Slasheur, papa et salarié : Comment gérer son temps pour réussir à vivre de son entreprise ?

Je suis Guillaume, 45 ans, 2 enfants, infirmier, photographe freelance, loueur de borne photo, blogueur, Youtubeur, et même pas hyperactif. Voilà, c’est posé. J’imagine déjà les questions. Oui, je vais vous parler de comment gérer son temps quand on est slasheur. Et oui, poser ma dem’ est bien un horizon. Mais la vie entrepreneuriale est parfois semée d’embûches.


Article invité rédigé par Guillaume BRIERE-SOUDE


La voie de l’entrepreneuriat

Slasheur semble être le bon mot pour définir un grand nombre de personnes de nos jours.

C’est peut-être votre cas, vous qui lisez ces lignes. C’est mon cas.
Salarié depuis plus de 20 ans, dès mon embauche, je ne pouvais déjà pas m’en contenter.

Toutefois, comme beaucoup, je ne pensais pas qu’il pouvait y avoir une autre vie que le salariat pour moi.

C’est incroyable, car j’ai toujours eu une activité supplémentaire. Simplement, je l’envisageais comme un complément, presque comme un hobby, pas comme une aventure entrepreneuriale.

Successivement, j’ai installé des boutiques e-commerce au début des années 2000 (ma première immatriculation), créé un jeu de rôle en ligne, et, j’ai même été joueur de poker professionnel.

Et donc naturellement, alors que je pratiquais la photo depuis déjà un certain temps, est venue l’idée de gagner de l’argent avec mes petits talents.

L'unique newsletter à lire pour enfin poser ta dem' !

Rejoins la communauté de 10000 futurs démissionnaires qui lisent mes conseils concrets et inspirants pour inventer leur vie professionnelle !

Comment trouver mes premiers clients ?

C’est par mon entourage, par le bouche-à-oreille qu’est venu mon premier contrat.

Mon premier client était un décorateur d’intérieur. J’ai d’abord réalisé des photos de ses chantiers puis du commerce qu’il venait d’ouvrir. Il est devenu un très bon ami par la suite !

Si votre domaine est celui du service, si vous vendez votre temps et vos compétences dans un domaine spécifique, vous connaissez déjà peut-être vos premiers clients !

Vos premiers clients sont peut-être dans votre entourage, ou dans le réseau de votre entourage.

Vos connaissances peuvent être vos premiers commerciaux.

Ce qui veut dire que vous pouvez commencer dès maintenant votre activité, vous faire de l’expérience et vos premières factures, avant de fidéliser vos premiers clients.

Comment développer son activité et gérer son temps pour vivre de son entreprise ?

Les clients sont arrivés petit à petit. Il a fallu réaliser les prestations, ouvrir un site, internet, gérer les réseaux sociaux, etc.
Bref, cela prend vite un temps fou.
Il a fallu dégager du temps pour mes prestations, heureusement souvent le week-end, et également pour tout le travail que demande la bonne tenue d’une petite entreprise.

Le temps dont vous disposez est limité et cela nécessite une bonne organisation, cela implique de bien gérer son temps.

Faire le point sur le temps dont vous disposez

Il va falloir trouver du temps pour réaliser vos prestations et/ou travailler sur votre entreprise.

Prenez un planning de votre semaine, plus ou moins type, et grisez tous les temps qui ne sont pas disponibles.
Cela inclut :

  • Votre travail salarié et les temps de transport.
  • Tous les moments pour vos enfants si vous en avez.
  • N’oubliez pas de conserver des créneaux pour vous détendre.
  • Si vous êtes en couple, accordez vous des moments à deux.

Et regardez ce qu’il vous reste.
Forcément, le temps sera compté.

Mes solutions pour trouver du temps pour son entreprise

Chaque situation est particulière.
Voici ce que j’ai mis en place pour dégager du temps :

  • Me lever plus tôt : j’ai découvert que ce moment de la journée est très agréable et calme. Je l’utilise plus pour le sport, que pour travailler d’ailleurs.
  • Travailler le soir : se lever plus tôt implique de se coucher plus tôt, certes. Alors je regarde moins de séries, plus la télévision et je lis moins aussi. Aménager son temps, nécessite forcément de sacrifier certaines choses.
  • Prendre des jours de congés et RTT pour réaliser des prestations ou travailler sur un projet.
  • Dégager du temps le week-end.
  • Travailler à temps partiel. (pas au début)

Malgré tout cela, il m’est arrivé de me noyer dans toutes les tâches ou de faire des semaines de 70 h, ce qui n’était pas l’objectif de départ.

Alors est venu un temps de la réflexion sur ce que je faisais.

Gérer son temps = Organiser et prioriser ses tâches

Moins de temps, ca veut dire accepter de ne pas pouvoir tout faire.

Moins de tâches = plus de temps.

Est-ce important d’avoir un joli logo placé pile-poil au milieu de votre page web ? NON !

C’est le genre de tâches qui devrait passer à la trappe.

Comment savoir quelles tâches vont être importantes ?

Les premières questions que je me suis posées sont :

  • Quelle est la raison de mon engagement comme freelance ?
  • Comment je m’imagine et j’imagine mon entreprise dans quelques années ?
  • Quel chiffre d’affaire je ferai ?

En somme, j’ai réfléchi à l’évolution de mon entreprise à l’avance.
J’ai écrit noir sur blanc mon projet, année après année.
J’ai écrit ma vision, mon business plan.

Cela m’a mené à une liste d’objectifs à atteindre dès la première année.
Donc, j’ai dégagé les actions importantes à mener pour y arriver.

La vision → Le Business Plan → Les objectifs → Les tâches à réaliser

Une tâche est importante uniquement si elle sert à atteindre un de mes objectifs. Tout le reste est superflu.

La vie entrepreneuriale est parfois semée d’embûches

Me voilà embarqué dans l’aventure, en chemin pour poser ma dem’.

Tâche après tâche, j’avance vers l’atteinte de nombreux objectifs.

J’ai de plus en plus de clients, mon réseau professionnel s’agrandit.

J’ai donc également besoin de plus de temps pour mon activité.
C’est pourquoi je fais une demande de réduction de mon temps de travail, un premier pas vers la pose de ma dem’.

Tout roule !

Mais la vie de freelance est parfois mouvementée.

Quelques semaines après avoir obtenu mon temps partiel, je me blesse et je dois être immobilisé plusieurs mois !

C’est un drame pour tout entrepreneur !

Et évidemment, j’avais des prestations en cours et à venir, notamment des reportages de mariage.

Comment trouver une solution pour mes clients ?

Sans entrer dans le détail de l’histoire, ce sont mes collègues, « mes concurrents » qui m’ont aidé.
C’est grâce à un solide réseau de photographes que j’ai pu passer cette épreuve avec le moins de dégâts possibles.
Ils ont pu traiter toute la partie service nécessitant de se déplacer.
Cependant, je ne vous cache pas que moralement cela a été compliqué.

Pourtant, ce que je retiens de cette période est plutôt positif :

  • Se créer un réseau est important :  les concurrents ne sont pas vos ennemis, mais sont une valeur et vous devez être une valeur pour eux en retour.
  • Je fais un métier qui nécessite d’être dans une bonne forme physique, il faut prendre soin de soi, prendre soin de son corps. Par la suite, une de mes priorité a été de me remettre en forme.

Comment j’ai rebondi ?

Ce dont je vous parle est très récent.
Et alors que je n’étais pas encore tout à fait remis, il y a eu la pandémie.

La majorité de mon activité est dans l’événementiel d’entreprise ou pour les particuliers
Oui, ce n’est pas la meilleure période pour cela.

Alors j’ai retenu une autre leçon de ma blessure.
Si on ne peut pas avoir d’impact sur les choses, il faut se poser la question : Que puis-je faire pour améliorer la situation ?

L’objectif pour les mois à venir va être de développer une activité moins dépendante de l’événementiel.
J’ai déjà commencé également à me procurer un petit revenu passif sur internet, sans rapport avec la photographie ou la location de borne photo.

Par ailleurs comme j’ai également plus de temps libre j’ai eu l’envie de créer un blog et une chaîne Youtube pour aider ceux qui veulent comme moi lancer une activité dans la photographie.

Pourquoi je n’ai pas encore posé ma Dem’ ?

Oui, c’est bien l’horizon souhaité. C’est dans l’entrepreneuriat que je m’épanouie.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles je ne suis pas encore allé au bout :

  • La sécurité : au cœur de mon projet de vie familiale, il y a une maison, qui est la maison de nos rêves. C’est un peu « un problème de riche », mais on a un gros engagement financier, et la garder est une priorité.
  • La conjoncture : ça a sacrément mis un frein à mon business plan, comme pour beaucoup. J’en ai parlé un peu avant.

Actuellement, mon activité freelance me permet de faire des bénéfices supérieurs à mes revenus de salarié.
Mais, vous l’aurez compris, il me faut un gros chiffre d’affaires.

L’objectif à plus court terme est de réduire encore mon temps de travail.
Je pense le réaliser avant la fin de l’année et j’espère pouvoir poser ma dem’ dans les 2 ans à venir.

Une aventure qui demande de l’énergie

Concilier vie de salarié et vie de freelance n’est pas une mince affaire.
C’est une aventure chronophage et passionnante.

Cela nécessite de :

  • S’organiser pour gérer son temps
  • Changer ses habitudes
  • Avoir une vision
  • Se fixer des objectifs
  • Prioriser ses tâches
  • Accepter de ne pas tout maîtriser
  • Se remettre en question quand il le faut

Bref, de bouleverser sa vie.

Il faut en avoir envie, une raison viscérale de le faire.
Une idée qui vous tient au plus profond de vous-même.
Quelque chose qui vous prend aux tripes, qui est votre raison d’être, votre raison d’agir.

Et vous, aimeriez-vous devenir slasheur ou posez votre dem’ ?


Vous pouvez retrouver Guillaume, qui nous explique comment gérer son temps en étant salarié, slasheur et papa, sur son site Internet, sur sa chaîne YouTube et sur son compte Instagram.


? Cliquez ici pour rejoindre la communauté la plus survoltée de futurs démissionnaires ! Inspiration et entraide quotidiennes garanties ! 

? Pour réussir à créer la vie professionnelle de vos rêves, découvrez les programmes d’accompagnement individuelet les formations en ligne de l’Académie Pose ta Dem’.

Commentaires