projet qui va révolutionner le monde. Ou ta vie. Ou les deux. Pourquoi personne n’y a pensé plus tôt ?

Tu ne penses qu’à ça nuit et jour.

Tu échafaudes un plan.
Tu gribouilles des pages entières dans un carnet, ou des dizaines de lignes de notes dans ton téléphone.
Tu en parles à tes amis proches : « il faut absolument que je te parle d’un truc : j’ai eu une idée de folie ! »

C’est alors que l’inévitable se produit.

L’un d’eux te dit : « Ouais c’est pas mal, mais tu es sûr que ça n’existe pas déjà ça ? Il me semble avoir vu un truc qui y ressemble »

Tu cherches sur Google. Tu tapes les mots-clés de ton idée.

Et là, c’est le drame.

Tu découvres avec effroi que ton idée révolutionnaire existe déjà ailleurs : 1 fois, 10 fois, 100 fois, 1000 fois. Exactement comme tu l’avais imaginé.
Et même pire : ça existe déjà en mieux.

Ton nouveau petit monde s’écroule. Tu l’avais construit pendant seulement quelques heures, quelques jours ou quelques semaines, mais tu voyais déjà loin.

Cette idée, c’était la solution à tes problèmes : 
– Ton job que tu subis depuis des années alors que tu n’y trouves aucun sens
– Ton envie de créer, d’entreprendre, d’avoir un impact
– Ton besoin de gagner de l’argent

Une fois l’étape stupeur et tremblements passée, place à la raison : Reste plus qu’à trouver une autre idée.

Et là, c’est reparti pour des jours / semaines / mois à tourner en rond dans ton job sans autre perspective, à envier la vie et les projets d’autres entrepreneurs en te demandant quand ce sera ton tour.

Ce scénario te parle ? Tu l’as déjà vécu ?

C’est ce que j’appelle Le syndrome Google de l’aspirant-entrepreneur.
Le moment où l’on réalise qu’il y a une différence entre l’idée et son exécution.
Où l’on se dit que l’on n’a plus rien à apporter de nouveau et qu’on n’a aucune chance de réussir à se lancer dans l’entrepreneuriat.

Tu crois que tout est terminé à ce moment là ?

Que nenni. C’est maintenant que j’interviens !

Quand je me suis lancée dans la création de Pose ta Dem’ il y a deux ans, le syndrome Google m’a frappée de plein fouet : 
– Les mots-clés « changer de voie », « reconversion », « entreprendre » sont surchargés de résultats sur Google
– Il existait déjà quelques solutions intéressantes au problème : Switch Collective pour faire le bilan, Fuyons la Défense pour lire des témoignages de reconvertis, Oser Rêver sa Carrière pour se sortir d’un burn-out professionnel…
– Les coachs en reconversion indépendants se comptaient par centaines

Mais en y regardant de plus près, j’ai compris que même s’ils abordaient la même thématique, ils n’étaient pas parfaits.
La preuve, quand j’ai moi-même voulu changer de voie, je n’ai pas été 100% satisfaite des solutions proposées (manque de contenu concret et transparent, pas de communauté de qualité accessible gratuitement, pas de programmes parfaitement adaptés à mes besoins…)
De plus, chacun apportait une valeur différente, chacun avait une force très spécifique, mais aucun ne réunissait tout à la fois.

C’est à partir de ce constat que j’ai construit mon projet selon ma vision : média / communauté / programmes complets en ligne et en individuel avec ma propre méthode.

Tu vois, je n’ai pas peur de te citer mes « concurrents ». 
J’estime que si tu décides d’aller chez eux plutôt que chez moi, c’est qu’ils le méritent et que j’ai raté un truc.
Ou qu’ils sont plus adaptés à toi, ton fonctionnement, tes envies.
Je n’ai aucune envie de forcer quelqu’un à venir chez moi avec des techniques de persuasion douteuses !
Je préfère dire les choses telles qu’elles sont dans mes mails.
Echanger avec les personnes intéressées par téléphone plusieurs heures par semaine.
Rencontrer ma communauté lors des apéros.

Comme ça, les personnes qui décident de suivre un programme Pose ta Dem’ savent POURQUOI et ont réellement envie de travailler avec moi.

Alors, si aujourd’hui tu as envie d’entreprendre mais que tu te dis :
– Mon idée existe déjà ailleurs
– Le marché est saturé
– Je ne vais rien apporter de nouveau
– Je ne suis pas légitime
– Je ne ferai pas mieux que mes concurrents

Ou autre joyeuseté…

Voici ce que je te réponds : 

1/ Tu n’as pas besoin d’une idée de génie, révolutionnaire, pour entreprendre.

En réalité, très peu d’entreprises se créent autour d’un produit ou d’un service 100% nouveau. Sinon, tous les entrepreneurs s’appelleraient Elon Musk.
Ce qui compte, c’est de te différencier sur l’un de ces éléments (ou plusieurs combinés) : les caractéristiques détaillées du produit ou service / la qualité / les délais / la transparence / la communication…
Liste non-exhaustive 🙂

Après tout, Merci Handy fait un carton en commercialisant des… Gels hydroalcooliques ! Oui, le petit truc qui sert à te désinfecter les mains après avoir pris le métro quand tu n’as pas de lavabo à disposition.
Ils ont créé un univers plein de paillettes et de licornes, ont fidélisé une communauté, et cela leur a permis de décoller et d’avoir désormais des partenariats avec des entreprises comme Disney.

2/ En étant toi, tu innoves.

Cela est particulièrement vrai si tu comptes proposer tes services : coaching, formation, naturopathie, sophrologie, marketing…
Tes clients viendront à toi simplement car c’est avec toi qu’ils ont envie de travailler.

Pourquoi es-tu en train de me lire ? Certainement parce que mon ton, mon approche, mon univers, te parlent.

(D’ailleurs, tu peux me le dire en répondant dans les commentaires, ça me mettra du baume au coeur :))

Mais il y a d’autres personnes à qui cela ne parle pas ! Tiens, un mail reçu il y a 2 jours :

Je te rassure, cela n’arrive pas souvent ! Mais sache-le dès le départ : en étant toi, tu ne plairas peut-être pas à tout le monde, mais ainsi tu plairas encore PLUS à ceux qui t’apprécient.

Alors, pour résumer ce texte en 2 points clés : 
– Ne te laisse pas abattre par le syndrome Google
– Trouve ton angle de différenciation, sachant qu’être toi-même EST un positionnement à part entière

Sur ce, je t’envoie toute mon énergie pour lancer ton projet… depuis Las Palmas aux Canaries, où je passe 15 jours en Digital Nomad ! ☀️ (Bravo aux membres du groupe qui avaient deviné le lieu : Marion, Eva, Ericka, Arnaud… 😉)
J’avais besoin de m’aérer, de voir le soleil (que je n’ai toujours pas vu cela dit), d’être loin de Paris.
C’est le grand avantage d’avoir posé ma dem’ pour entreprendre !

Si je n’avais pas posé ma dem’ pour me lancer, je ne pourrais pas :
– Voyager et travailler en même temps, où je veux, quand je veux
– Organiser mes journées à mon rythme, en ayant le temps d’écrire, de lire, de faire du yoga
– Créer des projets qui ont du sens, avoir un impact sur des milliers de personnes

Ce n’est pas facile tous les jours, cela demande de la rigueur, du travail, et me met parfois face à des difficultés. Mais elles sont passionnantes à résoudre, et pour rien au monde je ne quitterais mon indépendance.

Alors, à quand ton tour ? 🙂


👉 Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

👉 Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez les programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires

Vous allez aussi aimer