Je me prépare

7 astuces pour être plus productif et se concentrer sur ses objectifs

Parlons peu (beaucoup), parlons productivité ! Que tu cherches à poser ta dem’, à développer un Side Project ou encore à slasher entre plusieurs projets, il faut trouver du temps. Mais les journées ne font que 24h et il faut réussir à se motiver ! La productivité et moi, c’est une longue relation houleuse mais avec le temps, j’ai trouvé des astuces qui fonctionnent… Et qui je l’espère, te donneront des idées pour être plus productif.


Article invité rédigé par Alexandra Arnaud.


Productivité, quel est ton rapport au travail ?

Avant de papoter productivité, il faut questionner son rapport au travail. J’ai mis personnellement plus de 4 ans à comprendre ce qui bloquait. La productivité est liée à trois choses selon moi : l’énergie, l’organisation et la procrastination.

Les questions à se poser sont très simples :

  • Pourquoi je manque d’énergie ? Pourquoi je travaille ? Pourquoi je consacre X heures à ce projet ? Pourquoi je vibre (ou pas…) sur ce(s) projet(s) ?
  • Pourquoi je pense être désorganisé ? Est-ce une excuse pour ne pas faire le grand saut ? Est-ce un réel problème de méthodologie ? Ou des habitudes à prendre ?
  • Pourquoi je procrastine ? La peur de mal faire ? La peur de ne pas réussir à commencer une to-do list de l’enfer ? Par perfectionnisme maladif ?

Elles ne sont pas si simples ces questions mais permettent de faire émerger de gros cailloux qui viennent perturber le système.

Identifier ses moments d’énergie pour révolutionner sa manière de travailler

Avez-vous vu ce TEDX sur la procrastination par Tim Urban ? De mon côté, ce n’est pas un singe qui prend le gouvernail, mais toute sa famille. Une véritable colonie qui s’empare de mon cerveau et me détourne de mes objectifs. Résultat : je peux être ULTRA productive, si je le décide. Mais la volonté pour le décider, c’est de loin le plus dur à obtenir !

Alors, j’essaie de créer des rituels. Du bruit blanc en fond (Noisli est mon application web chouchou pour ça), un lieu dédié au travail (mon bureau dans mon appartement, mais aussi les cafés et la bibliothèque qui sont de véritables centres créatifs.).

Pour jongler entre mon travail salarié, l’association et les cours que je donne à Lyon, je dois optimiser chaque seconde. Le soir, mon cerveau est inexploitable, donc je me réveille en général environ 1H plus tôt pour faire des choses qui m’inspirent et/ou qui me demandent beaucoup d’énergie.

Je sais que je suis beaucoup plus productive le matin au réveil. Mais je suis une marmotte, j’ai un besoin vital de mes 8 à 9h de sommeil par nuit. J’ai longtemps culpabilisé de devoir dormir à l’heure des poules, mais c’est mon rythme et par définition… Ce qui me convient le mieux !

Enfin, il ne faut pas confondre routine ennuyeuse et habitudes puissantes. Parce que les habitudes ont un super pouvoir : elles permettent au cerveau d’adopter un mécanisme, une sorte de réflexe. Ce n’est pas par hasard que nos applications mobiles nous harcèlent de notifications, toujours au bon moment, cela fait partie des techniques de persuasion. 😉

La puissance de la contrainte : The most dangerous writing app

Je crois vraiment qu’une tâche a la durée qu’on lui donne : si tu dois rendre un dossier pour le bureau le lendemain à 9h, tu fais tout pour réussir. Quand tu discutes sur Messenger avec tes potes, que tu envoies un texto à ta maman, que tu écoutes un podcast et que tu réponds à tes mails, tu ne travailles pas : tu brasses du vent. C’est mon quotidien et j’ai énormément de mal à être focus sur une tâche unique à la fois.

J’utilise donc la puissance de la contrainte avec un outil  :

C’est un outil de productivité (orienté écriture et rédaction) hyper efficace. Bien qu’un peu flippant sur les bords, je l’accorde. Le principe est simple : si je ne tape plus sur mon clavier pendant 5 secondes, je perds l’intégralité de mon contenu. Cela prend fin quand j’ai atteint un temps minimum défini au préalable (5, 10, 20, 60 minutes) ou un nombre de mots. C’est violent mais très efficace. À partir du moment où l’outil est lancé : tu écris ! Le but n’est pas de produire un chef d’oeuvre mais d’avoir une bonne base exploitable. Dans la même veine, il y a un outil qui bloque ton écran. Ces outils sont extraordinaires pour arrêter de trouver des excuses et se lancer. Ils permettent d’être plus productif.

bureau en bois avec affiche pour être plus productif

Mieux gérer son temps… En comprenant là où on le perd !

Je ne travaille pas le soir parce que je n’aime pas cela. Alors, j’essaie d’optimiser. Je privilégie les podcasts inspirants dans les transports en commun (Le Café LiveMentor, Le Gratin, Nouvelle École, Nouveau Chapitre sont de loin mes 4 favoris), les trajets en train plutôt qu’en voiture (et en plus, c’est bon pour la planète). Je ne fume pas, je ne prends pas de pause café au bureau : j’en profite donc pour préparer mon thé, le déguster devant l’ordinateur et consulter mes mails, lire un article de veille, échanger sur LinkedIn… Faire une action qui me permet d’atteindre un objectif personnel.

Le manque de temps est souvent une excuse difficile et douloureuse à avouer. Est-ce que tu manques de temps lorsque tu passes 1h par jour sur Instagram ou sur Facebook ? Quand tu préfères manger au resto’ pendant la pause dej’ tous les jours alors qu’un tupperware dans l’open-space tous les lundis te fait gagner au moins 1h par semaine ?

POMODORO ou la meilleure technique de productivité

Toujours dans cette idée de cesser le multitasking, j’ai découvert il y a quelques années POMODORO. C’est génial parce que tu peux jeter ton téléphone au fond d’un placard, et dans certains cas, couper ta connexion internet. Un minuteur de cuisine suffit à faire le job. Ou ton téléphone en mode avion, c’est au choix ! 1 tâche = 25 minutes. Puis 5 min de pause. Au 4ème round, une vraie pause s’impose ! Il est temps d’aller gambader dehors, prendre l’air, faire des pompes, ce que tu veux mais aérer son cerveau. Déjà, tu prends beaucoup plus de recul, ensuite, tu reviens beaucoup plus frais. Il existe une application mobile “Forest” en version payante qui respecte ce rythme et te permet de planter de vrais petits arbres dans la nature. Noisli (que j’ai cité pour le bruit blanc) propose aussi une fonctionnalité de timer à 25 min, un très bon combo pour être plus productif !

Méditer pour se libérer du stress et se concentrer

Scoop : le corps humain n’est pas une machine ! À force de ne pas l’écouter, il va vraiment se fâcher et te conduire tout droit dans les bras du monstre de l’épuisement professionnel. Donc, pour être vraiment productif, il faut être reposé. 10 minutes de méditation – avec les apps Petit Bambou ou Namatata – en rentrant dans ton nid douillet te permet de faire le vide et te recentrer. Si la méditation ne fonctionne pas pour toi, tu peux aussi aller marcher 15 minutes sans téléphone. Ou faire une micro sieste. Bref, faire une vraie coupure loin des écrans avant d’attaquer ta deuxième journée.

Être productif ok, mais comment rester motivé ?

Une fois que l’on arrive à surpasser la peur de s’y mettre, il faut réussir à le maintenir sur la durée.

Avoir un compagnon de route pour atteindre tes objectifs peut être une super solution. Et si tu n’as personne à embarquer dans l’aventure, tu peux rejoindre des tas de communautés sur le monde des Internets. Le groupe Pose ta Dem’, par exemple. Mais il en existe des dizaines !

Dans mon cas, nous nous fixons des objectifs avec mon chéri sur lesquels nous échangeons environ toutes les semaines. Parfois, simplement de formuler le “pourquoi tu bloques” permet de faire sauter la barrière. Surtout, il ne faut pas rester seul face à la montagne à découper, c’est le meilleur moyen pour culpabiliser et s’effondrer. Être accompagné, que ce soit par un coach, une communauté, un ami, un compagnon de route, c’est essentiel. Ensemble, on va plus loin.

Enfin, il faut dédramatiser. Être plus productif, c’est bien. Savoir pourquoi tu fais les choses et connaître les limites de ton corps c’est mieux. Se noyer dans un projet immense sans questionnement, c’est se jeter dans l’enfer du burn-out/bore-out.

II n’y a pas de recettes miracles, alors, il faut prendre le temps d’essayer. C’est long et ce n’est pas grave. C’est comme le sport, il y a des jours où la séance se déroule super bien, et des jours où la même séance est une torture absolue. C’est le jeu, le chemin se construit petit caillou par petit caillou. Alors, à chaque obstacle difficile à surmonter, respire et demande de l’aide. C’est ok.


👉 Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

👉 Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez les programmes d’accompagnement individuel et les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires

Vous allez aussi aimer