Je me prépare

Introverti au travail : j’ai démissionné pour respecter mon tempérament

Gael explique sa vie d'introverti au travail

Introverti au travail et dans la vie de tous les jours, mes supérieurs me reprochaient toujours de ne pas assez me mettre en avant malgré mes compétences. Déçu qu’on blâme constamment un aspect de ma personnalité, j’ai démissionné pour travailler seul sur internet. Dans cet article, j’explique pourquoi les introvertis n’ont pas leur place dans toutes les entreprises et ce qu’ils peuvent faire pour y remédier.


Article invité rédigé par Gaël Barteli


5 énormes difficultés d’un introverti au travail

Attention, cet article va vous faire l’effet d’un électrochoc de 10 000 watts. Si vous ne savez pas ce qu’est une personne introvertie, je vous recommande de lire la vraie définition de ce mot. Même si vous pensez savoir ce qu’est réellement un introverti, vous pourriez avoir des surprises en vous rendant compte que vous aviez une conception erronée de ce terme. Ce que vous imaginez être un introverti est sûrement bien loin de la réalité.

Si vous avez une personnalité introvertie, vous aviez sans doute déjà la bonne définition de ce mot. Et vous savez aussi sûrement que ce tempérament discret n’est pas très adapté au monde de l’entreprise. Il faut savoir se vendre, mettre en avant ses compétences, exprimer son opinion, participer aux réunions, discuter avec les collègues… STOP ! Rien que le fait d’y penser me donne des sueurs froides.

Tout le monde ne comprend pas les difficultés que ressent un introverti au travail. Derrière mon écran, j’ai entendu certains d’entre vous dire « ben quoi, il est normal de faire ça quand on travaille« . Et bien non, pas pour tout le monde.

Je vais vous détailler 5 difficultés que rencontre un introverti au travail. Ou plutôt en entreprise. Car oui, il faut bien dissocier ces 2 termes. Je ne rencontre pas de difficultés à travailler seul chez moi, et je suis même un bourreau de travail. Par contre, je rencontre énormément de difficultés à travailler en entreprise.

Cette première partie va vous soulager si vous êtes introverti, parce que vous allez vous rendre compte que vous n’êtes pas seuls. Et cela va faire comprendre aux gens pourquoi ce n’est pas facile d’être introverti et de travailler dans une entreprise.

Ce n’est pas très poli de ne pas dire bonjour…

Vous êtes introverti au travail et vous le savez. Vous arrivez le matin au travail, et puis il va vite arriver le moment où vous allez devoir saluer tout le monde.

L'unique newsletter à lire pour enfin poser ta dem' !

Rejoins la communauté de 7000 futurs démissionnaires qui lisent la newsletter chaque mardi matin !

« Mais ce n’est pas difficile de dire bonjour ! Tu ne dois pas aimer les gens si tu n’as pas envie de le faire ! Si tu le fais plus par obligation que par envie, c’est normal que tu aies des difficultés en entreprise ! »

Et oh ! On se calme ! Je vous rappelle que j’entends tout derrière mon écran… Laissez-moi le temps de vous expliquer, bougre d’extravertis ! Non, ce n’est pas difficile de dire bonjour. Oui, les introvertis aiment les gens, même si vous ne pouvez pas le deviner parce qu’ils s’expriment rarement. Je parle de mon cas personnel. Peut-être que tous les introvertis ne se reconnaîtront pas là-dedans.

Je faisais partie d’une entreprise de plus de 100 personnes. Je connaissais très bien les collègues qui étaient dans mon bureau, et quelques autres avec qui on avait tissé des liens (comme quoi on aime les gens…). Mais je connaissais seulement le visage de 75% de l’entreprise.

J’ai été alors confronté à un dilemme intérieur

  • Est-ce que je salue tout le monde en faisant le tour des bureaux ?
  • Ou alors est-ce que je salue uniquement les personnes que je connais bien ?
  • Vais-je passer pour une personne hautaine si je fais ça ?
  • Si je salue quelqu’un que je ne connais pas, je prends le risque de lui dire bonjour 2 fois et de passer pour un idiot…

Je sais que certains d’entre vous vont me dire que je me prends beaucoup trop la tête, ou même que j’ai de l’anxiété sociale. Il y a sûrement une part de vérité là-dedans, mais je vous relate seulement le quotidien d’une personne introvertie au travail dans une entreprise de plus de 10 personnes, car je suis loin d’être un cas isolé.

Nous verrons dans la deuxième partie quelles solutions peuvent mettre en place un introverti au travail pour pallier ces problématiques. Mais d’abord, finissons la liste des difficultés qu’ils rencontrent.

Première difficulté : la journée n’a même pas commencé qu’on se prend déjà la tête à cause des interactions sociales.

Vous prendriez bien une petite pause pour vous relaxer ?

Dans le même registre, on peut également retrouver les pauses.

« Mais qu’est-ce que tu as contre les pauses ? Elles sont là pour nous ressourcer  ! C’est normal que tu aies des problèmes en entreprise si tu ne sais pas t’arrêter ! Tu passes pour quelqu’un qui veut se faire bien voir en travaillant trop et qui est antisocial avec ses collègues ! »

Bon, ça suffit de me couper dans mes explications. C’était la dernière fois.

Les pauses sont là pour nous ressourcer

Effectivement, les pauses sont là pour nous ressourcer. Si vous avez compris la véritable définition du terme « introverti », vous savez donc que les personnes avec cette personnalité ont leur énergie qui décroit proportionnellement au nombre de gens qu’il y a dans une pièce.

En d’autres termes, plus il y a de personnes présentes à côté d’un introverti, plus vite il se fatigue. Et vous savez ce qu’on fait quand on prend une pause ? On va discuter autour de la machine à café avec des collègues. À la pause du midi, on se retrouve tous dans la même salle pour manger… Donc quand un introverti au travail prend sa pause, il se fatigue plus vite que s’il travaillait

Alors quoi ? Il faut faire le sauvage et éviter les pauses pour éviter les discussions avec d’autres personnes ? Bien sûr que non. Je dis simplement qu’en abuser serait fatal pour quelqu’un d’introverti. S’il n’a pas envie d’aller en pause, on ferait mieux de respecter son choix, car pour lui il ne s’agit pas d’une pause qui permet de le ressourcer et de détendre.

Pour ça, il ferait mieux d’aller faire une balade en forêt. Mais je ne crois pas que ce soit très conventionnel d’avoir cela à côté de son entreprise. Ou alors de simplement s’isoler ou d’écouter de la musique. Mais toujours en gardant en tête que le faire trop souvent risque de faire penser aux autres que vous ne les appréciez pas ou que vous êtes antisocial.

Deuxième difficulté : les pauses nous fatiguent plus qu’elles nous ressourcent, et ça nous fait passer pour des antisociaux.

Bienvenue dans l’enfer de l’open space

Bon. Sur ce point-là, je pense qu’on sera quasiment tous d’accord : l’open space n’est pas réellement un endroit idéal pour travailler, et pas seulement pour les introvertis. Il y a du bruit, ce n’est pas facile de se concentrer, vous pouvez être dérangé à tout moment, on peut espionner discrètement votre travail…

On nous l’a vendu comme une chose permettant de mettre en place un échange plus rapide et convivial entre les collaborateurs, mais il faut avouer tout de même qu’il y a de nombreux points négatifs.

En plus, un introverti au travail a la particularité d’être extrêmement sensible à cet environnement. Certaines personnes ont conscience des aspects négatifs de ce lieu, mais parviennent très bien à les surmonter. Pour une personne introvertie, c’est beaucoup plus compliqué. Sa journée devient un vrai calvaire. Subir ça jour après jour peut facilement conduire au burn-out, seulement parce que notre tempérament n’a pas été respecté à cause des conditions de travail.

Subir la pression invisible à longueur de journée fait descendre votre énergie en flèche. Finalement, vous vous retrouvez sur les rotules. Peu importe que votre journée ait été productive ou non. Le soir, vous n’avez qu’une seule envie : ne rien faire pour recharger.

Troisième difficulté : l’open space fait subir une pression invisible aux introvertis qui fait descendre leur énergie en flèche.

Le téléphone est un outil démoniaque pour un introverti au travail

Ah ce satané téléphone… qu’est-ce que j’en ai bavé !

S’il ne s’agit que d’un outil qui permet d’obtenir plus rapidement des informations pour certains, pour d’autres (les introvertis en majorité) cela représente le démon en personne.

Déjà de base, les introvertis ne sont pas à l’aise dans les conversations traditionnelles en face à face. Ils ont besoin de temps pour traiter les informations et réfléchir à leur propos pour que ceux-ci soient pertinents. Une fois qu’ils ont correctement réfléchi dans leur coin, ils peuvent énoncer des solutions assez rapidement.

Sauf que le téléphone représente exactement l’opposé de ce que je viens de vous dire. Il faut répondre vite à des questions qui n’ont pas été préparées. Puis il faut aussi s’amuser au jeu des banalités conversationnelles qu’on maîtrise mal :

  • Quand doit-on raccrocher ?
  • Comment faire pour amener la fin de la conversation ?
  • Quand et comment changer de sujet ?

Si cela vous semble naturel de répondre à ces questions, c’est que vous n’êtes sûrement pas introverti. Dans ce cas, j’espère que vous vous rendez compte à quel point c’est le foutoir dans la tête d’un introverti et qu’il panique si vous lui demandez de passer un appel… même s’il ne dit rien et que son visage est inexpressif.

En plus, on ne voit pas notre interlocuteur, donc on ne sait pas comment analyser le ton de sa voix. On n’est plus jugé sur sa capacité à répondre rapidement que sur la qualité de notre réponse. Donc on passe souvent pour des personnes stupides et longues à la détente.

Quatrième difficulté : communiquer par téléphone demande des efforts considérables pour un introverti au travail

Les idées sélectionnées ne sont pas les meilleures….

Enfin, la dernière difficulté que les introvertis ressentent au travail rentre dans le domaine de la reconnaissance.

On apprécie tous être félicités parce qu’on a accompli du bon travail. On est content lorsque c’est notre idée qui a été retenue pour le développement d’un projet. Si c’est le cas, on est heureux de contribuer à son élaboration. Oui, mais voilà…

Les idées sélectionnées sont souvent celles qui ont été les mieux exprimées à l’oral. À partir de ce constat, les introvertis partent déjà avec un boulet à la cheville. Évidemment, il pourrait se former à exprimer leurs opinions et à bien se vendre… Et bien qu’ils puissent devenir d’excellents orateurs et des maîtres de scène (voir carrément meilleur que ceux qui le sont naturellement), ils se conformeraient à un système qui n’est pas le leur.

Admettons que vous êtes extraverti, et que le processus de sélection des idées se base uniquement sur la qualité de rédaction. Est-ce que vous aimeriez pondre un pavé de plusieurs pages pour expliquer pourquoi votre idée est la meilleure ? Non, vous préféreriez la démontrer en direct. Surtout que vous savez que d’autres personnes sont naturellement bien meilleures que vous à l’écrit. Pourtant, vous pourriez vous former…

Pourquoi préfère-t-on faire des brainstormings à l’oral plutôt qu’à l’écrit ? Parce que ça va plus vite ? Ce n’est pas si sûr… Et si on faisait un mélange des deux ? Un introverti au travail a tellement de choses à dire. Prenons la peine de le laisser s’exprimer.

Cinquième difficulté : Les idées sélectionnées ne sont pas forcément les meilleures, mais celles qui ont été les mieux exprimées.

5 techniques simples pour trouver sa place si on est introverti au travail

Pfiou ! J’espère que vous comprenez maintenant mieux les difficultés des introvertis au travail, et surtout en entreprise. Si vous l’êtes, j’espère maintenant que vous êtes rassuré et que vous vous sentez moins seul de savoir qu’il y a au moins une personne comme vous.

Ça fait souvent du bien d’être compris par une seule personne alors que la plupart des gens nous prennent pour des ovnis. Je n’ai pas cité TOUTES les problématiques qu’une personne introvertie peut rencontrer en entreprise, sinon la liste pourrait être longue. Mais si vous avez envie d’en rajouter une parce que vous la subissez, n’hésitez pas à la partager en commentaire. Je me ferai une joie d’y répondre par écrit ;).

Et maintenant qu’on a identifié certaines problématiques, je vais vous proposer plusieurs solutions à mettre en place dans votre quotidien de salarié introverti pour que vos journées soient moins contraignantes.

Avoir une discussion en face à face avec ses supérieurs

Quand on est introverti au travail, on n’a pas envie d’entendre ces phrases lors de l’entretien annuel : « Tu dois plus aller vers les autres. Tu dois plus te montrer curieux, car on ne sait pas si c’est de la timidité ou du désintérêt« .

Pourquoi ? Parce que l’introversion fait partie de notre personnalité. De plus en plus d’études montrent qu’il y a un aspect génétique à l’introversion. Même si le débat fait encore rage entre l’innée et l’acquis en psychologie, il semblerait tout de même qu’on naisse introverti ou extraverti. Il suffit de regarder les travaux de Jérôme Kagan pour s’en rendre compte.

Pourquoi serait-ce à nous de nous adapter à une société extravertie ? Parce que c’est comme ça et pas autrement ? Je suis sûr qu’il y a mieux comme réponse. Gardez toujours en tête que votre personnalité serait fortement appréciée dans les pays asiatiques, car leur culture est différente. Ce n’est pas vous le problème, c’est simplement que votre personnalité est en décalage avec la société extravertie actuelle.

Mettez de l’énergie dans vos propos

Une fois que vous avez compris ça, vous devez aller parler à vos supérieurs pour leur expliquer la situation. Je vous recommande de ne pas y aller de main morte et de mettre de l’énergie dans vos propos. Je sais que vous êtes introverti au travail, mais dans ce cas précis il va falloir mettre les bouchées doubles. Dites-leur que vous refusez qu’on vous dise que vous devez aller plus vers les autres, car cela vous bloquera plus qu’autre chose. Eux, ils veulent que le travail soit fait correctement et que vous utilisiez vos qualités pour être le plus efficace possible. Pour rendre ça possible, ils ont tout intérêt à écouter vos attentes. Sinon, vous risqueriez d’être en surmenage et de ne pas être aussi concentré que vous pourriez l’être. S’il ne vous écoute pas, partez. Vous trouverez mieux ailleurs.

Bien sûr, il y a toujours l’aspect humain à prendre en compte. Mais vous devez leur dire que vous êtes introverti et que c’est différent d’être antisocial. Expliquez-leur que vous appréciez les gens, mais que votre manière de fonctionner est différente. Oui, il est plus dur pour eux de savoir ce que vous pensez, et c’est ça qui les gêne. Mais expliquez-leur que vous n’êtes pas du genre à étaler vos pensées, car votre environnement est déjà source de très grande stimulation. Dites-leur que le travail sera fait en temps et en heure pendant longtemps s’il respecte ce que vous leur avez dit. S’il ne le respecte pas, dites-leur que cela vous expose à un burnout et que vous pourriez partir du jour au lendemain.

S’équiper d’un casque antibruit

Le casque antibruit est la meilleure invention que l’homme ait pu inventer pour les introvertis qui sont contraints de travailler quotidiennement dans un open space. Pour vous isoler du bruit environnant, des conversations téléphoniques de vos collègues ou des clics de souris si énervants, vous pouvez avoir recours à cet outil. Je ne suis pas fan de « mettre du bruit par-dessus du bruit » comme certains le font en écoutant de la musique pour s’isoler de ces bruits. Mais à vous d’utiliser ce que vous préférez.

Ce n’est pas la peine d’expliquer à vos collègues pourquoi vous le portez, mais sachez vous faire respecter sur ça. Au début, vous aurez des remarques comme quoi vous vous isolez du reste du bureau et qu’on ne peut pas vous adresser la parole. Mais expliquez-leur que c’est justement le but et qu’on est plus efficace dans son travail quand on sait dire non à certaines choses. S’ils veulent vous déranger, qu’ils programment une réunion ou qu’ils vous écrivent un e-mail (ou qu’ils vous parlent quand vous n’avez pas votre casque).

Un introverti au travail à l’obligation de trouver des espaces de rechargement pour sa santé mentale

Vous voulez survivre dans votre entreprise actuelle ? Vous n’avez pas encore la volonté de partir de celle-ci ? Si vous ne voulez prendre aucun risque pour votre santé, vous feriez mieux de rapidement trouver des espaces de rechargement. Ces espaces sont des endroits où vous ne pouvez rencontrer personne et où votre énergie va remonter.

Mieux vous arriverez à gérer votre niveau d’énergie sociale, mieux votre journée se passera. Vous savez qu’être entouré de gens vous fatigue (même si vous appréciez leur compagnie) et qu’être seul vous relaxe. Alors, alternez entre les deux ! Quand vous vous sentez trop fatigué, allez dans votre espace de rechargement. Et j’ai un petit secret à vous avouer. Pour de nombreux introvertis, ce sont les toilettes qui font office d’espace de rechargement…

Définir la stratégie du déjeuner comme un joueur d’échecs

Le déjeuner est sans doute le moment le plus redouté d’un introverti au travail. On sait qu’on va devoir discuter et manger avec d’autres personnes. Peut-être même des gens qu’on ne connait pas bien. Définissez ou changez votre stratégie pour ces moments-là.

Combien de fois décidez-vous de manger avec vos collègues pour maintenant un minimum de contact social ? Est-ce que vous pouvez manger chez vous ? Existe-t-il des lieux pour manger seul à côté de votre lieu de travail ? Réfléchissez bien à ces questions, car elles peuvent réellement sauver la vie d’un introverti au travail.

Quitter l’entreprise

Personnellement, je n’en pouvais plus de subir toutes ces difficultés au quotidien en tant qu’introverti. Dans mon premier métier d’ingénieur, même si le nombre de personnes dans mon bureau était restreint, la proximité avec ceux-ci me mettait mal à l’aise. Lorsque j’ai changé d’employeur, mon environnement et la taille de l’entreprise ont aussi changé. Au début, je pensais que cela pouvait être supportable. Mais sur le long terme, ça ne s’est pas avéré être le cas.

J’ai donc donné ma lettre de démission en recommandé après avoir visité posetadem.com et j’ai décidé de me consacrer à introverti.fr, enrichi de cette expérience. L’ironie du sort ? J’ai pu lancer ce projet qui respecte mon tempérament introverti grâce aux économies que j’ai réalisées dans des postes qui ne le respectaient pas.

Et vous ? Que faites-vous en tant qu’introverti au travail ?


👉 Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

👉 Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez mes programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires

Vous allez aussi aimer

>

🍪 En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités. Plus d’infos

C'est quoi un cookie ?
En plus d'être un délicieux gâteau, un cookie est un fichier sur votre appareil qui contient des données. Vous pouvez à tout moment supprimer ou limiter le stockage de ces fichiers dans les paramètres de votre navigateur internet (voir plus bas).

À quoi ils servent ?
Les cookies de mesure d’audience nous permettent de connaître l’utilisation et les performances de notre site, d’établir des statistiques, des volumes de fréquentation et d’utilisation des divers éléments de notre site (contenus visités, parcours) nous permettant d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services. Les données recueillies sont uniquement consultées et analysées par Pose ta Dem'.
Les cookies liés aux opérations relatives à la publicité ciblée nous permettent de mesurer l’efficacité de nos campagnes publicitaires et de limiter le nombre de fois où une publicité pour Pose ta Dem' vous est proposée.

Comment désactiver les cookies ?
Pour empêcher ou limiter le stockage des cookies sur votre Terminal, vous pouvez modifier les paramètres du navigateur que vous utilisez :

Pour Chrome :
Cliquez sur le menu Chrome à droite dans la barre d'outils du navigateur.
Sélectionnez Paramètres.
Cliquez sur Afficher les paramètres avancés.
Dans la section "Confidentialité", cliquez sur le bouton Paramètres de contenu.
Dans la section "Cookies", vous pouvez modifier les paramètres suivants :
Supprimer les cookies
Bloquer les cookies par défaut
Autoriser les cookies par défaut
Conserver les cookies et les données de site par défaut jusqu'à la fermeture du navigateur
Définir des exceptions pour les cookies de certains sites Web ou domaines
Pour Safari :
Choisissez Safari > "Préférences", puis cliquez sur l'onglet "Sécurité" (ou " Confidentialité").
Dans la section "Accepter les cookies", choisissez l'une des options proposées.
Pour Mozilla Firefox
En haut de la fenêtre de Firefox, cliquez sur le menu Outils, puis sélectionnez Options
Sélectionnez le panneau Vie privée.
Paramétrez Règles de conservation : à utiliser les paramètres personnalisés pour l'historique.
Décochez Accepter les cookies.
Cliquez sur OK pour fermer la fenêtre « Options »
Si votre navigateur ne figure pas dans la liste vous pouvez vous rendre directement sur le site de son éditeur.

Pour disposer d’informations complémentaires sur les Cookies, nous vous invitons à consulter la rubrique « Vos traces » du site de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/.

Fermer