Je m'inspire

Jonathan : Il est passé de la grande distribution aux médias grâce à son blog

Jonathan Le Borgne est Social Media Marketing Manager dans les médias. Mais dans son ancienne vie, il était manager dans la grande distribution. C’est en créant son blog sur la grande distribution qu’il a réussi à se lancer dans le numérique et à trouver un job dans ce secteur. Il raconte son parcours, la réalité de son métier actuel, et comment son blog lui a permis de se positionner dans ce domaine !

Bonjour Jonathan ! Raconte-nous ton parcours en toute transparence ?

J’ai un BTS MUC et une Licence Pro Commerce, complétés de 5 ans d’expériences en grande distribution. J’ai un parcours scolaire qui peut interroger sur comment j’ai atterri dans le petit monde des médias et du social média. Je vais vous expliquer tout ça !

Avant d’atterrir dans le monde des médias, j’ai commencé comme employé, puis adjoint avant de devenir manager en grande distribution. Je gérais des rayons et les équipes qui allaient avec. J’organisais et je pilotais mon chiffre d’affaires, je gérais mes stocks, les plannings de mes équipes et les animations commerciales. J’ai managé jusqu’à 15 personnes. Bref. C’était vraiment passionnant. Ce job m’a apporté beaucoup de compétences qu’on n’apprend pas sur les bancs de l’école : la confiance en soi, apprendre à gérer son temps et les priorités, savoir prendre des décisions rapidement, le sens du travail en équipe, l’audace !

Mais moi, ce qui me plaisait, c’était le web. À l’époque déjà, je développais cette double-compétence autour du numérique au sein du magasin dans lequel je travaillais : partenariat avec une WebTv, graphisme, gestion du site web, création page Facebook/tumblr, réalisation de vidéos, etc… J’ai toujours été un peu touche-à-tout et travailler au sein d’une enseigne indépendante était idéale pour mon épanouissement.

Parallèlement, quand Facebook a explosé début 2010, j’ai créé des pages Facebook, disons pour « m’amuser ». Certaines sont devenues importantes. De 20 000 à 150 000 fans aujourd’hui. Je continue encore à en alimenter quelques unes. C’est un moyen pour moi de tester des contenus pour aller comprendre les exigences de l’algorithme Facebook. C’est un peu mes petits laboratoires pour tester des accroches, des contenus.

Sorti de ma licence, j’ai monté ce qui est devenu jebosseengrandedistribution.fr. Un blog qui reprend vie depuis peu mais qui vit aujourd’hui surtout à travers ces plateformes sociales : Facebook et Instagram. Sur Facebook, j’ai monté une communauté de professionnels du secteur et je partage quasi essentiellement que les photos que je reçois de la communauté. Elle compte plus de 130 000 fans aujourd’hui. Ce blog est né de ma curiosité et de ma volonté de partager mon expérience dans un secteur très opaque. Le blog a rapidement su trouver son public. Coïncidence ou pas, l’article qui a fait connaitre ce blog était une enquête sur les enseignes de la grande distribution et leur présence… sur les réseaux sociaux. Une enquête relayée par l’AFP qui m’a fait prendre conscience que j’étais pris au sérieux. Plusieurs médias à l’époque me citaient et mon audience a explosé, et ma motivation aussi !

Ce blog n’a cessé d’être alimenté durant ma carrière dans le secteur : de 1 à 2 articles par semaine pendant 4 ans. J’écrivais aussi bien sur mon quotidien que sur mes convictions, mes humeurs, etc. Cette activité est devenue rapidement chronophage d’autant plus dans un secteur qui requiert de ne pas compter ses heures comme on dit. Mais ce fut une vraie expérience personnelle qui m’a permis d’aborder autant de notions importantes aujourd’hui : des bases du développement, à la rédaction web, au graphisme, à la vidéo, à la mise en place d’une veille autour du numérique, au SEO, à la construction d’une communauté, etc… Et c’était il y a 7-8 ans déjà !

Alors, forcément le jour où j’ai décidé de quitter la grande distribution, j’ai tout de suite posé mon regard vers le numérique. Plutôt touche-à-tout et curieux, il m’a fallu quelques semaines pour convaincre une start-up de m’accueillir. La première brique était posée. J’ai travaillé pendant quelques mois sur des missions de rédaction web, de création d’un blog et de webmarketing. J’ai postulé entre temps (presque au hasard) à deux offres : un job en travail partagé et un job chez Ouest-France. Des jobs plus sécurisants que ce que j’avais au sein de la start-up.

En quoi consiste concrètement ton métier de responsable réseaux sociaux ?

C’est donc 11 mois après mon départ de la grande distribution que j’ai saisi l’opportunité chez Ouest-France (malgré une forte concurrence pour le poste car les réseaux sociaux étaient en pleine explosion au sein des médias à l’époque et la demande était très forte). Ma nouvelle mission : « s’occuper des réseaux sociaux », un métier à construire, étant le premier « cédéisé » sur ce domaine dans l’entreprise. Il a fallu construire le métier et se faire une place dans une entreprise de 1500 personnes et très en attente !

Je suis aujourd’hui social média marketing manager, auparavant community manager. Forcément aujourd’hui mon métier a bien changé comparé à il y a trois ans et demi. Les objectifs sortent de la simple acquisition d’audience. Je travaille aussi bien pour Ouest-France que pour les autres titres du groupe (Courrier de l’Ouest, Maine Libre et Presse Océan). Il s’agit de développer des stratégies sur les réseaux sociaux afin d’agrandir les communautés, de développer les audiences, développer l’engagement, jusqu’au déploiement d’une science, le GRAAL des médias en ce moment, développer les abonnements numériques. Tout cela sans compter les nombreuses formations et évangélisations de l’utilisation des réseaux sociaux . Je dirai même que c’est mon cœur de métier.

Plus concrètement, au quotidien c’est beaucoup d’analyse, de la veille, de l’animation de communauté, des campagnes Facebook à mettre en place et de la gestion de projets plus transverses. Au démarrage, j’endossais même le costume de journaliste et j’allais jusqu’à interviewer moi-même les artistes qu’on recevait : Julien Doré, Alain Chabat, Louane ou encore Stéphane Bern. Aussi stressant qu’enrichissant !

Visiblement, le blog a été un tremplin pour changer de voie. Est-ce que tu conseillerais de créer un blog ? Et pourquoi ?

Oui et non en vérité. Je conseille surtout de faire ce que vous avez envie de faire, et de le faire avec passion. Moi c’est la passion qui m’a toujours animé. Je ne conseille pas de faire pour faire, ou encore d’essayer d’imiter quelqu’un.

Il faut savoir qui on est, connaître ce qui fait notre différence et se construire un projet autour.

À l’heure du numérique, et qui plus est des réseaux sociaux, il me paraît nécessaire de se travailler une présence sur le web, mais avec prudence. Les réseaux sociaux ont le défaut de travestir notre réalité et d’enjoliver nos vies toutes aussi exaltantes professionnellement je n’en doute pas. C’est important de réfléchir à l’image qu’on veut donner de soi. Je conseillerais une image des plus authentiques, conforme à ce que vous êtes dans la réalité.

Si vous souhaitez démontrer votre expertise ou tout simplement si vous aimez écrire sur un sujet qui vous passionne, alors oui un blog peut être pertinent. Les portes s’ouvriront et vos contacts s’accumuleront. Et qui sait, vous aurez des opportunités !? Souvent l’idée de départ d’une entreprise ne se concrétise pas complètement. Il y a des aléas et des portes ouvertes dont on ignore l’existence !

Et demain, comment vois-tu la suite de ta carrière ?

À l’avenir, j’envisage de monter ma structure et de me lancer comme consultant indépendant. Car au fil des derniers mois, je me suis rendu compte que le marché de l’emploi était en pleine métamorphose. L’arrivée des Millenials sur le marché du travail est en train de chambouler le rapport à l’entreprise et celles-ci semblent davantage ouverte.

Je voudrais d’une part redonner vie à mon ancien site ; et d’autre part pouvoir travailler avec d’autres entreprises, médias de préférence, qu’elles soient au démarrage de réflexions sur le social media jusqu’à des réflexions plus poussées sur la création de valeur. Ce qui me plairait serait de pouvoir réfléchir à des problématiques nouvelles et innover !

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui veut décrocher un job dans un nouveau domaine ?

C’est difficile de forcer les choses selon moi. En fonction de son âge et de la façon dont on arrive sur le marché du travail, les problématiques ne sont pas les mêmes. On est peut-être confronté à « Je veux de l’expérience » et évoluer « dans un secteur qui me passionne » le tout dans un contexte où le marché de l’emploi détient plus de demandes que d’offres. Moi je dirais qu’il faut saisir les opportunités qui se présentent. En découlent des contacts, des rencontres, des virages dans les entreprises…


Pour plus d’interviews, c’est par ici ! 

Commentaires

Vous allez aussi aimer